Les Émirats arabes unis ne satisfont pas aux critères d'adhésion à Schengen

26 Février , 2014, 10:00 GMT de The Emirates Centre of Human Rights

LONDON, February 26, 2014 /PRNewswire/ --

Le jeudi 27 février, le Parlement européen votera en session plénière à Strasbourg quant à l'adhésion des Émirats arabes unis (EAU) à l'Accord de Schengen, ce qui, dans l'affirmative, permettrait à leurs citoyens de voyager sans visa dans tous les États-membres de l'UE. Mais l'UE doit tenir compte du fait que les droits de l'homme sont toujours bafoués aux EAU et qu'aucun signe d'amélioration ne se profile. Les EAU ne doivent pas être ajoutés à la liste des pays exemptés de visa s'ils ne s'engagent pas fermement à respecter particulièrement les droits des citoyens de l'UE.

Le climat en matière de droits de l'homme s'est sensiblement dégradé au cours des derniers mois aux EAU. La régularité des simulacres de procès a augmenté et leur portée s'est étendue à des citoyens qui utilisent les médias sociaux pour critiquer les abus des autorités. Même les familles des prisonniers politiques font plus souvent l'objet d'attaques.

Mauvais traitement des citoyens européens

Dans de nombreux cas, des Européens ont été victimes de violations massives des droits de l'homme aux EAU. La communauté internationale s'est indignée lorsqu'une Norvégienne a été emprisonnée pour avoir eu des rapports sexuels extraconjugaux alors qu'elle avait signalé à la police avoir été violée. Dans une autre affaire, David Cameron a été obligé de demander une enquête sur des allégations de torture de trois Britanniques par des officiers de police de Dubaï. Il va sans dire que les conditions des travailleurs immigrés ne se sont pas améliorées et que la liste des plaintes pour abus à leur égard ne fait que s'allonger.

Aucun de ces problèmes n'a été soulevé lorsque la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures de l'UE a voté en faveur de l'ajout des EAU à la liste des pays exemptés de visa, malgré la nécessité d'étudier le comportement du pays en matière de respect des droits de l'homme dans le cadre du processus d'approbation. Il n'a pas été fait mention de la résolution votée l'an passé qui exhortait à une politique claire et fondée sur les principes vis-à-vis des EAU, ce à la lumière des violations persistantes des droits de l'homme dans ce pays.

Les EAU parlent mais n'agissent pas

Les autorités des EAU se sont peut-être engagées très officiellement à protéger les droits de l'homme, en signant la Convention des Nations Unies contre la torture et en ayant été élus au Conseil des droits de l'homme, mais ces actions se sont avérées n'être qu'une opération de relations publiques.

La nécessité d'un engagement mesurable de la part des EAU

Le Parlement européen doit ajourner sa décision jusqu'à ce les EAU aient fourni des mécanismes appropriés de dénonciation et de correction des violations des droits de l'homme. Bien qu'il soit totalement compréhensible que l'Europe souhaite renforcer ses liens avec les EAU, ceci ne doit pas être au détriment de son engagement fondamental en faveur des droits de l'homme et de la règle de droit.

Contact
Rori Donaghy
The Emirates Centre of Human Rights
Tél.: +44(0)785-0062-105
E-mail: roridonaghy@gmail.com

LA

SOURCE The Emirates Centre of Human Rights