Lenvima® (Lenvatinib): amélioration de la survie globale dans le cancer avancé de la thyroïde, presentation au Congrès de L’ECC 2015 (European Cancer Congress)

14 Septembre, 2015, 00:01 BST de Eisai

HATFIELD, Angleterre, September 14, 2015 /PRNewswire/ --

DESTINÉ AUX MÉDIAS EUROPÉENS UNIQUEMENT - NE CONCERNE PAS LES JOURNALISTES SUISSES OU AUTRICHIENS 

Eisai présente également des données confirmant l'efficacité et la sécurité d'Halaven® (éribuline) dans le traitement du cancer du sein métastatique 

Huit abstracts concernant les résultats d'une nouvelle étude en oncologie seront présentés à l'occasion du 18e congrès biennal de l'ECC (European Cancer Congress), organisé à Vienne du 25 au 29 septembre 2015.

L'amélioration de la survie globale des patients souffrant d'un cancer de la thyroïde différencié réfractaire à l'iode radioactif (CTD-RR) sous lenvatinib par rapport au placebo, mise en évidence par une nouvelle analyse de l'étude de phase III SELECT, sera présentée au congrès dans le cadre d'une communication orale le samedi 26 septembre 2015.

Une nouvelle analyse des biomarqueurs sériques et des résultats cliniques de l'étude de phase II portant sur le lenvatinib, l'évérolimus, et l'association des 2 molécules dans le traitement du carcinome des cellules rénales métastatique sera exposée dans le cadre de la session posters du 26 septembre 2015. Cette étude a initialement été présentée dans une communication orale au congrès annuel de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) de mai 2015.

Les données relatives à l'influence du délai avant la première réponse objective sur les résultats cliniques obtenus avec le lenvatinib dans l'étude SELECT font l'objet d'un poster qui sera présenté le dimanche 27 septembre 2015. Les données d'efficacité et de sécurité du lenvatinib en fonction des critères définis dans l'étude SELECT pour le cancer réfractaire à l'iode 131 feront également l'objet d'un poster, exposé le même jour.

« Avec ces données, Eisai est présent pour les patients souffrant de cancers rares, métastatiques et avancés. Par le biais de l'innovation, et en se concentrant sur la possibilité d'allonger la vie des patients atteints de cancer, Eisai est fier de présenter ces résultats au Congrès européen 2015 sur le cancer.» a expliqué Gary Hendler, CEO Eisai EMEA et Président d'Eisai Oncology Global Business Unit.

D'autres résultats concernant l'éribuline (HALAVEN®) seront également présentés lors de la session posters samedi 26 septembre 2015. Il s'agit de présenter les données de qualité de vie liée à la santé, issus de l'étude de phase III visant à comparer l'éribuline à la dacarbazine chez des patients souffrant de différents sous-types de sarcome des tissus mous,

En juillet 2015, une demande de variation de type II a été soumise à auprès de l'agence du médicament européenne (EMA) afin d'obtenir l'autorisation d'une nouvelle indication de l'éribuline dans le traitement des patients souffrant d'un sarcome des tissus mous non resécable, déjà traités par chimiothérapie pour un cancer localement avancé ou métastatique. Des demandes semblables ont également été déposées aux États-Unis et au Japon.

A l'initiative des investigateurs, autres abstracts portant sur l'éribuline dans le traitement du cancer du sein métastatique seront présentés lors du congrès.

Une synthèse des abstracts Eisai acceptés pour une présentation à l'ECC cette année figure ci-dessous :


   
    Product         Abstract Name                        Session
                                                        
    Lenvatinib      Overall survival gain with           Abstract No: 2805
                    lenvatinib vs. placebo in            26 September 2015
                    radioactive iodine refractory        Oral: 10:30 - 12:50 CEST,
                    differentiated thyroid cancer        Hall C1
                    (RR-DTC): An updated analysis        Guo, M.

    Lenvatinib      Correlative analyses of serum        Abstract No: 432
                    biomarkers and clinical outcomes in  26 September 2015
                    the phase 2 study of lenvatinib,     Poster: 16:45 - 18:45
                    everolimus, and the combination, in  CEST, Hall C
                    patients with metastatic renal cell  Glen, H.
                    carcinoma following 1 VEGF-targeted 
                    therapy                             


    Lenvatinib      The influence of time to objective   Abstract No: 2862
                    response on lenvatinib clinical      27 September 2015
                    outcomes in the phase 3 SELECT trial Poster: 9:15 - 11:15 CEST,
                                                         Hall C
                                                         Newbold, K.

