Les avocats des utilisateurs d'Accutane annoncent un verdict de 18 millions $ contre Roche suite aux lacunes de la société en matière d'avertissement des patients sur les risques de maladie inflammatoire de l'intestin

02 Juillet, 2012, 20:42 BST de Seeger Weiss LLP

NUTLEY, New Jersey, 2 juillet 2012 /PRNewswire/ -- Vendredi dernier, un jury du New Jersey a rendu un verdict de 18 millions $ en faveur de deux anciens utilisateurs d'Accutane et contre les sociétés Hoffmann La-Roche Inc. et Roche Laboratories, basées à Nutley dans le New Jersey et filiales de Roche Holding AG (ROG).

Les plaignants, Katie Rossitto et Riley Wilkinson, ont, au cours des années 1990, suivi un traitement à base d'Accutane pour leur acné ayant provoqué une colite ulcéreuse, qui est une pathologie permanente débilitante. Chaque plaignant a obtenu 9 millions $ de dommages-intérêts compensatoires pour les blessures provoquées par leur utilisation d'Accutane. Les principaux avocats du procès consolidé étaient David Buchanan de Seeger Weiss LLP (New Jersey/New York) et Troy Rafferty de Levin Papantonio, PA (Pensacola).

En réaction au verdict, M. Buchanan a déclaré : « Nous sommes ravis pour Katie et Riley. Ils ont beaucoup souffert à cause du médicament de Roche et le verdict du jury leur rend une certaine justice. » Il ajoute : « Les preuves ont révélé que Roche a choisi de ne pas divulguer aux médecins prescrivant le médicament ses connaissances et ses conclusions à propos du risque de maladie inflammatoire de l'intestin. Par conséquent, des patients tels que Mme Rossitto et M. Wilkinson étaient totalement ignorants des risques associés à cette maladie débilitante. »

Les cas de Mme Rossitto et M. Wilkinson ont été jugés avec ceux de Rebecca Reynolds et de Jason Young dans le cadre d'un procès consolidé à quatre plaignants. Malgré sa conclusion que Roche n'avait pas fourni des avertissements adéquats aux médecins de Mme Reynolds et de M. Young, le jury a décidé que, compte tenu des circonstances de ces cas, un avertissement adéquat n'aurait pas provoqué de résultats différents. M. Buchanan et M. Rafferty ont fait part de leur déception pour Mme Reynolds et M. Young en notant que les conclusions ultimes dans ces deux cas semblent être incompatibles avec la conclusion explicite de la faute de Roche vis-à-vis de la communauté médicale et des médecins de Mme Reynolds et M. Young.

L'équipe du procès était dirigée par David Buchanan de Seeger Weiss LLP et Troy Rafferty de Levin Papantonio PA. M. Wilkinson, Mme Reynolds et M. Young étaient aussi représentés par Mary Jane Bass, Jack Lurton et Jack Zoesch de Beggs & Lane LLP, Michael Rosenberg et Joey Tsai de Seeger Weiss et Bill Cash de Levin Papantonio. Mme Rossitto était représentée par Peter Samberg, David Rosenband et Kendra Goldhirsch de Weitz & Luxenberg, LLP.

Le procès consolidé est le sixième procès du New Jersey à rendre un verdict à propos d'Accutane. Au cours des cinq procès précédents pour huit anciens utilisateurs d'Accutane, les jurys ont également conclu que Roche n'avait donné d'avertissement adéquat sur les risques de maladie inflammatoire de l'intestin avec Accutane. Il existe actuellement plus de 7000 cas en attente de jugement, dans le New Jersey et ailleurs, concernant d'anciens utilisateurs d'Accutane ayant développé de graves maladies gastro-intestinales suite à l'utilisation de ce médicament.

M. Rafferty a déclaré que « même si les dommages-intérêts accordés à Mme Rossitto et M. Wilkinson ne concernent qu'eux, ils représentent un signe encourageant pour les 7000 autres cas, environ, de maladies inflammatoires de l'intestin, dans le New Jersey et ailleurs ».  Mme Reynolds, Mme Rossitto, M. Wilkinson et M. Young ont tous pris de l'Accutane sous ordonnance au cours des années 1990, de 1992 à 1998. M. Rafferty a remarqué que « qu'entre 1984 et le moment où les plaignants ont pris ce médicament, Roche n'a pas renforcé les avertissements sur l'étiquette d'Accutane, malgré un nombre croissant de preuves internes et externes sur le risque de maladie inflammatoire grave de l'intestin associé à ce médicament. Les conclusions du jury sur les lacunes de l'étiquette à chaque instant entre 1992 et 1998 auront un impact plus important dans les autres cas à venir. »

De la même façon, M. Buchanan a insisté sur la signification plus large du rejet des arguments de Roche par le jury selon lesquels Accutane ne provoque pas la colite ulcéreuse, en ajoutant : « Comme chaque jury des procès précédents à qui la question a été posée, ce jury a conclu qu'Accutane est une cause de maladie inflammatoire de l'intestin, dans ce cas, de la colite ulcéreuse. » Étant désigné dans les milieux juridiques comme étant une « causalité générale », M. Buchanan a ajouté « Désormais, le rôle d'Accutane dans la colite ulcéreuse est un problème réglé. Les dénégations constantes de Roche malgré les décisions de six jurys dans le New Jersey et d'un en Floride est une insulte pour les nombreuses personnes qui ont déjà tellement souffert à cause de ce médicament. »

Possédant des bureaux à New York, Newark et Philadelphie, Seeger Weiss LLP est le coordinateur juridique pour les litiges concernant Accutane dans le New Jersey. Seeger Weiss représente des clients dans tout le pays qui ont subi des lésions inaltérables suite à la consommation d'Accutane. Pour plus de renseignements, veuillez consulter http://www.seegerweiss.com ou composer le (888)-584-0411.

Contact: Allan Ripp +1-212-262-7477/+1-646-285-1779 arippnyc@aol.com

LA

SOURCE Seeger Weiss LLP



Liens connexes

http://www.seegerweiss.com