Les aérosols pulsés ouvrent de nouvelles perspectives pour la thérapie des voies respiratoires en cas de fibrose kystique

31 Juillet, 2013, 08:00 BST de PARI GmbH

MUNICH et LISBONNE, Portugal, July 31, 2013 /PRNewswire/ --

Lors de la 36èmeconférence de l'European Cystic Fibrosis Society (ECFS) qui a eu lieu du 12 au 15 juin derniers à Lisbonne, de nouvelles informations ont été présentées au sujet de la fibrose kystique (FK).

Lors du symposium de PARI GmbH, le professeur Høiby de la clinique universitaire de Copenhague, le professeur Ratjen, de la clinique universitaire de Toronto et PD Dr. Mainz, de la clinique universitaire d'Iéna ont discuté des stratégies de traitement des voies respiratoires supérieures dans le but de diminuer le risque d'infections pulmonaires chez les patients souffrant de FK.

« Environ 65% des patients FK présentent une rhinosinusite intermittente ou chronique (RSC). Le défaut génétique des patients FK influence également les voies respiratoires supérieures », a constaté le Dr. Mainz. « Le milieu est idéal pour les micro-organismes, car l'auto-nettoyage ne fonctionne pas. »

L'équipe de Copenhague qui entoure le professeur Høiby soutient le concept « One airway - one disease » : les voies respiratoires supérieures et inférieures forment un continuum anatomique qui est également valable pour les micro-organismes ou les facteurs d'inflammation. Pour les patients souffrant de FK, les voies respiratoires supérieures constituent un réservoir pour les bactéries qui peuvent ensuite parvenir jusqu'aux poumons. Les génotypes des micro-organismes des voies respiratoires supérieures et inférieures sont le plus souvent identiques, a confirmé le Dr. Mainz d'Iéna [2]. Il a décrit des cas de patients FK transplantés pour lesquels des pseudomonas aeruginosa après LTX persistent dans la zone nasale et du palais, et infectent également les nouveaux poumons à partir de là [1].

C'est pourquoi les voies respiratoires supérieures des patients FK sont systématiquement analysées à Iéna, à la recherche de germes typiques de la FK [3].  Les méthodes conservatrices permettent d'éviter autant que possible le développement d'une RSC ou la nécessité d'une opération des sinus paranasaux. « Le taux de récidive des opérations des sinus paranasaux est élevé et la fonction des cornets nasaux peut en être affectée », ajoute le Dr. Mainz.

L'appareil d'inhalation PARI SINUS est particulièrement bien approprié pour la thérapie conservatoire. Il génère des aérosols pulsés et, grâce à des différences de pression, il favorise l'aération des sinus de la face. Contrairement aux sprays en pompe, les aérosols pulsés atteignent réellement les sinus de la face et montrent une durée de rétention plus importante [4]. Différents médicaments importants pour la FK, tels que la Tobramycine [5], la Dornase alpha [6] ou les solutions salines (0,9%, 6,0%) peuvent être pulvérisés avec le PARI SINUS.

Les études pilotes effectuées jusqu'ici confirment l'effet du PARI SINUS pour l'amélioration de la qualité de vie des patients FK. Une étude multicentrique en cours, contrôlée par effet placebo, permet d'espérer des résultats très prometteurs.

Pour de plus amples informations : http://www.pari.de/presseportal/pressetexte/pressetexte_detailansicht/article/7021/die-neue-wel.html

Indications des sources : http://www.pari.de/presseportal/pressetexte/pressetexte_detailansicht/article/7021/pulsierende.html

Vidéo présentant le système d'inhalation PARI SINUS : http://www.pari.de/anwender/video_center.html

Contact pour la presse:
Petra Kaden
Tél. +49(0)8151-279-119

LA

SOURCE PARI GmbH