Le renforcement du rôle des soins auto-administrés et l'amélioration de l'environnement réglementaire pourraient réduire les pressions qui pèsent sur les systèmes de soins de santé à l'échelle mondiale

26 Mai, 2016, 09:00 BST de RB and PAGB

LONDRES, May 26, 2016 /PRNewswire/ --

Destiné uniquement aux médias dans le domaine médical et commercial  

  • Un livre blanc rédigé par l'Economist Intelligence Unit indique qu'une meilleure harmonisation réglementaire pourrait soutenir l'autonomisation des patients et les soins auto-administrés, et affirme que ce problème ne fait pas l'objet d'une attention suffisante  
  • Les soins auto-administrés et un accès amélioré à la santé grand public peuvent réduire les pressions qui pèsent sur les systèmes de santé en apportant des avantages économiques et sociaux   
  • Le rapport, présenté par RB en association avec la Proprietary Association of Great Britain (PAGB) et rédigé par l'Economist Intelligence Unit, appelle à un rôle plus défini des soins auto-administrés dans l'objectif de concevoir une réglementation optimale faisant la promotion des soins auto-administrés, tout en protégeant la sécurité des patients  

Un livre blanc, rédigé par l'Economist Intelligence Unit (EIU) et publié aujourd'hui, indique qu'une meilleure harmonisation réglementaire et un accès amélioré aux médicaments sans ordonnance dans leur ensemble pourraient améliorer la capacité des patients à se soigner eux-mêmes et réduire des coûts inutilement imposés à la société, aux systèmes de santé, aux individus et aux entreprises. Intitulé Consumer Health: time for a regulatory re-think? et reposant sur des entretiens approfondis avec des experts internationaux d'organismes professionnels, des régulateurs, des universitaires et des groupes de patients, ce rapport conclut que les soins auto-administrés et le sujet de la réglementation de la santé grand public ne font pas l'objet de suffisamment d'attention.  

     (Logo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20160525/372344LOGO )
     (Logo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20160525/372345LOGO )
     (Photo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20160525/372346-INFO )

Dans ce rapport, RB appelle toutes les parties prenantes à agir de manière proactive et exhorte l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le rôle est d'assurer le leadership mondial en termes de santé publique, à travailler en partenariat avec les parties prenantes afin de faciliter un changement. Une série de lignes directrices de l'OMS est recommandée, que les preneurs de décisions œuvrant au sein des gouvernements, du secteur privé, des organismes de réglementation et des systèmes de soins de santé peuvent adopter afin d'encourager les soins auto-administrés et de les rendre plus accessibles à davantage de personnes.

L'un des nombreux défis auxquels la réglementation des médicaments sans ordonnance est confrontée est le fait que le cadre de révision des produits en vente libre repose en réalité sur les médicaments sur ordonnance. Le rôle spécifique des soins auto-administrés n'est pas clairement défini ou reconnu par les preneurs de décisions. Afin de réaliser le plein potentiel des soins auto-administrés, un système sur mesure permettant de réglementer les médicaments sans ordonnance est nécessaire.

Le rapport montre que, bien que le secteur des médicaments en vente libre ait dans une certaine mesure bénéficié de diverses initiatives d'harmonisation centrées sur l'industrie pharmaceutique dans son ensemble, l'éventail d'enjeux réglementaires et la manière dont ceux-ci interagissent rendent difficile le fait d'envisager des progrès, à moins de traiter les enjeux spécifiques du secteur des médicaments en vente libre séparément.

Zephanie Jordan, vice-présidente des affaires réglementaires internationales chez RB, a déclaré : « Il existe un besoin clair et évident d'une approche centrée sur les personnes en matière de réglementation des médicaments en vente libre. Nous pensons qu'il en va de notre responsabilité d'encourager le dialogue sur ce thème et de favoriser le changement. Tant que les soins auto-administrés ne sont pas pris au sérieux au niveau des politiques nationales et internationales relatives à la santé et aux médicaments, il sera difficile de franchir les nombreuses barrières qui s'opposent à des soins auto-administrés plus accessibles. Nous souhaitons réellement voir la création d'un système ayant pour objectif de concevoir une réglementation nécessaire minimale afin de promouvoir les soins auto-administrés tout en protégeant la sécurité des personnes. »

Le rapport inclut des voix de l'industrie qui s'élèvent relativement aux prochaines étapes visant à franchir ces barrières, et qui proposent notamment ce qui suit :

  1. Appeler les gouvernements à reconnaître et intégrer efficacement les soins auto-administrés dans la politique de santé nationale
  2. Établir un rôle défini pour les soins auto-administrés qui fournira une plateforme permettant d'encourager le dialogue sur le changement
  3. S'entendre sur l'objectif de concevoir la réglementation nécessaire minimale afin de promouvoir les soins auto-administrés tout en protégeant la sécurité des patients
  4. Créer une approche réglementaire spécialisée conçue dans l'objectif d'encourager la reconnaissance mutuelle, afin d'aider les systèmes réglementaires moins développés à améliorer leurs capacités et de véritablement encourager une plus grande autonomisation des consommateurs

« Outre leurs avantages économiques, les soins auto-administrés sont exactement ce que les gens demandent. En améliorant le niveau de connaissances des patients relativement au domaine de la santé et avec le soutien des pharmaciens, les soins auto-administrés peuvent entraîner des améliorations en termes de santé pour les populations, une main-d'œuvre plus forte et des systèmes de santé plus durables », a commenté John Smith, PDG de la Proprietary Association of Great Britain. « Les gouvernements doivent déployer davantage d'efforts pour mettre en œuvre des politiques relatives aux soins auto-administrés et promouvoir un changement de comportement positif », a-t-il ajouté.  

