Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, donne son plein soutien au Qatar pour la création de l'Alliance mondiale des zones arides (AMZA)

25 Juin, 2012, 19:19 BST de Qatar Nacional Food Security Programme

- Avec photo

- Un groupe de responsables mondiaux se réunit au Pavillon national du Qatar à la Conférence des Nations unies sur le développement durable (Rio+20) pour discuter de la sécurité alimentaire dans les zones arides.

RIO DE JANEIRO, 25 juin 2012 /PRNewswire/ -- « Nous voulons pouvoir dire que nous vivons dans un monde durable mais cela n'est pas possible quand un milliard de personnes meurent de faim. L'éradication de la faim est une des plus grandes priorités des Nations unies. C'est pourquoi je souhaite féliciter le Qatar pour avoir pris la tête des activités visant à changer cette situation en créant l'Alliance mondiale des zones arides. » C'est avec ce message important que le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon a donné le ton pour la dernière journée de discussions à Rio lors du Forum du Qatar sur la durabilité.

(Photo : http://photos.prnewswire.com/prnh/20120623/SP29562 )

Le Secrétaire général a rejoint d'autres responsables mondiaux lors d'un débat d'experts intitulé « Agir ensemble pour la sécurité alimentaire : l'Alliance mondiale des zones arides (AMZA) ». Ce débat était organisé par l'AMZA, une alliance qui regroupe des pays arides en vue de leur collaboration sur les questions de sécurité alimentaire.

Ont participé au débat Son Excellence Abdullah bin Hamad Al-Attiyah, Président du Bureau qatarien chargé du contrôle administratif et de la transparence et responsable de la délégation qatarienne à la Conférence des Nations unies sur le développement durable (Rio+20), S. E. Khaled bin Mohammed Al-Attiya, Ministre d'État chargé des affaires étrangères et S. E. Nasser bin Abdulaziz Al-Nasser, Président de l'Assemblée générale des Nations unies.

« L'un des principaux objectifs de l'ONU est de nourrir la population mondiale », a expliqué le Secrétaire général. « Actuellement, un tiers de la nourriture produite sur la planète est gaspillé. Ce qui signifie que nous avons assez de nourriture mais que le système en place ne permet pas de garantir que cette nourriture est acheminée vers tout le monde ».

Son Excellence Fahad bin Mohammed Al-Attiya, directeur exécutif du Programme national qatarien pour la sécurité alimentaire, a mené le débat de la journée sur la sécurité alimentaire en soulignant l'engagement du Qatar qui souhaite élaborer un programme en faveur de l'énergie renouvelable, de la gestion de l'eau et de l'agriculture durable. Il a appelé les autres nations à mettre leurs efforts en commun dans le but de lutter contre les problèmes alimentaires mondiaux. « Le Qatar entend faire plus que s'occuper de ses propres problèmes liés à la sécurité alimentaire et à l'approvisionnement en eau », a expliqué le Président Al-Attiya. « Nous sommes heureux de nous associer à d'autres nations à travers le monde afin de partager nos recherches, nos meilleures pratiques et nos moyens dans le cadre d'une alliance formelle réunissant des pays arides ».

Il a été rejoint sur le podium du Pavillon du Qatar à Rio+20 par d'éminents responsables qatariens et mondiaux tels que le directeur de l'AMZA et l'ambassadeur de l'État du Qatar, S. E. Bader Al-Dafa ; l'ex-Président du Gouvernement espagnol, Jose Luis Rodrigues Zapatero ; le conseiller diplomatique principal pour l'AMZA, Miguel Moratinos ; le directeur de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Parviz Koohafkan ; le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, Ertharin Cousin ; le responsable principal chargé de la stratégie de développement au Fonds international pour le développement agricole (IFAD), Carlos Sere.

Représentant environ 40 pour cent de la surface du globe, les zones arides abritent deux milliards d'individus. Les programmes menés dans le cadre de l'AMZA viseront à éliminer les problèmes auxquels ces pays sont confrontés. « Notre mission consiste à élaborer les capacités permettant de garantir la sécurité alimentaire dans les zones arides et de mettre nos technologies au profit de pays moins développés », a précisé l'ambassadeur Bader Al-Dafa.

Plus de 10 pour cent de ces zones souffrent des effets de l'activité humaine, laquelle est à l'origine de l'érosion des terres arables, de la multiplication des pénuries d'eau, de la salinisation, de la désertification et de la perte de biodiversité. Dans ces pays, les problèmes liés à la sécurité alimentaire se succèdent, avec des stratégies intégrées durables pour l'agriculture et une plus grande sensibilisation à l'utilisation de l'eau. « Nous devons produire de la nourriture tout en respectant l'environnement et nous devons apprendre de la Nature afin de pouvoir la préserver », a expliqué l'ex-Président espagnol, Jose Luis Rodrigues Zapatero. « Je salue l'État du Qatar pour avoir pris en main cette question. Les pays arides doivent s'unir pour régler la question de la sécurité alimentaire, et le Qatar a fait un pas important dans cette direction en apportant des moyens qui mettront les choses en marche », a conclu Zapatero.

Au terme des débats, Miguel Moratinos, conseiller diplomatique principal de l'AMZA, a souligné le rôle important que l'AMZA joue dans la société mondiale en luttant contre les menaces du 21e siècle grâce à des solutions innovantes. « Grâce à l'AMZA, nous lutterons contre la faim et les pénuries d'eau ».

À propos de l'Alliance mondiale des zones arides (AMZA)

L'AMZA est une entreprise collaborative qui réunit des pays gravement touchés par des problèmes liés à l'aridité. Cette alliance, fondée sur un traité, vise à combattre la menace posée par l'insécurité alimentaire, à trouver des solutions aux problèmes communs de sécurité alimentaire et à fournir une assistance mutuelle en cas d'urgence. Dans le but de pouvoir à terme partager les connaissances et les meilleures pratiques avec les populations souffrant de faim et de pauvreté, l'AMZA mènera des recherches conjointes et créera des innovations technologiques ; elle acheminera les financements aux organisations en place pour mener des recherches particulières et mettre en œuvre des programmes ; elle améliorera les politiques des membres en matière de sécurité alimentaire et leur planification ; elle réduira la vulnérabilité des membres à l'insécurité alimentaire ; et elle mettra en place des capacités de réaction en cas de crise alimentaire. Cette alliance a été instaurée à l'initiative de Son Altesse le Prince héritier du Qatar Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani avec le concours du Programme national qatarien pour la sécurité alimentaire.

Note aux rédacteurs :
Une photo accompagnant ce communiqué est mise à votre disposition par l'European Pressphoto Agency (EPA) sur http://www.epa.eu

LA

SOURCE Qatar Nacional Food Security Programme