Lenvatinib: nouvelle demande d'amm en association avec l'évérolimus dans le traitement du carcinome a cellules renales avance ou metastatique non resecable, déposée par Eisai auprès de l'Agence Européenne du Médicament (EMA)

12 Janvier, 2016, 00:01 GMT de Eisai

HATFIELD, Angleterre, January 12, 2016 /PRNewswire/ --


DESTINÉ AUX MÉDIAS EUROPÉENS UNIQUEMENT : NE CONCERNE PAS LES MÉDIAS SUISSES OU AUTRICHIENS 

La demande d'AMM du lenvatinib, découvert et mis au point par Eisai, en association avec l'évérolimus, a été déposée dans l'indication du traitement des patients atteints d'un cancer du rein métastatique  

Eisai dépose aujourd'hui une nouvelle demande d'Autorisation de Mise sur le Marché auprès de l'Agence Européenne du Médicament (EMA) pour l'utilisation du lenvatinib (LENVIMA®) en association avec l'évérolimus, dans le traitement des patients atteints du carcinome à cellules rénales avancé ou métastatique non resécable, ayant été prétraités par une seule thérapie ciblée anti-VEGF (facteur de croissance de l'endothélium vasculaire). Le lenvatinib est une thérapie ciblée trispécifique administrée par voie orale disposant d'une puissante sélectivité. Une demande similaire a déjà été déposée auprès de la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis. Le Comité des Médicaments à Usage Humain (CHMP) de l'EMA a accepté en octobre 2015 que la demande d'AMM du lenvatinib soit effectuée en procédure accélérée.

Cette demande s'appuie sur un essai de phase II portant sur le lenvatinib, utilisé en association avec l'évérolimus, qui a montré que la survie sans progression était significativement prolongée chez les patients atteints d'un carcinome à cellules rénales métastatique (CCRm) par rapport aux patients traités par l'évérolimus en monothérapie. Les patients traités avec la polythérapie ont connu une survie sans progression médiane de 14,6 mois contre 5,5 mois pour les patients traités par l'évérolimus seul (RR 0,40 ; IC à 95 %: 0,24-0,68 ; p < 0,001). Ces données ont été présentées à l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) en juin 2015 et publiées récemment dans le Lancet Oncology.[1]

« Les données de phase II montrent que, pour les patients atteints d'un cancer du rein métastatique, l'adjonction du lenvatinib a apporté un bénéfice statistiquement significatif en matière de survie sans progression par rapport à l'évérolimus en monothérapie. Le dépôt de cette demande d'AMM par Eisai est une nouvelle extrêmement positive pour les médecins autant que pour les patients. Le pronostic actuel pour les personnes atteintes de ce cancer agressif est défavorable, et le potentiel du lenvatinib est réjouissant » déclare le Dr Hilary Glen, Oncologue médicale et Consultante, Beatson West of Scotland Cancer Centre, Écosse, Royaume-Uni.

Le carcinome à cellules rénales est le type de cancer du rein le plus fréquent. Le traitement standard du carcinome à cellules rénales métastatique ou avancé est un traitement ciblé, destiné à interférer avec les molécules spécifiques indispensables à la croissance et à l'évolution tumorale. Malgré cela, le carcinome à cellules rénales reste une maladie pour laquelle les options thérapeutiques sont très limitées.[2]

« Cette demande d'AMM est très importante pour les médecins, les patients et pour Eisai. Le développement du lenvatinib n'a été possible que grâce au soutien de nombreux scientifiques novateurs travaillant dans ce domaine médical complexe depuis des années. Nous sommes honorés de déposer cette demande d'AMM et nous espérons que les patients, en Europe, n'auront pas trop à attendre avant d'avoir accès à ce traitement » a déclaré Gary Hendler, CEO d'Eisai EMEA et président d'Eisai Oncology Global Business Unit.

Le lenvatinib (LENVIMA®) a été enregistré pour le traitement du cancer de la thyroïde réfractaire à l'iode radioactif aux États-Unis, en Suisse, en Europe, ainsi qu'au Japon, et une demande d'autorisation de mise sur le marché a été soumise en Corée du Sud, au Canada, à Singapour, en Russie, en Australie et au Brésil. LENVIMA® a le statut de médicament orphelin au Japon pour le cancer de la thyroïde, aux États-Unis pour le traitement du cancer de la thyroïde folliculaire, médullaire, anaplasique et papillaire métastatique ou localement avancé et en Europe pour le cancer de la thyroïde folliculaire et papillaire.

L'évérolimus est recommandé par le NCCN (National Comprehensive Cancer Network) en deuxième intention dans le traitement du carcinome à cellules rénales avancé ou métastatique non resécable.

Le développement du lenvatinib souligne la mission human health care (hhc) d'Eisai, engagement du laboratoire, à développer des solutions innovantes visant à prévenir, guérir et traiter certaines maladies afin de promouvoir la santé et le bien-être dans le monde. Eisai travaille dans le domaine thérapeutique de l'oncologie et s'efforce de répondre aux besoins médicaux non satisfaits des patients et de leurs familles.

