Les données d'une étude de Sitagliptin de phase III portant sur 52 semaines montrent la même efficacité de réduction de glucose que Glipizide (un sulfonylurée) avec des différences significatives de changement de poids et d'hypoglycémie

14 Septembre, 2006, 09:00 BST de MSD (Merck Sharp & Dohme)

COPENHAGEN, Danemark, September 14 /PRNewswire/ --

- A distribuer aux journalistes en dehors des Etats-Unis uniquement

- L'efficacité de Sitagliptin à réduire le glucose a été prouvée comparable à celle du glipizide à 52 semaines quand il s'ajoute au régime des patient atteints de diabète de type 2 qui n'ont qu'un contrôle inadéquat en monothérapie metformine

- Des réductions plus élevées de HbA1c (jusqu'à -1,7%) ont été observées chez les patients dont les valeurs de HbA1c à la base sont plus élevées (9% - 10%).

- Les patients traités au Sitagliptin ont perdu un poids significatif. La différence entre traitements (-2.5kg) est significative statistiquement (p<0,001) pour Sitagliptine contre glipizide à la semaine 52.

- Le pourcentage des patients qui ont vécu au moins un épisode d'hypoglycémie lorsqu'ils étaient traités au Sitagliptin a décru d'un facteur de six par rapport à ceux qui ont été traités au glipizide (4,9% contre 32%, respectivement) sur une période d'étude de 52 semaines.

Sitagliptine, le médicament de Merck Sharp et Dohme sous investigation pris oralement une fois par jour pour le diabète de type 2, s'est prouvé, quand il s'est agi de réduire le glucose, d'une efficacité comparable à celle de glipizide (un sulfonylurée) dans une étude de un an tête pour tête, de patients souffrant de contrôle glycémique insuffisant sur metformine. Les données, présentées dans le cadre du 42ième Colloque annuel de l'Association européenne pour l'étude du diabète (EASD), montrent que dans cette étude de non infériorité, les deux groupes ont répondu au critère d'évaluation principal d'efficacité, montrant des réductions de HbA1c moyennes de 0,7% contre la ligne de base. Sitagliptine et glipizide ont montré que les patients avaient une capacité semblable d'atteindre le but de HbA1c <7% (63% contre 59%, respectivement), mais Sitagliptine a montré une perte de poids significative (contre un gain de poids pour glipizide) et une incidence significativement réduite d'hypoglycémie (1).

Sitagliptine, qui fait partie d'une nouvelle classe de traitements connue sous le nom d'inhibiteurs de dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4) qui augmentent la capacité du corps à réduire lui-même son glucose sanguin quand le taux de glycémie est élevé, est devenu le premier inhibiteur DPP-4 approuvé dans le monde quand il a reçu l'autorisation réglementaire au Mexique en août. Le mécanisme d'action des inhibiteurs DPP-4 est distinct de tous ceux qui sont disponibles actuellement dans les classes d'agents de réduction du glucose.

<< Sitagliptin représente une nouvelle façon excitante de traiter le diabète et ces résultats montrent clairement que son efficacité est comparable au traitement habituel du diabète quand il s'agit de contrôle glycémique, mais sans le gain de poids et avec significativement moins d'hypoglycémie, souvent associés aux thérapies SU, >> déclare le Docteur Avraham Karasik, Professeur de Médecine et Vice doyen des affaires cliniques de l'Ecole Sackler de Médecine, Université de Tel-Aviv, Israël.

Dans l'étude à nombre égal de un an, l'administration de 100 mg de sitagliptine une fois par jour et de jusqu'à 20 mg de glipizide par jour (dose titrée maximum) ont montré toutes les deux les mêmes réductions moyennes significatives de HbA1c de 0,7% par rapport à la ligne de base (p<0,001). Dans les essais cliniques, un facteur de magnitude prédictif important de la réduction de HbA1c en réponse à une thérapie antihyperglycémique est le niveau HbA1c de la ligne de base du patient; HbA1c est une mesure du glucose moyen d'une personne dans le sang sur une période de deux à trois mois. On a vu des plus grandes réductions de HbA1c (jusqu'à -1,7%) chez des patients dont les valeurs de la ligne de base du HbA1c étaient plus élevées (9% - 10%). Les patients du groupe sous administration de 100 mg de Sitagliptine par jour ont perdu un poids significatif à la semaine 52 (en moyenne -1,5 kg) par rapport à la ligne de base alors que les patients traités au glipizide ont gagné un poids significatif (en moyenne +1,1 kg) par rapport à la ligne de base. La différence entre traitements (-2,5kg) était statistiquement significative (p<0,001) pour la comparaison de Sitagliptine et de glipzide.

De plus, sur la période des 52 semaines de l'étude, le nombre de patients sous Sitagliptin souffrant au moins un épisode d'hypoglycémie a décru par rapport aux patients traités au glipizide (patients vivant au moins un épisode d'hypoglycémie indépendamment de sa gravité: 4,9% contre 32,0%, respectivement; p<0,001). (1)

La co-administration d'agents antihyperglycémiques avec des modes d'action différents et complémentaires (Sitagliptine et metformine) peuvent fournir des avantages thérapeutiques supplémentaires.

