Le Siltuximab reçoit un avis favorable du CHMP pour son utilisation dans le traitement de la maladie de Castleman multicentrique, une maladie du sang très rare

24 Mars, 2014, 10:04 GMT de Janssen-Cilag International NV

BEERSE, Belgique, March 24, 2014 /PRNewswire/ --

- Nouvelle annoncée par Janssen-Cilag International NV le vendredi 21 mars.

La société Janssen-Cilag International NV (« Janssen ») a annoncé ce jour que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis favorable recommandant l'accord d'une autorisation de mise sur le marché du Siltuximab dans le traitement de patients adultes atteints de la maladie de Castleman multicentrique (MCM) ayant testé négatif au virus VIH et au virus de l'herpès (HHV-8).[1] Si cette autorisation est octroyée, le Siltuximab sera le premier médicament dans le traitement des patients atteints de MCM à obtenir une approbation réglementaire dans l'UE.

La MCM est une maladie du sang très rare et complexe associée à un taux élevé de mortalité.  Il s'agit d'une maladie lymphoproliférative, où les lymphocytes, une variété de globules blancs, sont en surproduction, ce qui entraine une hypertrophie des ganglions lymphatiques.  La MCM peut aussi affecter le tissu lymphoïde des organes et causer une hypertrophie du foie, de la rate ou d'autres organes.[2] Les infections, le dysfonctionnement de plusieurs organes et les affections malignes telles que le lymphome sont des causes fréquentes de mortalité chez les patients atteints de MCM.[2],[3],[4]

L'avis favorable du CHMP a été émis suite à l'examen de données issues d'une étude pivot, multinationale, randomisée en double aveugle contre placebo (MCD2001) chez 79 patients atteints de MCM, ainsi que de données provenant de deux études additionnelles non randomisées.  L'étude MCD2001 a évalué la sécurité et l'efficacité du Siltuximab accompagné des meilleurs soins de soutien (MSS) par rapport au placebo accompagné des meilleurs soins de soutien chez les patients atteints de MCM ayant testé négatif au VIH et au HHV-8. Le principal objectif d'évaluation de l'étude était d'obtenir une réponse tumorale et symptomatique durable, telle que la réponse de la tumeur évaluée par un examen indépendant et par la résolution ou la stabilisation des symptômes de MCM recueillis de façon prospective, pendant au moins 18 semaines sans échec de traitement. Les objectifs secondaires comprenaient des mesures d'efficacité et de sécurité pré-établies.[5]

MCD2001 est la première étude MCM randomisée.[5] Les résultats ont montré que plus d'un tiers des patients du groupe Siltuximab présentaient une réponse tumorale et symptomatique durable au traitement plus MSS, comparativement à aucun des patients du groupe placebo plus MSS (34 % contre 0 % ; p = 0,0012 ; d'après examen central). Le temps moyen avant échec thérapeutique n'a pas été atteint chez les patients ayant reçu Siltuximab plus MSS au cours des 48 semaines de traitement ; les patients ayant reçu placebo plus MSS ont présenté un échec de traitement d'une durée moyenne de 134 jours (p = 0,0084).[5]

« Chez Janssen, nous sommes portés par notre engagement envers nos patients et la recherche et par le développement de produits innovants », a déclaré Jane Griffiths, présidente du groupe Janssen pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique (EMOA). « Nous sommes donc très heureux que le CHMP ait émis un avis favorable et nous sommes fiers de notre travail sur Siltuximab, qui a le potentiel de répondre à un besoin encore non satisfait chez les patients atteints de MCM, pour lesquels aucun traitement approuvé n'existe encore au sein de l'UE. »

Siltuximab a obtenu le statut de médicament orphelin pour la MCM en Europe et aux États-Unis.  La Commission Européenne doit rendre sa décision finale à propos de Siltuximab dans les trois prochains mois.