Notes à l'attention des rédacteurs  

Lenvatinib (E7080) 

Le lenvatinib, découvert et mis au point par Eisai, est une molécule de thérapie ciblée, trispécifique administrée par voie orale disposant d'une puissante sélectivité et d'un mode de liaison différent de celui des autres inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK). Le lenvatinib inhibe simultanément l'activité de plusieurs molécules, dont les récepteurs du facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGFR), les récepteurs du facteur de croissance des fibroblastes (FGFR), les récepteurs RET et KIT et les récepteurs du facteur de croissance dérivé des plaquettes (PDGFR).[3],[4] Ceci pourrait faire du lenvatinib le premier traitement qui inhibe simultanément les activités kinase des FGFR 1-4 et des VEGFR 1-3. Par ailleurs, il a été mis en évidence que le lenvatinib disposait d'un nouveau mode d'inhibition des kinases par liaison de type V, distinct de ceux observés avec les composés existants.[5]

A propos du nouveau mode de liaison (type V) du lenvatinib[5],[6]

Les inhibiteurs de kinases sont classés par types (type I à type V) en fonction du site de liaison et de la conformation de la kinase ciblée avec laquelle ils forment un complexe. Actuellement, la majorité des inhibiteurs de la tyrosine kinase approuvés sont de type I ou de type II. Cependant, la cristallographie par diffraction des rayons X a révélé que le lenvatinib présente un nouveau mode d'inhibition des kinases par liaison de type V, distinct de ceux observés avec les composés existants. Par ailleurs, l'analyse cinétique a confirmé que le lenvatinib exerçait une inhibition rapide et puissante de l'activité kinase qui

À propos du carcinome à cellules rénales 

Le carcinome à cellules rénales (CCR) est un cancer du rein qui trouve son origine dans la muqueuse du tubule contourné proximal, à savoir les très petits tubes du rein qui filtrent le sang et éliminent les déchets. Ce type de cancer prolifère également à partir des tubes collecteurs corticaux, outre le tubule proximal. Les seules tumeurs du rein qui ne sont pas incluses dans la définition du CCR sont les tumeurs du pelvis rénal et des uretères. [7]

Le CCR représente environ 90 % des tumeurs malignes rénales et environ 2 à 3 % des cancers; l'incidence la plus élevée étant constatée dans les pays occidentaux. Ces 20 dernières années, jusqu'à récemment, l'incidence de la maladie dans le monde augmentait de 2 % par an.[8]

Eisai en oncologie 

Notre engagement à faire progresser significativement la recherche en oncologie est fondé sur l'expertise scientifique, et repose sur notre capacité à réaliser des recherches et des découvertes précliniques sur un plan international, à développer des molécules, des vaccins thérapeutiques, des thérapies biologiques et des soins de support en cancérologie dans de multiples indications.

A propos d'EISAI Co. Ltd. 

Eisai Co. Ltd. est l'un des plus grands groupes pharmaceutiques mondiaux se consacrant à la recherche et au développement de nouveaux médicaments. Son siège social est au Japon. La mission de l'entreprise est de « penser d'abord aux patients et à leurs familles et augmenter les bénéfices des soins de santé », ce qu'EISAI appelle la philosophie du human health care (hhc). Avec plus de 10 000 collaborateurs travaillant au sein de son réseau international de centres de R&D, de sites de production et des filiales commerciales, le groupe s'efforce de mettre sa philosophie hhc en œuvre en développant des produits innovants dans différents domaines thérapeutiques dans lesquels de nombreux besoins médicaux restent insatisfaits, notamment l'oncologie et la neurologie.

En tant que groupe pharmaceutique mondial, la mission d'Eisai concerne les patients du monde entier, grâce à ses investissements et à sa participation à des initiatives basées sur des partenariats, visant à améliorer l'accès aux médicaments dans les pays en développement et émergents.

Pour plus d'informations à propos d'Eisai Co. Ltd., veuillez consulter le site http://www.eisai.com

Bibliographie

1. Motzer R, et al. Randomized phase 2 three-arm trial of lenvatinib, everolimus, and the combination in patients with metastatic renal cell carcinoma. The Lancet Oncology. 2015. Available at http://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045(15)00290-9/abstract. Last accessed: December 2015

2. National Cancer Institute at the National Institute of Health. Available at: http://www.cancer.gov/types/kidney/patient/kidney-treatment-pdq. Last accessed: December 2015

3. Matsui J et al. Multi-kinase inhibitor E7080 suppresses lymph node and lung metastases of human mammary breast tumor MDA-MB-231 via inhibition of vascular endothelial growth factor-receptor (VEGF-R) 2 and VEGF-R3 kinase. Clin Cancer Res 2008 Sep 1;14(17):5459-65.

4. Matsui J et al. E7080, a novel inhibitor that targets multiple kinases, has potent antitumor activities against stem cell factor producing human small cell lung cancer H146, based on angiogenesis inhibition. 2008 Feb 1;122(3):664-71.

5. Okamoto K, et al. Distinct Binding Mode of Multikinase Inhibitor Lenvatinib Revealed by Biochemical Characterization. ACS Med. Chem. Lett 2015;6:89-94

6. Wu P. Small-molecule kinase inhibitors: an analysis of FDA-approved drugs. Drug Discovery Today, July 2015; 1-6

7. National Cancer Institue at the National Institute of Health. Available at: http://www.cancer.gov/types/kidney/patient/kidney-treatment-pdq. Accessed: September 2015

8. Ljungberg et al. Guidelines on Renal Cell Carcinoma. Available at: http://uroweb.org/wp-content/uploads/10-Renal-Cell-Carcinoma_LR-LV2-2015.pdf. Last accessed December 2015


LA

SOURCE Eisai