Malgré l'intervention pharmacologique, environ deux adultes sur trois ne réalisent pas le control glycémique tel que mesuré par un HbA1C <7%, ce qui suggère que les thérapies actuelles ont des limites significatives. Les données d'une étude séparée de 24 semaines ont montré que l'ajout de Sitagliptine à la thérapie metformine en cours était efficace et n'a montré aucune différence significative avec le placebo en ce qui concerne l'incidence d'événements indésirables (1).

Dans une étude séparée de 24 semaines, l'addition de 100mg de Sitagliptin à la thérapie metformine en cours chez les patients qui souffrent de diabète de type 2 dont le contrôle était insuffisant et qui affichaient une ligne de base HbA1c légèrement ou moyennement élevée (moyenne: 8,0%) a entraîné une réduction HbA1c moyenne supplémentaire moins placebo significative (p<0,001) de -0,65%. Dans cette étude, plus de deux fois le nombre des patients a atteint son but HbA1c à savoir moins de 7% avec l'ajout de Sitagliptine contre placebo (47% contre 18%) (1).

Le disfonctionnement de la cellule bêta, caractérisé par une diminution de la capacité de produire des niveaux adéquats d'insuline, a lieu tôt dans la maladie et doit avoir lieu pour que se développe le diabète de type 2. Dans cette étude, Sitagliptin a produit une amélioration significative des mesures de la fonction de la cellule bêta: HOMA-Beta et du taux pro insuline/insuline à jeun (1).

Les études précédentes de l'administration quotidienne de 100 mg de Sitagliptin en monothérapie ont montré une réduction significative de HbA1c (plus de -1,5% moins placebo chez les patients dont la ligne de base de HbA1c était de 9-10% dans une étude de 24-semaines). Dans cette étude de monothérapie, les niveaux de glycémie veineuse à jeun (-17,1 mg/dl, p<0,001) et postprandiale (-46,7 mg/dl, p<0,001) ont aussi diminué de façon significative (2, 3).

Les données les plus récentes montrent que Sitagliptin était généralement bien toléré et ne s'accompagnait d'aucun souci d'innocuité d'importance.

Engagement de MSD vis à vis du diabète

Le programme de développement clinique de MSD pour Sitagliptin est solide et continue de grandir avec ses 43 études achevées ou en cours, et quatre de plus qui doivent commencer cette année. Il y a environ 6.700 patients dans les études cliniques de la firme dont environ 4.700 sont traités au Sitagliptin. De plus, environ 1.100 patients ont été traités au Sitagliptin pendant plus d'un an.

MSD s'est engagé à mettre au point des thérapies innovantes qui font progresser le traitement de maladies graves - y compris le diabète. Dans le cadre de l'engagement de MSD vis à vis de la recherche et de l'éducation dans le domaine du diabète, la firme continue de soutenir EASD par des subventions éducationnelles et autres financements sans restriction.

A propos de Sitagliptin

Sitagliptin, qui fait partie d'une nouvelle classe de traitements oraux connus sous le nom d'inhibiteurs de dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4) qui potentialisent la capacité qu'a le corps de diminuer ses propres taux de glycémie (glucose) quand ils sont élevés, est devenu le premier inhibiteur DPP-4 approuvé dans le monde quand il a reçu l'autorisation réglementaire au Mexique au mois d'août. Dans des études de développement clinique contrôlées, Sitagliptin n'était pas associé à un gain de poids par rapport à la ligne de base, et l'incidence d'hypoglycémie (quand le niveau de glucose dans le sang devient trop bas) était semblable au placebo.

Sitagliptin est un inhibiteur DPP-4 puissant et hautement sélectif. Les inhibiteurs DPP-4DPP fonctionnent en améliorant les processus naturels du corps qui diminuent les taux de glycémie, le system incrétine. Quand la quantité de glucose dans le sang est élevée, les incrétines fonctionnent de deux façons pour aider le corps à régler ses niveaux élevés de glucose dans le sang: ils incitent le pancréas à augmenter la libération d'insuline et signalent au foie d'arrêter de produire des glucoses. Les inhibiteurs DPP-4 potentialisent la capacité qu'a le corps de diminuer son propre taux de glycémie en augmentant les niveaux actifs de ces hormones incrétines dans le corps, aidant à diminuer les niveaux glycémiques des patients souffrant de diabète de type 2.

Sitagliptin est aussi à l'étude dans le cadre de la combinaison avec la metformine (MK-0431A) sous comprimé MSD unique. Le mécanisme d'action des inhibiteurs DPP-4 est distinct de ceux de metformine orale et des autres médicaments des classes d'agents de réduction du glucose disponibles actuellement. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d'examiner MK-0431A. On prévoit une intervention de la FDA au sujet de la Demande de nouveau médicament avant la fin mars 2007. La firme progresse aussi comme prévu avec les dossiers réglementaires dans certains pays en dehors des États-Unis.

