Le Parlement européen poussé à agir au sujet de la menace du barrage dans la région du Nagorno-Karabakh

21 Juin, 2013, 08:00 BST de Azerbaijan Monitor

BAKOU, Azerbaïdjan, June 21, 2013 /PRNewswire/ --

L'Azerbaïdjan s'est adressé au Parlement européen, demandant que l'Arménie effectue la maintenance essentielle sur un barrage vétuste dans la région occupée du Nagorno-Karabakh qui, selon les ingénieurs, présente un risque de rupture avec des conséquences potentiellement catastrophiques.

Le pays a également demandé au Parlement européen de condamner l'Arménie pour l'arrestation en mai, près de la rivière Tartar, de 11 personnes qui manifestaient au sujet du problème du barrage. L'Azerbaïdjan affirme que les manifestants ont été illégalement détenus et battus par des soldats arméniens.

Le problème qui tient à cœur aux manifestants - et à l'Azerbaïdjan - est le barrage Sarsang d'une hauteur de 125 mètres construit à l'ère soviétique, qui se trouve sur la rivière Tartar. On estime qu'il aurait depuis longtemps dû faire l'objet d'une maintenance et de vérifications de sécurité essentielles. Selon l'Azerbaïdjan, « une étude à distance effectuée par des experts du Département des affaires de l'eau et de la société turque Suyapi au cours du printemps 2013 a montré qu'il existait un risque important de débordement et d'accident ».

L'étude a révélé qu'en cas de rupture, plus de 30 villages seraient inondés, dont certains situés à plus de 45 kilomètres de la base du barrage. Des dizaines de milliers de personnes vivent dans les zones à risque.

« Nous demandons aux autorités arméniennes d'autoriser une maintenance et des réparations immédiates du barrage et réservoir de Sarsang afin d'éviter une catastrophe », a déclaré l'Association pour le Développement de la Société Civile en Azerbaïdjan dans son plaidoyer auprès du Parlement européen.

Concernant la manifestation, l'Azerbaïdjan a déclaré qu'en date du 25 mai, un groupe « d'environ 30 à 40 soldats ont attaqué et arrêté illégalement des citoyens azéris ». Le pays a affirmé qu'ils ont été frappés du poing et ont reçu des coups de pied, et qu'un villageois a été brûlé avec une cigarette.

La lettre adressée au Parlement européen demande à ce que ce dernier « condamne les arrestations et les tortures perpétrées par les occupants arméniens contre la délégation de villageois azéris provenant de la région de Tartar en Azerbaïdjan ».

Séparément, l'Azerbaïdjan a déclaré qu'une catastrophe écologique est perpétrée par l'Arménie, qui refuse que l'eau du barrage soit utilisée pour irriguer les régions situées en aval.

« Tous les experts s'accordent pour reconnaître que la situation grave dans laquelle se trouvent la flore et de la faune de la région, qui a fait l'objet d'importantes destructions au cours de la décennie écoulée, trouve son origine dans le manque d'eau et le blocage du barrage par les autorités arméniennes », affirme la lettre.

L'Arménie n'a pas encore répondu aux accusations concernant le barrage et la récente manifestation.

LA

SOURCE Azerbaijan Monitor