LES BAHAMAS PRENNENT DES MESURES POUR CONSOLIDER LES STRUCTURES DE SERVICES FINANCIERS AU MOMENT OÙ L'INDUSTRIE EST LA CIBLE DES CRITIQUES DE LA PART DU GROUPE DES SEPT

01 Juillet, 2000, 04:44 BST de Bahamas Financial Services Board

<div> <UL> <LI>Le rapport GAFI a fait l'effet d'une douche froide, car le pays a &amp;#233;t&amp;#233; le premier centre financier international &amp;#224; criminaliser le blanchiment d'argent </LI></LI></UL> <P> Bahamas - Le premier ministre des Bahamas, l'honorable Hubert Ingraham, a d&amp;#233;clar&amp;#233; que les Bahamas &amp;#233;taient &amp;#233;tonn&amp;#233;es et extr&amp;#234;mement d&amp;#233;&amp;#231;ues d'avoir &amp;#233;t&amp;#233; inscrites sur la liste des territoires accus&amp;#233;s de ne pas collaborer contre le blanchiment d'argent. Cette liste pr&amp;#233;par&amp;#233;e par le Groupe d'action financi&amp;#232;re sur le blanchiment des capitaux (GAFI) a &amp;#233;t&amp;#233; publi&amp;#233;e le 22 juin 2000. </P> <P> Lorsqu'on songe &amp;#224; tous les efforts et &amp;#224; toutes les ressources que le pays a consacr&amp;#233;s &amp;#224; la lutte contre le blanchiment d'argent, il est clair que les Bahamas ne devraient pas faire partie de cette liste. Les Bahamas continuent de s'opposer r&amp;#233;solument au blanchiment d'argent et de soutenir fermement la communaut&amp;#233; internationale dans sa lutte contre le trafic de la drogue, la corruption et la criminalit&amp;#233; sous toutes ses formes. </P> <P> En &amp;#233;tant inscrites sur la liste noire du GAFI, les Bahamas se trouvent associ&amp;#233;es &amp;#224; des pratiques avec lesquelles elles tentent avec acharnement de se dissocier. Les efforts des Bahamas &amp;#224; cet &amp;#233;gard ont port&amp;#233; fruit. &amp;#192; preuve, les Bahamas n'ont &amp;#233;t&amp;#233; m&amp;#234;l&amp;#233;es &amp;#224; aucun des probl&amp;#232;mes de blanchiment d'argent qui sont survenus &amp;#224; l'&amp;#233;chelle internationale au cours des derni&amp;#232;res ann&amp;#233;es et qui impliquaient d'autres pays. </P> <P> Les Bahamas comprennent que les pr&amp;#233;occupations du GAFI sont fond&amp;#233;es principalement sur les consid&amp;#233;rations suivantes : </P> <UL> <LI>Les soci&amp;#233;t&amp;#233;s internationales qui minent le principe de la &amp;#171;notori&amp;#233;t&amp;#233; du client&amp;#187; <LI>Les fiducies qui reconnaissent une absence du principe de &amp;#171;notori&amp;#233;t&amp;#233; du client&amp;#187; <LI>La supervision outre-fronti&amp;#232;re - difficult&amp;#233; des organismes de r&amp;#233;glementation du pays d'origine &amp;#224; obtenir des renseignements sur les banques &amp;#233;tablies aux Bahamas compte tenu des lois en vigueur aux Bahamas. <LI>R&amp;#233;glementation des interm&amp;#233;diaires - autorisation l&amp;#233;gale des interm&amp;#233;diaires : avocats, comptables, et soci&amp;#233;t&amp;#233;s de gestion de d&amp;#233;tenir des fonds dans des comptes-clients, dont ils ne sont pas requis de d&amp;#233;voiler l'existence &amp;#224; une autorit&amp;#233; gouvernementale centrale. <LI>Diffusion de l'information - fraudes fiscales dans des pays ayant des r&amp;#233;gimes d'imposition. Collaboration en g&amp;#233;n&amp;#233;ral sur des questions relatives &amp;#224; la lutte contre le blanchiment d'argent <LI>Retards dans le traitement des demandes d'assistance en vertu des dispositions des trait&amp;#233;s d'entraide juridique <LI>Ressources inad&amp;#233;quates pour l'application du trait&amp;#233; d'entraide juridique et les enqu&amp;#234;tes sur le blanchiment d'argent <LI>&amp;#201;change