A propos du diabète de type 2

Le diabète de type 2 est un état dans lequel le corps a des niveaux élevés de glucose dans le sang. Le corps est atteint de diabète de type 2 s'il ne peut pas fabriquer assez d'insuline (qui aide le corps à utiliser le glucose), si l'insuline que le corps produit n'est pas aussi efficace qu'elle devrait, ou si le corps produit trop de glucose. Les patients souffrant de diabète risquent de développer des insuffisances cardiaques, des néphrites, la cécité, des problèmes vasculaires ou neurologiques qui peuvent aller jusqu'à l'amputation et ils sont soumis à une plus grande mortalité.

Le diabète est une des maladies les plus significatives qui affecte l'age moderne. Le diabète est la cinquième cause majeure de décès dans le monde. Actuellement, plus de 230 millions de personnes, presque 6% de la population mondiale, vivent avec le diabète. On prévoit que ce nombre atteindra les 350 millions en moins de 20 ans si aucune action n'est prise. En 2000, le nombre de décès supplémentaires dus au diabète était du même ordre de grandeur que celui rapporté pour le VIH/SIDA. Toutes les 10 secondes, une personne meurt d'une cause liée au diabète et on prévoit que les taux augmenteront de 25% dans les dix années à venir. Les complications dévastatrices du diabète, telles que la cécité, la néphrite et les insuffisances cardiaques, sont un lourd fardeau pour les services des soins de la santé, et sont responsables d'environ 5-10 % du budget santé d'un pays. (4)

Unis contre le diabète

Merck Sharp & Dohme sont fiers d'être des sponsors de platine dans la Campagne 'Unis contre le diabète'. Cette campagne vise à souligner l'augmentation alarmante du diabète dans le monde et d'encourager le soutien du gouvernement dans une résolution des Nations Unies sur le diabète. La Fédération Internationale du Diabète (IDF) dirige la communauté diabétique locale dans un effort concerté visant à obtenir la résolution au cours de la Journée Mondiale du Diabète ou dans ces environs (le 14 novembre) 2007.

A propos de Merck

Merck & Co., Inc., qui opère sous le nom de Merck, Sharp & Dohme (MSD) dans de nombreux pays, est une société pharmaceutique axée sur la recherche qui s'engage à accorder la priorité aux patients. Fondée en 1891, la société Merck découvre, développe, fabrique et commercialise des vaccins et des médicaments destinés à répondre à des besoins non satisfaits. La société s'efforce d'augmenter l'accès aux médicaments grâce à des programmes de grande envergure qui lui permettent non seulement de faire don des médicaments Merck, mais aussi de les livrer à ceux qui en bénéficieront le plus. Merck publie des informations impartiales sur la santé en tant que service à but non lucratif. Pour en savoir plus, veuillez consulter www.merck.com.

Énoncés prospectifs Ce communiqué contient des << énoncés prospectifs >> au sens de la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces énoncés sont basés sur les attentes actuelles de la direction et sous-entendent des risques et des incertitudes susceptibles de faire varier sensiblement les résultats de ceux escomptés dans ces énoncés. Ces énoncés prospectifs peuvent comprendre des énoncés sur le développement des produits, le potentiel des produits ou la performance financière. Aucun énoncé prospectif n'est garanti, et les résultats réels pourront varier sensiblement de ceux projetés. Merck rejette formellement toute intention ou obligation d'actualiser un énoncé prospectif quelconque en vue de refléter de nouvelles informations, des évènements futurs, ou autrement. Les énoncés prospectifs contenus dans cette déclaration doivent être évalués en parallèle avec les nombreuses incertitudes qui influencent les affaires de Merck, notamment celles mentionnées dans les avertissements de l'Article 1 du Formulaire 10-K de Merck pour l'année close le 31 décembre 2005, et dans ses rapports périodiques sur Formulaire 10-Q et Formulaire 8-K, que l'entreprise incorpore en référence.

Références:

1) Charbonnel B., Karasik A., Liu J. et al. Efficacy and safety of sitagliptin added to ongoing metformin therapy in patients with type 2 diabetes who were inadequately controlled on metformin therapy. Présenté au 42ième colloque annuel d l'Association européenne de l'étude du diabète (EASD), Septembre 2006

2) Aschner P., Kipnes M., Lunceford J. et al. Sitagliptin monotherapy improved glycaemic control in patients with type 2 diabetes. Présenté au 42ième colloque annuel d l'Association européenne de l'étude du diabète (EASD), Septembre 2006

3) Raz I., Hanefeld M., Xu L. et al. Efficacy and safety of sitagliptin over 18 weeks in patients with type 2 diabetes. Présenté au 42ième colloque annuel d l'Association européenne de l'étude du diabète (EASD), Septembre 2006

4) Diabetes Atlas Third Edition, International Diabetes Federation 2006 (sous presse). Extrait en juillet 2006 http://www.unitefordiabetes.org/press/releases/wake_up_call_to_halt_global_di abetes_epidemic.html

LA

SOURCE MSD (Merck Sharp & Dohme)