Le président de la Commission européenne désireux de signer l'accord d'association UE-Ukraine

12 Juillet, 2013, 17:31 BST de Worldwide News Ukraine

KIEV, Ukraine, July 12, 2013 /PRNewswire/ --

Ce serait formidable que la signature de l'accord d'association avec l'Ukraine intervienne en novembre, à l'occasion du sommet de l'UE en Lituanie, a déclaré José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, lors d'un entretien accordé à la chaîne polonaise TVP. M. Barroso s'est déclaré favorable à un renforcement des liens avec l'Ukraine afin d'aller de l'avant en matière d'intégration économique et d'association politique. Il a également encouragé l'UE à soutenir les Ukrainiens dans la mise en place des réformes nécessaires à l'intégration européenne.

Les accords d'association anticipés avec l'Ukraine, l'Arménie, la Géorgie et la Moldavie permettraient d'asseoir la démocratie, l'État de droit et des valeurs communes dans un continent européen élargi, a indiqué M. Barroso le 11 juillet 2013 après sa rencontre avec le président polonais Bronisław Komorowski.

José Manuel Barroso a souligné le rôle important de l'Ukraine dans le Partenariat oriental de l'UE et « dans le processus global d'association politique et d'intégration économique de l'Union européenne avec ses voisins. » Il a également formulé l'espoir que les autorités ukrainiennes suivent les recommandations formulées en vue de la signature de l'AA avant le Sommet de Vilnius. « J'ai parfaitement conscience des aspirations européennes de la population ukrainienne », a-t-il ajouté.

En vue de la signature de l'accord d'association avec l'Ukraine lors du Sommet du Partenariat oriental qui se tiendra en novembre, l'UE attend de ce pays d'Europe de l'Est qu'il supprime toutes pratiques de justice sélective et engage des réformes, comme convenu dans le programme de travail adopté en 2009. Outre les réformes économiques et énergétiques requises, il s'agit notamment de renforcer les principes démocratiques, l'État de droit et des pratiques de bonne gouvernance, de protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales, de lutter contre la corruption et de favoriser le désarmement ainsi que la coopération afin de pouvoir faire face à des menaces communes en matière de sécurité.

À ce jour, l'Ukraine est parvenue à promulguer de nouvelles lois pour lutter contre la corruption, à se défaire de munitions obsolètes, à engager des réformes dans le domaine de la santé, du service public, de l'énergie et dans d'autres secteurs. En mars 2013, la Commission européenne a fait état des avancées de l'Ukraine dans le processus de réforme. Au nombre des progrès réalisés, l'Ukraine a commencé à réformer ses systèmes judiciaire et juridique : le nouveau Code de procédure pénale et d'autres lois importantes sont entrés en vigueur, comme il ressort du rapport de suivi national de la Politique européenne de voisinage 2012.

Tout récemment, en juin 2013, l'Ukraine a été retirée de la liste noire du Mémorandum de Paris sur le contrôle des navires par l'Etat du port. Selon le Cabinet des ministres de l'Ukraine, il s'agissait-là de l'une des conditions requises par l'UE.

LA

SOURCE Worldwide News Ukraine