Le Texas Cardiac Arrhythmia Institute du St. David's Medical Center est le premier au Texas à implanter le dispositif de clôture de l'appendice auriculaire gauche WATCHMAN™ qui vient d'être agréé par la FDA

05 Octobre, 2015, 09:08 BST de Texas Cardiac Arrhythmia Institute at St. David's Medical Center

Le dispositif de clôture de l'appendice auriculaire gauche WATCHMAN™ offre aux patients atteints de fibrillation auriculaire une solution de remplacement au traitement à long terme au warfarine visant à réduire le risque d'AVC

AUSTIN, Texas, 5 octobre 2015 /PRNewswire/ -- Le Texas Cardiac Arrhythmia Institute (TCAI) du St. David's Medical Center est récemment devenu le premier centre au Texas à implanter le dispositif de clôture de l'appendice auriculaire gauche WATCHMAN (LAAC) nouvellement agréé par la FDA sur un patient atteint de fibrillation auriculaire non valvulaire (A Fib).

Vidéo : https://youtu.be/owgAW8JOgWo

«  WATCHMAN est un nouveau dispositif innovant de fermeture mécanique d'un appendice auriculaire », explique le docteur Rodney Horton, M.D., cardiologue-électrophysiologue au Texas Cardiac Arrhythmia Institute du St. David's Medical Center. « Nous sommes heureux d'être les premiers dans l'Etat à implanter ce nouveau dispositif ».

La fibrillation auriculaire non valvulaire est une maladie cardiaque dans laquelle les cavités supérieures du cœur (oreillettes) battent trop vite et à un rythme irrégulier (fibrillation). C'est l'arythmie la plus répandue puisqu'elle touche actuellement plus de cinq millions d'Américains. Les patients atteints d'une fibrillation auriculaire non valvulaire présentent un plus grand risque d'AVC car cette maladie peut entraîner une accumulation du sang et la formation de caillots dans l'appendice auriculaire gauche. Si un caillot de sang se détache, il peut voyager jusqu'au cerveau et provoquer un AVC. Environ 20 pour cent des tous les AVC surviennent chez des patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire, et les AVC liés à une fibrillation auriculaire non valvulaire sont le plus souvent mortels et invalidants.

Le traitement le plus répandu pour réduire le risque d'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire consiste à utiliser un médicament anticoagulant au warfarine. Malgré son efficacité avérée, un traitement médicamenteux au warfarine à long terme est mal toléré par certains patients, et il s'accompagne de risques importants de complications hémorragiques. Aujourd'hui, près de la moitié des patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire pouvant bénéficier d'un traitement au warfarine ne sont pas traités en raison de problèmes liés à l'intolérance et à l'observance.

L'ablation cardiaque est souvent un autre traitement possible. Pendant l'ablation, de l'énergie électrique est administrée au tissu cardiaque afin de rétablir un rythme cardiaque normal en écartant la source du rythme anormal du reste du cœur.

« J'ai eu un incident neurologique accompagné de symptômes s'apparentant à ceux d'un AVC », explique Robert Klein, un patient bénéficiant de WATCHMAN. « Mon pied gauche a cédé et je suis tombé. Quand ça s'est passé, c'était une surprise totale parce que le Dr Horton venait de procéder à une ablation pour rétablir mon rythme ».

Une fibrillation auriculaire non valvulaire a été diagnostiquée chez Klein en 2007.

« Il s'en sortait vraiment bien du point de vue de la fibrillation auriculaire non valvulaire, mais il était atteint d'un type de fibrillation auriculaire non valvulaire où certains des déclencheurs viennent actuellement de son appendice », explique le Dr Horton. « C'est un cas assez singulier dans la mesure où le patient prenait bien ses anticoagulants et a tout de même fini par avoir un AVC ».

Le dispositif WATCHMAN est un implant permanent conçu pour fermer l'appendice auriculaire gauche et empêcher ainsi que des caillots de sang de l'appendice auriculaire gauche pénètrent dans le flux sanguin. En fermant l'appendice auriculaire gauche, il est possible de réduire le risque d'AVC et, au fil du temps, les patients peuvent arrêter de prendre du warfarine.  

« Cela nous permet de proposer à certains patients un traitement susceptible de changer leur vie puisqu'il permet éliminer les difficultés liées à un traitement de longue durée au warfarine et, plus important encore, de réduire le risque d'AVC », explique le Dr Horton.

« J'espère qu'une fois le WATCHMAN implanté, je n'aurai plus d'AVC », selon Klein.

Le dispositif WATCHMAN a été approuvé par la U.S. Food and Drug Administration (FDA) le 13 mars 2015, et il est agréé en Europe depuis 2005. (TCAI a participé à des essais cliniques tendant à étudier son efficacité aux Etats-Unis pendant près de dix ans)

LA

SOURCE Texas Cardiac Arrhythmia Institute at St. David's Medical Center



Liens connexes

http://www.tcainstitute.com/