    Lenvatinib      Defining 131I-refractory             Abstract No: 2864
                    differentiated thyroid cancer:       27 September 2015
                    efficacy and safety of lenvatinib by Poster: 9:15 - 11:15 CEST,
                    131I-refractory criteria in the      Hall C
                    SELECT trial                         Kiyota, N.

    Eribulin        Randomized, open-label, multicenter, Abstract No: 3441
                    phase 3 study of eribulin versus     26 September 2015
                    dacarbazine in patients with         Poster: 16:45 - 18:45
                    leiomyosarcoma and adipocytic        CEST, Hall C
                    sarcoma: Health-related quality of   Gelderblom, H.
                    life results                        

    Eribulin        Italian observational study of       Abstract No: 1849
                    Eribulin Mesylate in patients with   28 September 2015
                    advanced breast cancer: ESEMPiO      09:15 - 11:15 CEST, Hall C
                    study                                Barni, S.

    Eribulin        Activity and toxicity profile of     Abstract No: 1865
                    eribulin mesylate in heavily         28 September 2015
                    pretreated metastatic breast cancer: Poster: 09:15 - 11:15
                    An observational study (EVHALAVEN)   CEST, Hall C
                                                         Patsouris, A.

    Eribulin        Eribulin mesylate in metastatic      Abstract No: 1320
                    breast cancer, a focus on safety and 28 September 2015
                    efficacy in elderly patients.        Poster. 16.45-18.45, Hall
                    Results from the EVHALAVEN           C
                    multicentric retrospective cohort    Martin-babau,J

Le lenvatinib a obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) de la Commission européenne en mai 2015 pour le traitement du cancer de la thyroïde (papillaire, folliculaire, à cellules de Hürthle) différencié (CTD) réfractaire à l'iode radioactif (IRA) progressif, localement avancé ou métastatique chez les patients adultes.

Le lenvatinib a été approuvé pour le traitement du cancer de la thyroïde réfractaire à l'iode radioactif aux États-Unis ainsi qu'au Japon, et une demande d'autorisation de mise sur le marché a été soumise en Suisse, en Corée du Sud, au Canada, à Singapour, en Russie, en Australie et au Brésil. LENVIMA® a le statut de médicament orphelin au Japon pour le cancer de la thyroïde, aux États-Unis pour le traitement du cancer de la thyroïde folliculaire, médullaire, anaplasique et papillaire métastatique ou localement avancé et en Europe pour le cancer de la thyroïde folliculaire et papillaire.

L'éribuline est actuellement indiquée pour le traitement des patientes atteintes d'un cancer du sein localement avancé ou métastatique, dont la maladie a progressé après au moins un protocole de chimiothérapie pour le traitement du stade avancé. Le traitement antérieur adjuvant ou du cancer métastatique doit avoir comporté une anthracycline et un taxane, sauf si ces traitements n'étaient pas appropriés aux patientes.[1]

Notes aux éditeurs  

Lenvatinib (E7080) 

Le lenvatinib inhibe simultanément l'activité de plusieurs récepteurs différents, dont les récepteurs du facteur de croissance endothéliale vasculaire (VEGFR), les récepteurs du facteur de croissance des fibroblastes (FGFR), les récepteurs RET et KIT et les récepteurs du facteur de croissance dérivé des plaquettes (PDGFR).[2],[3] Le lenvatinib serait le premier ITK inhibant simultanément les activités kinase des FGFR 1-4 et des VEGFR 1-3. Lenvima® (lenvatinib) est indiqué chez les patients adultes pour le traitement du cancer de la thyroïde différencié (CTD) (papillaire, folliculaire, à cellules de Hürthle), localement avancé ou métastatique réfractaire à l'iode radioactif (IRA) et progressif.[4]

À propos du nouveau mode de liaison (type V) du lenvatinib)[5]  

