Les défis des présidents-directeurs généraux en télécommunications d'Afrique du Nord

04 Août , 2010, 13:23 BST de Delta Partners

DUBAI, EAU, August 4, 2010 /PRNewswire/ -- Faits Marquants

- Les operateurs télécoms en Afrique du Nord sont immergés dans une bataille féroce que seuls les joueurs les plus intelligents peuvent gagner

- Les présidents-directeurs généraux de télécommunications font face à des défis quant à l'augmentation des chiffres d'affaires, tout en conservant un certain niveau de rentabilité dans une situation concurrentielle

- Seuls un correct diagnostic de la situation présente et l'identification des tendances gagnantes permettront aux présidents-directeurs généraux de réussir dans cette région exigeante

    
    Javier Alvarez, Associé Gérant
    jav@deltapartnersgroup.com

    Fernando Lopez-Gamonal, Principal
    fl@deltapartnersgroup.com

Les marchés des télécommunications en Afrique du Nord présentent diverses opportunités et défis. Ces marchés ont connu une croissance avec un TCAC de 20% durant la période 2007 - 2009 et devraient continuer à croître avec un TCAC de l'ordre de 7% durant les cinq prochaines années. Le mélange d'une forte voix mobile et d'une explosion de haut débit mobile devrait assurer la croissance future. De plus, la situation démographique favorable et la présence d'une jeune population donnera un élan supplémentaire à ce potentiel de croissance. Bien que les données mobiles sont fixées à une augmentation de ~ 35% par an au cours des cinq prochaines années, elles représenteront toujours moins de 10% du chiffre d'affaires total des télécommunications jusqu'a l'an 2014.

Pendant ce temps, la rentabilité devrait diminuer à cause de l'ajout continu de nouveaux abonnés de moindre valeur qui, à leur tour, obligent les opérateurs à bien répartir les nouveaux capitaux d'investissement. Toutefois, ces marchés dans leur ensemble présentent les opportunités de croissance les plus uniques dans la région.

Par ailleurs, les joueurs internationaux pourraient intensifier leur présence dans la région, ce qui compliquera les modèles d'affaires des joueurs locaux. Récemment, des joueurs comme MTN, Qtel, et Etisalat ont montré de plus en plus d'intérêt dans la région. En outre, plusieurs gouvernements sont en train d'établir des bases pour une saine concurrence en télécommunications. Ils aident à mettre en place les bases pour établir de solides entreprises locales des TIC qui apporteront à l'ensemble du secteur une marge supérieure. Jusqu'à présent, le Maroc, la Tunisie et l'Egypte se poursuivent en vue de devenir des centres régionaux pour le secteur des TIC.

Dans ce contexte, les présidents-directeurs généraux des operateurs télécoms d'Afrique du Nord font face à un ensemble spécifique de défis. La bonne compréhension de ceux-ci et les moyens appropriés d'y faire face seront critiques dans la détermination des gagnants et des perdants dans ce marché.

Défendre les revenus de la voix traditionnelle

Les revenus de la voix constituent plus de 80% des revenus des opérateurs mobiles dans la région et se poursuivront aux mêmes niveaux jusqu'à ce que le déploiement el l'adoption de haut débit mobile atteignent des niveaux signifiants. Dans ces marchés à haut taux de désabonnement (avec des cas extrêmes comme celui du Maroc, où les taux de désabonnement annuels sont près de 45%), les opérateurs doivent défendre les revenus vocaux par la compréhension de la clientèle à travers la << gestion des données analytiques >> (GDA) et de la prévention d'un haut taux de désabonnement des clients de grande valeur.

GDA est une nouvelle façon de voir l'industrie, qui met l'analyse rigoureuse des données du comportement du client au coeur des décisions de la direction, et qui s'applique à la fois dans le domaine technique et commercial. GDA lie les besoins d'affaires et les exigences financières tout en s'assurant que toutes les restrictions sont bien encadrées. C'est un outil excellent pour éviter des mauvaises décisions quantitatives qui pourraient mener à une destruction de valeurs inutile.

Augmenter la part des revenus non-voix

L'infrastructure fixe limitée des pays d'Afrique du Nord donne au mobile l'opportunité de mener la croissance du haut débit (jusqu'à ce que les déploiements FTTx deviennent une réalité). Nous nous attendons à ce que les revenus de mobile à haut débit ajoutent jusqu'à 2.2 billions de dollars dans la région d'ici 2014. A fin de maximiser la valeur des actions, les opérateurs doivent non seulement offrir les capacités mais aussi fournir des appareils et contenus intéressants qui sont pertinents pour le marché. L'intégration verticale dans la chaîne de valeur de données des joueurs Internet et des fabricants d'appareils pose un risque pour les opérateurs, car ils peuvent être concernés dans le nouvel écosystème en minimisant leur part des revenus capturés.