Les médicaments sans ordonnance, ou en vente libre, jouent un rôle essentiel au sein de l'élément le plus généralisé de la prestation de soins de santé : les soins auto-administrés. L'autonomisation des patients et les soins auto-administrés suscitent beaucoup d'intérêt en raison des pressions de plus en plus importantes et variées qui pèsent sur les systèmes de santé à travers le monde. Les pressions qui pèsent sur les ressources et budgets de santé sont sans précédent et devraient rester d'actualité compte tenu de la croissance et du vieillissement de la population. La valeur des soins auto-administrés et de l'automédication est comprise par les personnes prenant en charge elles-mêmes des malaises mineurs courants et, par conséquent, des ressources médicales précieuses peuvent être redirigées vers des maladies plus graves.

L'impact économique d'un meilleur accès à la santé grand public a été démontré par de nombreuses études qui ont mis en relief les conclusions suivantes :

  • Les troubles mineurs dans un contexte de soins primaires ont coûté au NHS britannique environ 2 milliards GBP (3,1 milliards USD) en 2006-07[1]
  • Une consultation sur cinq dans les centres de soins primaires et services d'urgences hospitaliers aurait pu être prise en charge à travers des soins auto-administrés au Royaume-Uni[1]
  • Aux États-Unis, chaque dollar dépensé dans des médicaments en vente libre a entraîné une économie se situant entre six et sept dollars pour le système de santé[2]
  • Une augmentation de 5 % de l'automédication dans l'Union européenne élargie représenterait des économies annuelles totales de plus de 16 milliards EUR[3]

Rédigé par l'EIU, le rapport de RB met en relief un grand nombre des défis et barrières résultant d'un environnement politique et réglementaire incohérent et fragmenté qui entrave l'accès à la santé grand public et aux innovations en matière de médicaments en vente libre. L'EIU recommande des mesures importantes en vue d'un dialogue, d'une coopération et d'une compréhension de plus grande ampleur à l'échelle internationale afin de faciliter un changement.

À propos du rapport 
Consumer health: time for a regulatory re-think? a été préparé et rédigé par l'Economist Intelligence Unit (EIU), et sponsorisé par RB en association avec la Proprietary Association of Great Britain (PAGB). Il examine l'environnement des soins de santé en pleine évolution, le rôle des soins auto-administrés et les efforts en matière d'harmonisation de la réglementation des médicaments en vente libre. Le rapport s'appuie sur de vastes recherches documentaires et des entretiens approfondis avec 15 experts de groupes comprenant la Fondation Bill et Melinda Gates, la Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency, l'Association européenne des spécialités pharmaceutiques grand public, l'Organisation panaméricaine de la santé, la Consumer Healthcare Products Association et IMS Health. Le rapport complet est accessible et téléchargeable ici http://www.rb.com/media/1646/rb-eiu-consumer-health-report.pdf.

À propos de RB 
RB* est le leader mondial de l'hygiène et de la santé grand public. La société est présente dans plus de 60 pays, avec des sièges à Londres, Dubaï et Amsterdam, et des ventes dans près de 200 pays. La société emploie environ 37 000 personnes à l'échelle mondiale. 

Ayant pour mission de fournir des solutions innovantes pour des vies plus saines et des foyers plus heureux, RB figure parmi les 20 plus grandes entreprises cotées à la Bourse de Londres. La société est aujourd'hui le n° 1 ou n° 2 mondial dans la majorité de ses catégories en plein essor, grâce à un taux d'innovation exceptionnel. Son portefeuille de produits de santé, d'hygiène et d'entretien est dominé par les 19 marques internationales de premier plan suivantes : Nurofen, Strepsils, Gaviscon, Mucinex, Durex, Scholl, Clearasil, Lysol, Dettol, Veet, Harpic, Bang, Mortein, Finish, Vanish, Calgon, Air Wick, Woolite et French's.  80 % de ses revenus de base proviennent des catégories Santé et Hygiène de ce portefeuille.

Pour tout complément d'information, veuillez consulter le site http://www.rb.com  

*RB est le nom commercial du groupe de sociétés Reckitt Benckiser

1. PAGB, Driving the self care agenda. Disponible à l'adresse : http://www.pagb.co.uk/information/PDFs/AndyTismanarticle.pdf

2. Booz & Co, The Value of OTC Medicine to the United States, janvier 2012. Disponible à l'adresse http://www.yourhealthathand.org/images/uploads/The_Value_of_OTC_Medicine_to_the_United_States_BoozCo.pdf

3. AESGP. Self-Care: A winning solution for Citizens, healthcare professionals, health systems. 2004

LA

SOURCE RB and PAGB