Le Qatar se joint à une nouvelle organisation internationale pour promouvoir la Croissance verte

22 Juin, 2012, 20:00 BST de Qatar

RIO DE JANEIRO, 22 juin 2012 /PRNewswire/ -- Le Qatar s'est associé à seize autres pays industrialisés, économies émergentes et pays en développement ce mercredi en signant l'Entente sur l'établissement de l'Institut mondial pour la croissance verte. Cet accord transformera l'Institut mondial pour la croissance verte (GGGI), un groupe de réflexion fondé en 2010 et établi à Séoul, en Corée, en une organisation internationale.

Le GGGI s'engage à mettre au point un nouveau modèle de croissance économique et durable sur le plan environnemental. En devenant une organisation internationale, le GGGI devrait être en mesure de développer et de diffuser plus facilement la croissance verte en tant que modèle économique à travers le monde.

L'objectif principal du GGGI est de promouvoir un changement de paradigme dans le développement économique – une approche qui vise à la fois le rendement économique et la durabilité environnementale – afin de lutter contre le changement climatique et de montrer la voie vers le développement durable. Le GGGI s'associe avec des pays en développement et des économies émergentes, y compris des pays moins avancés, pour élaborer des plans et des stratégies de croissance verte qui contribueront à faire reculer la pauvreté, à créer de l'emploi et promouvoir l'inclusion sociale d'une manière durable sur le plan environnemental.

Cette initiative reflète en grande partie la vision que l'État du Qatar a de sa croissance et de son propre développement. Grâce au leadership de Son Altesse l'Émir Cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani, le pays continue d'investir fortement dans la recherche et le développement comme moyen de relever les défis de la croissance durable. Le GGGI est l'une de ces nombreuses collaborations multinationales dans lesquelles le Qatar s'est lancé.

Depuis sa création, le GGGI maintient sa vision fondatrice qui est de devenir un groupe de travail multipartite, une organisation internationale hybride fondée sur des partenariats entre pays développés et en développement, ainsi qu'entre secteurs public et privé. Dans le même esprit, l'État du Qatar est en train d'établir l'Alliance mondiale des pays désertiques (GDLA), un partenariat entre pays arides et semi-arides qui sont menacés par les pénuries de nourriture et d'eau.  

L'ancien Premier ministre coréen Han Seung-soo, également ancien président du conseil d'administration du GGGI, a déclaré : « La signature de l'Entente sur l'établissement du GGGI en tant qu'organisation internationale marque un nouveau chapitre dans le développement institutionnel du GGGI, qui s'engage désormais à promouvoir avec plus de vigueur le paradigme de la croissance verte à l'échelle mondiale. Je suis persuadé qu'une nouvelle ère de durabilité mondiale et de bien-être humain vient de s'amorcer. » L'ancien Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen prendra la relève au titre de président du conseil à partir de juillet.

« Le Qatar est fier de se joindre au GGGI et d'ajouter sa volonté et sa vision au développement de cet important projet », a annoncé Son Excellence Abdullah ben Hamad Al-Attiyah, président de l'Autorité de la transparence et du contrôle administratif au Qatar et chef de la délégation Qatari à la conférence des Nations Unies RIO+20 sur le développement durable. « En tant que nation, nous croyons qu'il est de notre responsabilité d'investir aujourd'hui dans les technologies et les pratiques qui nous permettront de bâtir un avenir sain et prospère pour la prochaine génération. » Son Excellence Dr. Khalid ben Mohammed Al-Attiyah, ministre d'État aux Affaires étrangères, a signé l'Entente au nom de l'État du Qatar.

Le directeur exécutif du GGGI, Richard Samans, a tenu à remercier les gouvernements signataires pour leur rôle de premier plan et a prononcé : « L'Entente que vous avez signée aujourd'hui vient de créer un nouveau type d'organisation internationale pour le XXIe siècle : interdisciplinaire, multipartite et poussée par les priorités concrètes des pays émergents et en développement qui cherchent à mettre au point un nouveau modèle de croissance et de développement pour réaliser des progrès significatifs à grande échelle dans le niveau de vie grâce à une meilleure sécurité des ressources et une durabilité environnementale plus grande. »

Outre le Qatar, 16 autres pays ont accepté de transformer la fondation coréenne du GGGI en organisation internationale : l'Australie, le Cambodge, le Costa Rica, le Danemark, l'Éthiopie, la Guyane, les Kiribati, le Mexique, la Norvège, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Paraguay, les Philippines, la République de Corée, les Émirats Arabes Unis, le Royaume-Uni et le Vietnam.

Contacts
Relations publiques :
FSB Comunicacao / www.fsb.com.br
+55 21 3206 5050
Mariana Pinheiro (mariana.pinheiro@fsb.com.br)
Henrique Dias (riomais20.qatar@fsb.com.br)
Ana Duek (ana.duek@fsb.com.br)
www.facebook.com/QatarRio20
@QatarRiomais20

LA

SOURCE Qatar



Liens connexes

http://www.facebook.com/QatarRio20