En tant que tel, les opérateurs doivent d'abord définir une stratégie claire pour le haut débit et définir el rôle qu'ils veulent jouer dans l'écosystème des services de données qui change très rapidement. Ils ont besoin de définir une stratégie envers les appareils et le contenu, tout en comprenant les éléments qu'ils veulent contrôler, associer, ou laisser aux autres joueurs de la chaîne de valeur. Les opérateurs dans certains pays comme la Tunisie ont fait des percées vers l'élaboration d'une stratégie de haut débit. L'entrée d'Orange en tant que nouveau joueur a augmenté de façon significative la concurrence sur le front de données de l'entreprise.

Maintenir des saines marges du BAIIA

La plupart des opérateurs, en particulier les opérateurs historiques, verra les marges du BAIIA s'effriter à mesure que les marchés mûrissent et que de nouveaux concurrents y entrent. L'addition de nouveaux abonnés au bas de la pyramide baissera encore les niveaux de rentabilité par abonné.

En conséquence, les opérateurs doivent s'engager dans des programmes pour l'optimisation du BAIIA, visant à transformer le modèle d'affaires en plus maigres opérations. L'optimisation de l'efficacité, y compris le partage des infrastructures, la normalisation des systèmes et des processus, la rationalisation des fournisseurs, la gestion des coûts et l'optimisation de la trésorerie sont parmi les initiatives qui seront poursuivies par les opérateurs de l'Afrique du Nord à cet égard.

En vertu d'un régime de gagnant-gagnant, les opérateurs du premier niveau dans les marchés les plus matures tels que Vodafone ou Telefonica offrent des alliances stratégiques pour les joueurs dans des environnements moins matures. Pour les opérateurs en Afrique du Nord qui manquent une grande échelle, ce type de traite représente une opportunité intéressante vers l'efficacité opérationnelle. Actuellement, la marge de BAIIA des opérateurs varie entre 50% en Algérie et en Tunisie et 30% au Maroc. Le marché algérien a connu ce qui est peut-être l'une des marges les plus élevées dans la région, par exemple, ~ 57% par Djezzy, filiale d'Orascom, en Décembre 2009.

Optimisation des dépenses en capital

Pendant que la croissance des revenus stagne et que le nombre d'abonnés continue à croître, la qualité du réseau sera compromise. La grande demande de trafic résultant de l'explosion des services de données surchargera les réseaux dans les marchés d'Afrique du Nord. Les opérateurs auront besoins de trouver une attribution efficace des nouvelles dépenses en capital telle que l'exploration des possibilités de partage des infrastructures. Ceci est particulièrement utile en cas d'épuisement des réserves de trésorerie.

Les techniques de GDA peuvent aussi aider les opérateurs d'Afrique du Nord à identifier le comportement des clients par station de base. L'identification des domaines où les clients sont précieux et des problèmes de qualité par station de base peut aider les opérateurs à optimiser le retour sur leur investissement.

Consolidation de la zone de couverture régionale

La plupart des joueurs de la région tentent de consolider leur empreinte locale ou régionale; Toutefois, les opportunités sont limitées, ce qui augmentera probablement les prix des actifs. Les groupes qui sont à court d'argent devront faire face à la difficulté d'obtenir du financement. Beaucoup peuvent mobiliser des capitaux en se dégageant de certains actifs tels que le réseau.

Les joueurs locaux font face à un plus grand défi car ils doivent rivaliser avec les joueurs régionaux et internationaux pour la fourniture de la voix. Les joueurs locaux peuvent consolider leur positionnement par l'acquisition des fournisseurs de service Internet ou des entreprises fournissant des services de TIC dans leurs marchés locaux.

Rôle important dans le paysage de la réglementation

Tous les opérateurs doivent faire participer activement les organismes de réglementation, étant donné que les régulateurs et les gouvernements continuent d'avoir une grande influence sur l'environnement concurrentiel en Afrique du Nord.

En résumé

Les présidents-directeurs généraux des opérateurs télécoms en Afrique du Nord jouent une bataille de concurrence féroce dont nul ne gagnera que ceux qui comprennent vraiment les défis auxquels ils font face. Plus important encore, le succès sera déterminé par la capacité des présidents-directeurs généraux d'appliquer correctement les solutions à ces défis. La mise en en oeuvre convenable des techniques de GDA, des programmes d'efficacité des coûts, des investissements intelligents et convenable de la dépense en capital, des stratégies de données et même la consolidation régionales des stratégies décideront qui seront les vrais gagnants dans ce champ de bataille.

    
    Pour plus d'information

    Javier Alvarez
    jav@deltapartnersgroup.com

    Fernando Lopez-Gamonal
    fl@deltapartnersgroup.com

    Pour contacter le departement marketing :

    Mia Mutic
    mmu@deltapartnersgroup.com
    http://www.deltapartnersgroup.com - +971(4)3692999

Copyright (c) 2010 Delta Partners FZ-LLC. Tous droits réservés.

LA

SOURCE Delta Partners