Les inhibiteurs de kinases sont classés par types (type I à type V) en fonction du site de liaison et de la conformation de la kinase ciblée avec laquelle ils forment un complexe. Actuellement, la majorité des inhibiteurs de la tyrosine kinase approuvés sont de type I ou de type II. Cependant, la cristallographie par diffraction des rayons X a révélé que le lenvatinib présente un nouveau mode d'inhibition des kinases par liaison de type V, distinct de ceux observés avec les composés existants. Par ailleurs, l'analyse cinétique a confirmé que le lenvatinib exerçait une inhibition rapide et puissante de l'activité kinase qui pourrait être attribuée à ce nouveau mode de liaison

À propos de l'étude [6] 

L'étude SELECT (Study of (E7080) LEnvatinib in Differentiated Cancer of the Thyroid; essai clinique sur le lenvatinib (E7080) dans le cancer de la thyroïde différencié) est un essai de phase III multicentrique, randomisé, en double aveugle, contrôlé contre placebo, dont l'objectif était de comparer la Survie sans Progression (SSP) de patients atteints d'un cancer de la thyroïde différencié et présentant des signes radiographiques de progression de la maladie au cours des 13 mois précédents l'inclusion. Les patients étaient traités par lenvatinib en prise orale unique quotidienne (24 mg) ou par placebo. L'essai a inclus 392 patients et a été réalisé sur plus de 100 centres en Europe, en Amérique du Nord et du Sud et en Asie. Elle a été menée par Eisai en collaboration avec le groupe SFJ Pharmaceuticals.

Les patients à l'étude ont été répartis par groupe d'âge (≤ 65 ans et > 65 ans), par région et selon qu'ils avaient reçu ou non un traitement ciblé sur les récepteurs VEGFR, puis randomisés selon un rapport de 2 pour 1 pour recevoir soit le lenvatinib (24 mg/j, cycle de 28 j) soit un placebo. Le critère d'évaluation principal était la SSP évaluée par un examen radiologique indépendant. Les critères d'évaluation secondaires de l'étude incluaient le taux de réponse globale (TRG), la survie globale (SG) et la sécurité d'emploi.

Les six événements indésirables liés au traitement (EILT) de tous grades les plus fréquents ont été l'hypertension artérielle (67,8 %), des diarrhées (59,4 %), la fatigue (59,0 % ), une diminution de l'appétit (50,2 %), une perte de poids (46,4 %) et des nausées (41,0 %). Les EILT de grade 3 ou plus (selon les critères CTCAE) étaient l'hypertension artérielle (41,8 %), une protéinurie (10,0 %), une perte de poids (9,6 %), des diarrhées (8,0 %) et une diminution de l'appétit (5,4 %).

Les analyses de sous-groupes présentées lors de la réunion annuelle de l'Association Européenne de Recherches sur la Glande Thyroïde en septembre 2014 ont montré que le lenvatinib maintient son bénéfice en termes de SSP dans tous les sous-groupes prédéfinis de patients atteints d'un cancer de la thyroïde différencié réfractaire à l'iode radioactif progressif. En particulier, le bénéfice sur la SSP observé chez 195 patients des essais en Europe (lenvatinib n=131 et placebo n=64) était similaire à la SSP de la population globale de l'étude (HR=0,24, [IC à 95 % = 0,16-0,35]).[7] La SSP médiane avec le lenvatinib était de 18,7 mois contre 3,7 mois avec le placebo.[7]

Deux récentes analyses complémentaires de l'étude SELECT ont été présentées au Congrès de l'Endocrine Society en 2015 (ENDO).

La première analyse décrit les résultats de la phase d'extension en ouvert de l'étude SELECT dont l'objectif était d'évaluer le changement de groupe des patients sous placebo passés en période optionnelle de traitement en ouvert sous lenvatinib (cross over). Les résultats soulignent que les patients sous placebo ayant changé de groupe ont atteint une SSP médiane de 12,4 mois lors du traitement en ouvert par le lenvatinib.