de renseignements sur les questions fiscales </LI></LI></UL> <P> La r&amp;#233;ponse des Bahamas </P> <P> Les Bahamas ne sont pas dispos&amp;#233;es ni int&amp;#233;ress&amp;#233;es &amp;#224; importer les produits de la criminalit&amp;#233;. </P> <P> Les Bahamas ne sont pas int&amp;#233;ress&amp;#233;es &amp;#224; ce que des lois bancaires secr&amp;#232;tes et strictes permettent &amp;#224; des criminels d'&amp;#233;chapper &amp;#224; la loi de leurs propres pays. </P> <P> Les Bahamas n'ont nullement l'intention de refuser de fournir des r&amp;#233;ponses ad&amp;#233;quates et en temps utile &amp;#224; des autorit&amp;#233;s de r&amp;#233;glementation outre-fronti&amp;#232;re. </P> <P> Les Bahamas n'ont pas l'intention de permettre &amp;#224; des soci&amp;#233;t&amp;#233;s fictives et &amp;#224; d'autres effets de commerce, instruments ou interm&amp;#233;diaires de camoufler la propri&amp;#233;t&amp;#233; v&amp;#233;ritable de soci&amp;#233;t&amp;#233;s ou des fonds d&amp;#233;tenus aux Bahamas. Les Bahamas d&amp;#233;sirent simplement exploiter son secteur de services financiers conform&amp;#233;ment aux meilleures pratiques commerciales. </P> <P> Les Bahamas sont fermement r&amp;#233;solues &amp;#224; rejeter toute offre compromettant la sant&amp;#233; et l'int&amp;#233;grit&amp;#233; de son industrie des services financiers. </P> <P> Nous avons pris des mesures pour &amp;#233;liminer les faiblesses dans les syst&amp;#232;mes bancaires et de r&amp;#233;glementation aux Bahamas qui ont &amp;#233;t&amp;#233; mises en lumi&amp;#232;re au d&amp;#233;but des ann&amp;#233;es quatre-vingt et nous continuons de le faire de fa&amp;#231;on syst&amp;#233;matique. Au fur et &amp;#224; mesure que l'activit&amp;#233; criminelle s'est complexifi&amp;#233;e, de nouvelles lois, de nouveaux r&amp;#232;glements ont &amp;#233;t&amp;#233; adopt&amp;#233;s et de nouvelles autorit&amp;#233;s de surveillance ont &amp;#233;t&amp;#233; mises en place. L'am&amp;#233;lioration des mesures l&amp;#233;gislatives, r&amp;#233;glementaires et de surveillance est un exercice continu aux Bahamas. </P> <P> Il y a trente-cinq ans, les Bahamas ont pris la d&amp;#233;cision de poursuivre leur d&amp;#233;veloppement &amp;#233;conomique en accroissant les services financiers qu'elles offraient depuis 1947. Les Bahamas garantissaient par leur loi le droit &amp;#224; la protection des renseignements contenus dans les comptes bancaires, d'o&amp;#249; l'expression &amp;#171;secret bancaire&amp;#187; dans ce pays. </P> <P> En 1990, dans une tentative pour demeurer concurrentielles avec les autres pays et faciliter la prestation de services internationaux, les Bahamas, comme un certain nombre de centres internationaux, ont adopt&amp;#233; une nouvelle loi, l'International Business Company Act(IBC). L'IBC avait pour but d'attirer les affaires extra-territoriales, notamment les fonds communs de placement et la gestion des placements internationaux. </P> <P> La loi sur l'IBC permet la constitution de soci&amp;#233;t&amp;#233;s aux Bahamas pour la conduite d'affaires &amp;#224; l'ext&amp;#233;rieur des Bahamas, dont les actions peuvent &amp;#234;tre transf&amp;#233;r&amp;#233;es par remise sans que : </P> <P> a) les noms des dirigeants et les administrateurs ne soient d&amp;#233;voil&amp;#233;s publiquement; </P> <P> b)les affaires dans lesquelles la soci&amp;#233;t&amp;#233; est engag&amp;#233;e ne soient r&amp;#233;gies par les Bahamas; </P> <P> c)l'identit&amp;#233; des propri&amp;#233;taires (actionnaires) ne soit divulgu&amp;#233;e. </P> <P> Les lois des Bahamas ont permis