Le 3 septembre 2013, Janssen a annoncé qu'une demande de licence pour produit biologique (BLA) avait été déposée auprès de l'office du contrôle pharmaceutique et alimentaire américain (FDA) pour le Siltuximab dans le traitement des patients atteints de MCM ayant testé négatif au VIH et au HHV-8.  La FDA américaine a accepté la soumission et accordé à Siltuximab le statut de revue prioritaire, actuellement en cours.

À  propos  de  Siltuximab

Siltuximab est un anticorps monoclonal chimérique contre le récepteur de l'interleukine-6 (anti-IL-6R) qui se lie à IL-6 humaine. IL-6 est un cytokine multifonctionnel produit par de nombreuses cellules, telles que les lymphocytes B et T et les cellules monocytes, fibroblastes et endothéliales.  La surproduction dérégulée de cellules IL-6 à partir de lymphocytes B dans les ganglions lymphatiques touchés a été impliquée dans la pathogenèse, ou mécanismes à l'origine de la MCM.[6] Retrouvez de plus amples informations sur l'étude en cours du Siltuximab sur le site http://www.clinicaltrials.gov.

À  propos  de  la  maladie  de  Castleman  multicentrique  (MCM)

La MCM est une maladie proliférative qui agit en grande partie comme le lymphome (cancer de la lymphe). Cette maladie est si rare qu'il est très difficile d'en recenser le nombre de cas.

Les signaux et symptômes de la MCM sont causés par la dérégulation de la production de IL-6.[2],[6] Parmi les symptômes fréquents se trouvent l'hypertrophie des ganglions lymphatiques (grosseurs sous la peau), fièvre, faiblesse, fatigue, sueurs nocturnes, perte de poids ou d'appétit, nausées, vomissements et lésions nerveuses conduisant à des engourdissements et à une faiblesse.[2] Certains symptômes peuvent mettre la vie des patients en danger. Les infections, le dysfonctionnement d'organes multiples et les tumeurs malignes telles que le lymphome sont les plus importantes causes de décès chez les patients atteints de MCM.[2],[3],[4] Il n'y a actuellement aucun médicament autorisé pour traiter le MCM en Europe.

Par opposition à la maladie « unicentrique » de Castleman, qui est localisée et n'affecte qu'une seule zone ou groupe de ganglions lymphatiques, chez les patients atteints de MCM, plusieurs groupes de ganglions lymphatiques sont affectés dans diverses régions anatomiques. La maladie unicentrique peut-être traitée par ablation chirurgicale du ganglion malade, tandis qu'il est bien plus difficile de traiter la maladie multicentrique.[2],[6]

A  propos  de  Janssen

Les sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson se consacrent au traitement et à la résolution de certains des besoins médicaux insatisfaits les plus importants de notre époque, tels que l'oncologie, l'immunologie, la neuroscience, les maladies infectieuses et les maladies métaboliques et cardiovasculaires. Motivées par leur engagement envers les patients, les sociétés Janssen développent des produits, des services et des solutions de santé novateurs pour aider des patients dans le monde entier. Pour plus d'informations, veuillez consulter le site http://janssen-emea.com/

Janssen  dans  le  domaine  de  l'oncologie

En oncologie, notre objectif est de modifier fondamentalement la façon dont le cancer est perçu, diagnostiqué et géré, en renforçant notre engagement envers les patients qui nous inspirent.  En cherchant des moyens innovants pour répondre aux défis que pose le cancer, nous concentrons nos efforts sur de nombreux traitements et solutions préventives.  Ces solutions se concentrent sur les hématopathies malignes, le cancer de la prostate et le cancer du poumon, l'interception du cancer avec pour objectif de développer des produits capables d'interrompre le développement du processus cancérigène, les biomarqueurs pouvant servir de guide dans l'utilisation individualisée de nos thérapies, ainsi que l'identification et le traitement sécurisés et efficaces des premiers changements dans le microenvironnement de la tumeur.  