Bien que les effets indésirables aient été conséquents, ceux-ci ont généralement pu être pris en charge au moyen de médicaments, d'interruptions du traitement et de réductions de la dose.[8]

La deuxième analyse a examiné le lien entre les anomalies thyroïdiennes et leurs effets sur les résultats de l'étude SELECT en matière de sécurité et d'efficacité. Elle montre que, bien que l'élévation des taux de thyréostimuline (TSH, thyroid-stimulating hormone) ait constitué une complication fréquente, son lien direct avec le traitement par le lenvatinib n'a pas été établi et rien n'indique que les taux de TSH aient une influence sur la réponse de la tumeur au traitement par le lenvatinib.[9]

À propos du cancer de la thyroïde 

Le cancer de la thyroïde se forme dans la glande thyroïde, située à la base du cou près de la trachée.[10] Il touche plus fréquemment les femmes que les hommes et la plupart des patients sont diagnostiqués vers la quarantaine ou la soixantaine.[11]

L'incidence du cancer de la thyroïde a connu une augmentation significative au cours de la dernière décennie, de 69 % et 65 % respectivement chez les hommes et les femmes.[12] Les cancers de la thyroïde les plus fréquents, papillaires et folliculaires (y compris les cancers à cellules de Hürthle), sont du type « cancers de la thyroïde différenciés » (CTD); ils représentent environ 90 % des cancers de la thyroïde.[13] Les autres sont classés comme médullaires (5 - 7 % des cas) ou anaplasiques (1 - 2 % des cas).[14]

La plupart des patients atteints de CTD sont guéris par des interventions chirurgicales et un traitement à base d'iode radioactif; cependant il existe des cas pour lesquels les patients ne répondent pas à ces traitements et pour lesquels le pronostic est péjoratif.[13] En effet, les possibilités thérapeutiques pour cette forme de cancer, réfractaire au traitement, et potentiellement mortel, sont limitées.[14]

À propos du carcinome des cellules rénales 

Le carcinome des cellules rénales est le type de cancer du rein le plus fréquent. Le traitement standard du carcinome des cellules rénales métastatique ou avancé est un traitement moléculaire ciblé, destiné à interférer avec les molécules spécifiques indispensables à la croissance et à l'évolution tumorale. Malgré cela, le carcinome des cellules rénales reste une maladie pour laquelle les options thérapeutiques sont très limitées.[15]

Le carcinome des cellules rénales (CCR) est un cancer du rein qui trouve son origine dans la muqueuse du tubule contourné proximal, à savoir les très petits tubes du rein qui filtrent le sang et éliminent les déchets. Ce type de cancer prolifère également à partir des tubes collecteurs corticaux, outre le tubule proximal. Les seules tumeurs du rein qui ne sont pas incluses dans la définition du CCR sont les tumeurs du pelvis rénal et des uretères.

Le CCR représente environ 90 % des tumeurs malignes rénales et environ 2 à 3 % des cancers; l'incidence la plus élevée étant constatée dans les pays occidentaux. Ces 20 dernières années, jusqu'à récemment, l'incidence de la maladie dans le monde augmentait de 2 % par an.[16]

Eisai en oncologie 

L'engagement d'Eisai à faire progresser significativement la recherche en oncologie est fondé sur l'expertise scientifique, et repose sur la capacité du laboratoire à réaliser des recherches et des découvertes précliniques sur un plan international, à développer des molécules, des vaccins thérapeutiques, des thérapies biologiques et des soins de support en cancérologie dans de multiples indications.

Halaven® (éribuline) 

L'éribuline est le premier inhibiteur de la dynamique des microtubules appartenant à la classe des agents de type halichondrine, doté d'un mécanisme d'action inconnu jusque-là. D'un point de vue structurel, l'éribuline est un analogue de synthèse simplifié de l'halichondrine B, molécule isolée d'Halichondria okadaï, une éponge marine. L'éribuline agirait en inhibant la phase de croissance de la dynamique des microtubules, empêchant la division cellulaire.[1]

À propos d'EISAI Co. Ltd. 

Eisai Co. Ltd. est l'un des plus grands groupes pharmaceutiques mondiaux se consacrant à la recherche et au développement de nouveaux médicaments. Son siège social est au Japon. La mission de l'entreprise est de « penser d'abord aux patients et à leurs familles et augmenter les bénéfices des soins de santé », ce qu'EISAI appelle la philosophie du human health care (hhc). Avec plus de 10 000 collaborateurs travaillant au sein de son réseau international de centres de R&D, de sites de production et des filiales commerciales, le groupe s'efforce de mettre sa philosophie hhc en œuvre en développant des produits innovants dans différents domaines thérapeutiques dans lesquels de nombreux besoins médicaux restent insatisfaits, notamment l'oncologie et la neurologie.