aux interm&amp;#233;diaires - les avocats par exemple - de d&amp;#233;tenir des sommes d'argent pour d'autres personnes dans des comptes clients dont les noms ne sont pas d&amp;#233;voil&amp;#233;s &amp;#224; l'institution de d&amp;#233;p&amp;#244;t ni &amp;#224; une autre autorit&amp;#233; publique quelconque. </P> <P> Les pays d&amp;#233;velopp&amp;#233;s - les &amp;#201;tats-Unis, le Canada, l'Union europ&amp;#233;enne, le Japon, le Br&amp;#233;sil, le Venezuela et l'Argentine entre autres, sont convaincus que les sommes d'argent provenant de manoeuvres frauduleuses par des fonctionnaires, d'activit&amp;#233;s criminelles notamment le trafic de la drogue, la fraude, d'imp&amp;#244;ts non pay&amp;#233;s, sont plac&amp;#233;es dans des banques de pays comme les Bahamas. </P> <P> Bien que la r&amp;#233;glementation et la surveillance du secteur des services financiers aux Bahamas aient &amp;#233;t&amp;#233; renforc&amp;#233;es depuis un certain nombre d'ann&amp;#233;es, pour toutes les situations. le gouvernement doit d&amp;#233;sormais effectuer une r&amp;#233;vision en profondeur de tous ses r&amp;#232;glements, lois et pratiques en vigueur pour s'assurer que les Bahamas sont conformes aux saines pratiques de gestion en vigueur dans les principaux centres financiers du monde - &amp;#224; New York, &amp;#224; Gen&amp;#232;ve, &amp;#224; Paris, &amp;#224; Francfort, &amp;#224; Madrid et &amp;#224; Toronto. </P> <P> L'ajournement des travaux parlementaires qui devait avoir lieu &amp;#224; la fin de juillet sera report&amp;#233; afin de permettre au parlement d'effectuer des modifications suppl&amp;#233;mentaires aux lois, notamment des modifications &amp;#224; la Loi sur les soci&amp;#233;t&amp;#233;s internationales (International Business Companies Act) et &amp;#224; la Loi sur les r&amp;#232;glements relatifs au blanchiment de l'argent (Produits de la criminalit&amp;#233;). De plus, des modifications additionnelles seront apport&amp;#233;es aux lois suivantes avant l'ajournement des travaux pour l'&amp;#233;t&amp;#233; : </P> <UL> <LI>International Business Company Act (Loi sur les soci&amp;#233;t&amp;#233;s internationales) <LI>The Trustee Act (Loi sur les fiduciaires) <LI>The Bank and Trust Company Act (Loi sur les soci&amp;#233;t&amp;#233;s bancaires et de fiducie) <LI>The Central Bank Act (Loi sur la banque centrale) <LI>The Money Laundering (Proceeds of Crime) Act (Loi sur le blanchiment de l'argent - les produits de la criminalit&amp;#233;) <LI>The Mutual Legal Assistance Act (Loi sur l'entraide juridique) </LI></LI></UL> <P> Une loi sera &amp;#233;galement vot&amp;#233;e pour la cr&amp;#233;ation d'un organisme de renseignements financiers. On pr&amp;#233;voit que la nouvelle loi ainsi que les modifications aux lois existantes seront adopt&amp;#233;es par le parlement d'ici la fin du mois d'ao&amp;#251;t 2000. </P> <P> Des mesures administratives imm&amp;#233;diates seront prises pour rem&amp;#233;dier aux retards syst&amp;#233;miques qu'accusent le minist&amp;#232;re des Affaires &amp;#233;trang&amp;#232;res et le bureau du procureur g&amp;#233;n&amp;#233;ral dans le traitement des demandes d'assistance en vertu des trait&amp;#233;s d'entraide juridique. </P> <P> En cons&amp;#233;quence, les Bahamas r&amp;#233;agiront promptement aux pr&amp;#233;occupations &amp;#233;nonc&amp;#233;es par le GAFI et l'OCDE. Les Bahamas esp&amp;#232;rent que ses lois, ses r&amp;#232;glements et ses pratiques, refl&amp;#233;tant l'engagement des Bahamas &amp;#224; l'&amp;#233;gard de normes optimales dans la conduite des affaires internationales