###

(Ce communiqué de presse contient des « énoncés prospectifs » tels que définis dans le Private Securities Litigation Reform Act de 1995, en ce qui concerne Siltuximab. Les lecteurs sont priés de ne pas se fier à ces énoncés prospectifs. Ces énoncés se basent sur les attentes actuelles d'évènements futurs. Si des suppositions sous-jacentes s'avèrent imprécises ou si des incertitudes ou risques inconnu(e)s se matérialisent, les résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes et projections de Janssen-Cilag International NV et/ou de Johnson & Johnson. Ces risques et incertitudes incluent, sans s'y limiter, les conditions générales de l'industrie et la concurrence ; les facteurs économiques, tels que les taux d'intérêt et les fluctuations des taux de change des devises ; les avancées technologiques, les nouveaux produits et les brevets obtenus par les concurrents ; les défis inhérents au développement de nouveaux produits, y compris l'obtention d'approbations règlementaires ; les défis relatifs aux brevets ; les changements de comportements et des habitudes de dépense ou la détresse financière des acheteurs de services et produits de santé ; les changements de règlementations et lois gouvernementales et les réformes domestiques et étrangères sur la santé ; les tendances en faveur d'une limitation des dépenses de santé ; et l'examen de plus en plus scrupuleux de l'industrie de la santé par les agences gouvernementales. Une liste et une description plus détaillées de ces risques, incertitudes et autres facteurs est disponible dans le formulaire 10-K du rapport annuel de Johnson & Johnson pour l'exercice clos le 29 décembre 2013, y compris dans l'annexe 99 à  celui-ci, et dans nos dépôts ultérieurs auprès de la Securities and Exchange Commission. Des copies de ces formulaires sont disponibles en ligne sur les sites http://www.sec.gov et http://www.jnj.com ou sur demande auprès de Johnson & Johnson. Ni les sociétés Janssen-Cilag International NV ni Johnson & Johnson ne prévoient d'actualiser des énoncés prospectifs suite à l'obtention de nouvelles informations ou de développements ou évènements futurs.

###

Références

  1. Points forts de la rencontre du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) du 17 au 20 mars 2014. Disponible sur la page : http://www.ema.europa.eu/ema/index.jsp?curl=pages/news_and_events/news/2014/03/news_detail_002044.jsp&mid=WC0b01ac058004d5c1 
  2. American Cancer Society. Maladie de Castleman. Disponible sur la page : http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003093-pdf.pdf. Accessible à partir du 28 février 2014.
  3. Greiner T, Armitage JO, Gross TG. Maladies lymphoprolifératives atypiques. Hematology Am Soc Hematol Educ Program 2000:133-46.
  4. Van Rhee F, Stone K, Szmania S, et al. Castleman Disease in the 21st century: an update on diagnosis, assessment, and therapy. (Maladie de Castleman au 21e siècle : une mise à jour sur le diagnostic, l'évaluation et la thérapie). Clin Adv Hematol Oncol 2010;8:486-98.
  5. Wong RS et al. A Multicenter, Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Study Of The Efficacy and Safety Of Siltuximab, An Anti-Interleukin-6 Monoclonal Antibody, In Patients With Multicentric Castleman's Disease. (Étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, sous contrôle placebo de l'efficacité et la sécurité du Siltuximab, un anticorps monoclonal contre le récepteur de l'interleukine-6 (anti-IL-6R), chez les patients atteints de la maladie de Castleman). Blood 2013 122:505. (Présentation orale effectuée au cours de la 55e réunion annuelle de l'American Society of Hematology (ASH) Annual Meeting ; du 7 au 11 déc 2013, à la Nouvelle-Orléans, LA.)
  6. El-Osta HE, Kurzrock R. Castleman's disease: from basic mechanisms to molecular therapeutics. (Maladie de Castleman, des mécanismes de base à la thérapie moléculaire). Oncologist 2011;16:497-511.

LA

SOURCE Janssen-Cilag International NV