En tant que groupe pharmaceutique mondial, la mission d'Eisai concerne les patients du monde entier, grâce à ses investissements et à sa participation à des initiatives basées sur des partenariats, visant à améliorer l'accès aux médicaments dans les pays en développement et émergents.

Pour plus d'informations à propos d'Eisai Co. Ltd., veuillez consulter le site http://www.eisai.com

Bibliographie 

1.  SmPC Halaven (updated June 2015). Available at:  http://www.medicines.org.uk/emc/medicine/24382/SPC/Halaven+0.44+mg+ml+solution+for+injection/ Accessed: July 2015

2.  Matsui J et al. Multi-kinase inhibitor E7080 suppresses lymph node and lung metastases of human mammary breast tumor MDA-MB-231 via inhibition of vascular endothelial growth factor-receptor (VEGF-R) 2 and VEGF-R3 kinase. Clin Cancer Res 2008 Sep 1;14(17):5459-65.

3.  Matsui J et al. E7080, a novel inhibitor that targets multiple kinases, has potent antitumor activities against stem cell factor producing human small cell lung cancer H146, based on angiogenesis inhibition. 2008 Feb 1;122(3):664-71.

4.  SmPC Lenvima (updated May 2015). Available at: www.medicines.org.uk/emc/medicine/30412 . Accessed: September 2015

5.  Okamoto K, et al. Distinct Binding Mode of Multikinase Inhibitor Lenvatinib Revealed by Biochemical Characterization. ACS Med. Chem. Lett 2015;6:89-94

6.  Schlumberger M et al. Lenvatinib versus placebo in radioiodine refractory differentiated thyroid cancer. NEJM 2015; 372: 621-630. Available at http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1406470 Accessed: August 2015

7.  Newbold K et al. Phase 3 study of (E7080) Lenvatinib in Differentiated Cancer of the Thyroid (SELECT): Results and subgroup analysis of patients from Europe. Presented as a digital poster at ETA 2014. 

8.  Wirth L et al. 2015; Open-Label Extension Phase Outcomes of the Phase 3 Select Trial of Lenvatinib in Patients with 131I-Refractory Differentiated Thyroid Cancer. Endocrine Reviews; 36;2: Abstract 0R44-6. Available at: http://press.endocrine.org/doi/abs/10.1210/endo-meetings.2015.THPTA.6.OR44-6 Accessed: September 2015

9.  Schlumberger M et al. Relationship Between Thyroid-Stimulating Hormone Levels and Outcomes from the Randomized, Double-Blind, Phase 3 Study of (E7080) Lenvatinib in Differentiated Cancer of the Thyroid (SELECT). Available at: https://endo.confex.com/endo/2015endo/webprogram/Paper20459.html Accessed: September 2015

10. National Cancer Institute at the National Institute of Health. Available at: http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/treatment/thyroid/Patient/page1/AllPages#1. Accessed: August 2015

11. Brito J et al. BMJ 2013; 347

12. Cancer Research UK. Thyroid Cancer Incidence Statistics. Available at: http://www.cancerresearchuk.org/cancer-info/cancerstats/types/thyroid/incidence/uk-thyroid-cancer-incidence-statistics Accessed: June 2015

13. Gild M et al. Multikinase inhibitors: a new option for the treatment of thyroid cancer. Nature Reviews Endocrinology. 2011; 7: 617–624

14. Thyroid Cancer Basics. 2011. Available at: www.thyca.org. Accessed: August 2015

15. National Cancer Institute at the National Institute of Health. Available at: http://www.cancer.gov/types/kidney/patient/kidney-treatment-pdq. Accessed: August 2015

16. Ljungberg et al. Guidelines on Renal Cell Carcinoma. Available at: http://uroweb.org/wp-content/uploads/10-Renal-Cell-Carcinoma_LR-LV2-2015.pdf. Accessed: August 2015


Date de préparation : août 2015

Code projet : Oncology-UK0046a

LA

SOURCE Eisai