et int&amp;#233;rieures, obtiendront le respect et la confiance de la communaut&amp;#233; internationale. </P> </div> <div> <UL> <LI>Le rapport GAFI a fait l'effet d'une douche froide, car le pays a &amp;#233;t&amp;#233; le premier centre financier international &amp;#224; criminaliser le blanchiment d'argent </LI></LI></UL> <P> Bahamas - Le premier ministre des Bahamas, l'honorable Hubert Ingraham, a d&amp;#233;clar&amp;#233; que les Bahamas &amp;#233;taient &amp;#233;tonn&amp;#233;es et extr&amp;#234;mement d&amp;#233;&amp;#231;ues d'avoir &amp;#233;t&amp;#233; inscrites sur la liste des territoires accus&amp;#233;s de ne pas collaborer contre le blanchiment d'argent. Cette liste pr&amp;#233;par&amp;#233;e par le Groupe d'action financi&amp;#232;re sur le blanchiment des capitaux (GAFI) a &amp;#233;t&amp;#233; publi&amp;#233;e le 22 juin 2000. </P> <P> Lorsqu'on songe &amp;#224; tous les efforts et &amp;#224; toutes les ressources que le pays a consacr&amp;#233;s &amp;#224; la lutte contre le blanchiment d'argent, il est clair que les Bahamas ne devraient pas faire partie de cette liste. Les Bahamas continuent de s'opposer r&amp;#233;solument au blanchiment d'argent et de soutenir fermement la communaut&amp;#233; internationale dans sa lutte contre le trafic de la drogue, la corruption et la criminalit&amp;#233; sous toutes ses formes. </P> <P> En &amp;#233;tant inscrites sur la liste noire du GAFI, les Bahamas se trouvent associ&amp;#233;es &amp;#224; des pratiques avec lesquelles elles tentent avec acharnement de se dissocier. Les efforts des Bahamas &amp;#224; cet &amp;#233;gard ont port&amp;#233; fruit. &amp;#192; preuve, les Bahamas n'ont &amp;#233;t&amp;#233; m&amp;#234;l&amp;#233;es &amp;#224; aucun des probl&amp;#232;mes de blanchiment d'argent qui sont survenus &amp;#224; l'&amp;#233;chelle internationale au cours des derni&amp;#232;res ann&amp;#233;es et qui impliquaient d'autres pays. </P> <P> Les Bahamas comprennent que les pr&amp;#233;occupations du GAFI sont fond&amp;#233;es principalement sur les consid&amp;#233;rations suivantes : </P> <UL> <LI>Les soci&amp;#233;t&amp;#233;s internationales qui minent le principe de la &amp;#171;notori&amp;#233;t&amp;#233; du client&amp;#187; <LI>Les fiducies qui reconnaissent une absence du principe de &amp;#171;notori&amp;#233;t&amp;#233; du client&amp;#187; <LI>La supervision outre-fronti&amp;#232;re - difficult&amp;#233; des organismes de r&amp;#233;glementation du pays d'origine &amp;#224; obtenir des renseignements sur les banques &amp;#233;tablies aux Bahamas compte tenu des lois en vigueur aux Bahamas. <LI>R&amp;#233;glementation des interm&amp;#233;diaires - autorisation l&amp;#233;gale des interm&amp;#233;diaires : avocats, comptables, et soci&amp;#233;t&amp;#233;s de gestion de d&amp;#233;tenir des fonds dans des comptes-clients, dont ils ne sont pas requis de d&amp;#233;voiler l'existence &amp;#224; une autorit&amp;#233; gouvernementale centrale. <LI>Diffusion de l'information - fraudes fiscales dans des pays ayant des r&amp;#233;gimes d'imposition. Collaboration en g&amp;#233;n&amp;#233;ral sur des questions relatives &amp;#224; la lutte contre le blanchiment d'argent <LI>Retards dans le traitement des demandes d'assistance en vertu des dispositions des trait&amp;#233;s d'entraide juridique <LI>Ressources inad&amp;#233;quates pour l'application du trait&amp;#233; d'entraide juridique et les enqu&amp;#234;tes sur le blanchiment d'argent <LI>&amp;#201;change de renseignements sur les questions fiscales </LI></LI></UL> <P> La r&amp;#233;ponse des Bahamas </P> <P> Les Bahamas ne sont pas dispos&amp;#233;es ni int&amp;#233;ress&amp;#233;es &amp;#224; importer les produits de la criminalit&amp;#233;. </P> <P> Les Bahamas ne sont pas int&amp;#233;ress&amp;#233;es &amp;#224; ce que des lois bancaires secr&amp;#232;tes et strictes permettent &amp;#224; des criminels d'&amp;#233;chapper &amp;#224; la loi de leurs propres pays. </P> <P> Les Bahamas n'ont nullement l'intention de refuser de fournir des r&amp;#233;ponses ad&amp;#233;quates et en temps utile &amp;#224; des autorit&amp;#233;s de r&amp;#233;glementation outre-fronti&amp;#232;re. </P> <P> Les Bahamas n'ont pas l'intention de permettre &amp;#224; des soci&amp;#233;t&amp;#233;s fictives et &amp;#224; d'autres effets de commerce, instruments ou interm&amp;#233;diaires de camoufler la propri&amp;#233;t&amp;#233; v&amp;#233;ritable de soci&amp;#233;t&amp;#233;s ou des fonds d&amp;#233;tenus aux Bahamas. Les Bahamas d&amp;#233;sirent simplement exploiter son secteur de services financiers conform&amp;#233;ment aux meilleures pratiques commerciales. </P> <P> Les Bahamas sont fermement r&amp;#233;solues &amp;#224; rejeter toute offre compromettant la sant&amp;#233; et l'int&amp;#233;grit&amp;#233; de son industrie des services financiers. </P> <P> Nous avons pris des mesures pour &amp;#233;liminer les faiblesses dans les syst&amp;#232;mes bancaires et de r&amp;#233;glementation aux Bahamas qui ont &amp;#233;t&amp;#233; mises en lumi&amp;#232;re au d&amp;#233;but des ann&amp;#233;es quatre-vingt et nous continuons de le faire de fa&amp;#231;on syst&amp;#233;matique. Au fur et &amp;#224; mesure que l'activit&amp;#233; criminelle s'est complexifi&amp;#233;e, de nouvelles lois, de nouveaux r&amp;#232;glements ont &amp;#233;t&amp;#233; adopt&amp;#233;s et de nouvelles autorit&amp;#233;s de surveillance ont &amp;#233;t&amp;#233; mises en place. L'am&amp;#233;lioration des mesures l&amp;#233;gislatives, r&amp;#233;glementaires et de surveillance est un exercice continu aux Bahamas. </P> <P> Il y a trente-cinq ans, les Bahamas ont pris la d&amp;#233;cision de poursuivre leur d&amp;#233;veloppement &amp;#233;conomique en accroissant les services financiers qu'elles offraient depuis 1947. Les Bahamas garantissaient par leur loi le droit &amp;#224; la protection des renseignements contenus dans les comptes bancaires, d'o&amp;#249; l'expression &amp;#171;secret bancaire&amp;#187; dans ce pays. </P> <P> En 1990, dans une tentative pour demeurer concurrentielles avec les autres pays et faciliter la prestation de services internationaux, les Bahamas, comme un certain nombre de centres internationaux, ont adopt&amp;#233; une nouvelle loi, l'International Business Company Act(IBC). L'IBC avait pour but d'attirer les affaires extra-territoriales, notamment les fonds communs de placement et la gestion des placements internationaux. </P> <P> La loi sur l'IBC permet la constitution de soci&amp;#233;t&amp;#233;s aux Bahamas pour la conduite d'affaires &amp;#224; l'ext&amp;#233;rieur des Bahamas, dont les actions peuvent &amp;#234;tre transf&amp;#233;r&amp;#233;es par remise sans que : </P> <P> a) les noms des dirigeants et les administrateurs ne soient d&amp;#233;voil&amp;#233;s publiquement; </P> <P> b)les affaires dans lesquelles la soci&amp;#233;t&amp;#233; est engag&amp;#233;e ne soient r&amp;#233;gies par les Bahamas; </P> <P> c)l'identit&amp;#233; des propri&amp;#233;taires (actionnaires) ne soit divulgu&amp;#233;e. </P> <P> Les lois des Bahamas ont permis aux interm&amp;#233;diaires - les avocats par exemple - de d&amp;#233;tenir des sommes d'argent pour d'autres personnes dans des comptes clients dont les noms ne sont pas d&amp;#233;voil&amp;#233;s &amp;#224; l'institution de d&amp;#233;p&amp;#244;t ni &amp;#224; une autre autorit&amp;#233; publique quelconque. </P> <P> Les pays d&amp;#233;velopp&amp;#233;s - les &amp;#201;tats-Unis, le Canada, l'Union europ&amp;#233;enne, le Japon, le Br&amp;#233;sil, le Venezuela et l'Argentine entre autres, sont convaincus que les sommes d'argent provenant de manoeuvres frauduleuses par des fonctionnaires, d'activit&amp;#233;s criminelles notamment le trafic de la drogue, la fraude, d'imp&amp;#244;ts non pay&amp;#233;s, sont plac&amp;#233;es dans des banques de pays comme les Bahamas. </P> <P> Bien que la r&amp;#233;glementation et la surveillance du secteur des services financiers aux Bahamas aient &amp;#233;t&amp;#233; renforc&amp;#233;es depuis un certain nombre d'ann&amp;#233;es, pour toutes les situations. le gouvernement doit d&amp;#233;sormais effectuer une r&amp;#233;vision en profondeur de tous ses r&amp;#232;glements, lois et pratiques en vigueur pour s'assurer que les Bahamas sont conformes aux saines pratiques de gestion en vigueur dans les principaux centres financiers du monde - &amp;#224; New York, &amp;#224; Gen&amp;#232;ve, &amp;#224; Paris, &amp;#224; Francfort, &amp;#224; Madrid et &amp;#224; Toronto. </P> <P> L'ajournement des travaux parlementaires qui devait avoir lieu &amp;#224; la fin de juillet sera report&amp;#233; afin de permettre au parlement d'effectuer des modifications suppl&amp;#233;mentaires aux lois, notamment des modifications &amp;#224; la Loi sur les soci&amp;#233;t&amp;#233;s internationales (International Business Companies Act) et &amp;#224; la Loi sur les r&amp;#232;glements relatifs au blanchiment de l'argent (Produits de la criminalit&amp;#233;). De plus, des modifications additionnelles seront apport&amp;#233;es aux lois suivantes avant l'ajournement des travaux pour l'&amp;#233;t&amp;#233; : </P> <UL> <LI>International Business Company Act (Loi sur les soci&amp;#233;t&amp;#233;s internationales) <LI>The Trustee Act (Loi sur les fiduciaires) <LI>The Bank and Trust Company Act (Loi sur les soci&amp;#233;t&amp;#233;s bancaires et de fiducie) <LI>The Central Bank Act (Loi sur la banque centrale) <LI>The Money Laundering (Proceeds of Crime) Act (Loi sur le blanchiment de l'argent - les produits de la criminalit&amp;#233;) <LI>The Mutual Legal Assistance Act (Loi sur l'entraide juridique) </LI></LI></UL> <P> Une loi sera &amp;#233;galement vot&amp;#233;e pour la cr&amp;#233;ation d'un organisme de renseignements financiers. On pr&amp;#233;voit que la nouvelle loi ainsi que les modifications aux lois existantes seront adopt&amp;#233;es par le parlement d'ici la fin du mois d'ao&amp;#251;t 2000. </P> <P> Des mesures administratives imm&amp;#233;diates seront prises pour rem&amp;#233;dier aux retards syst&amp;#233;miques qu'accusent le minist&amp;#232;re des Affaires &amp;#233;trang&amp;#232;res et le bureau du procureur g&amp;#233;n&amp;#233;ral dans le traitement des demandes d'assistance en vertu des trait&amp;#233;s d'entraide juridique. </P> <P> En cons&amp;#233;quence, les Bahamas r&amp;#233;agiront promptement aux pr&amp;#233;occupations &amp;#233;nonc&amp;#233;es par le GAFI et l'OCDE. Les Bahamas esp&amp;#232;rent que ses lois, ses r&amp;#232;glements et ses pratiques, refl&amp;#233;tant l'engagement des Bahamas &amp;#224; l'&amp;#233;gard de normes optimales dans la conduite des affaires internationales et int&amp;#233;rieures, obtiendront le respect et la confiance de la communaut&amp;#233; internationale. </P> </div>