Les études des organismes Climate Policy Initiative et Climate Strategies démontrent que le système européen d'échange de quotas d'émissions appuie des investissements à faible intensité de carbone, mais son impact pourrait être plus important

01 Février , 2011, 10:03 GMT de Climate Policy Initiative

BERLIN, February 1, 2011 /PRNewswire/ --

Climate Policy Initiative (CPI) et Climate Strategies ont annoncé les résultats d'une étude sur les répercussions du système européen d'échange de quotas d'émissions quant aux investissements dans des activités à faible intensité de carbone. Le système européen d'échange de quotas d'émissions retient l'attention des sociétés, contribue à faciliter les prises de décisions stratégiques, et s'inscrit dans le cadre d'un environnement favorable aux investissements à faible intensité de carbone. L'étude propose des améliorations telles que l'intensification de la rigueur, de limiter l'utilisation du mécanisme de développement propre (MDP), des changements dans les normes de communication de l'information financière internationale et des politiques complémentaires.

Retenir l'attention des sociétés

En premier lieu, le cadre politique doit capter l'attention des décideurs pertinents dans une organisation. Cette étude démontre que :

    
    - les sociétés avec de plus grandes attentes quant aux prochaines
      exigences nécessaires à l'attribution des permis sont plus susceptibles
      d'injecter des fonds dans les innovations à faible intensité de carbone
      (fondé sur des entretiens avec 800 sociétés manufacturières).
    - pour les investissements dans des activités à faible intensité à
      carbone et d'innovation, l'importance attribuée aux cibles à long terme
      politiques climatiques et au système européen d'échange de quotas
      d'émissions est étroitement liée, suggérant ainsi qu'elles sont
      complémentaires (fondé sur une enquête auprès des producteurs
      d'électricité).

Faciliter les prises de décisions

En définissant un tracé des émissions au-delà de 2020, le système européen d'échange de quotas d'émissions fournit des directives pour l'évaluation des opportunités de faible intensité de carbone. Cependant, quelques facteurs complexifient les prises de décisions :

    
    - avec le mécanisme de développement propre, les installations
      européennes peuvent excéder le plafond établi du système d'échange de
      quotas d'émissions jusqu'à 1,5 milliard de tonnes de CO2 au cours de la
      prochaine décennie, réduisant ainsi les possibilités d'investissements
      dans les activités à faible intensité de carbone. En outre, l'ambiguïté
      autour de la disponibilité des crédits relatifs au MDP crée des
      incertitudes pour les investissements.
    - le cadre actuel du International Financial Reporting Standards (IFRS)
      ne constitue pas une représentation fidèle des frais de carbone et des
      possibilités; lorsque les quotas sont octroyés gratuitement, les frais
      d'émissions qu'ils couvrent ne sont pas déclarés. L'étude examine des
      solutions pour garantir les frais, et l'exposition au carbone est
      reflétée dans les rapports financiers.

Créer un environnement favorable pour l'investissement dans les activités à faible intensité de carbone

Les prix du carbone établis avec le système européen d'échange de quotas d'émissions contribuent à la viabilité financière des projets à faible intensité de carbone; cependant, les autres composantes sont souvent nécessaires pour permettre à leur mise en oeuvre.

    
    - En moyenne, les sociétés interrogées exigent que les investissements en
      efficacité énergétique soient remboursés en moins de quatre ans,
      proposant ainsi la nécessité de politiques supplémentaires qui étendent
      l'horizon temporel en matière d'investissement.
    - Les sociétés de technologie énergétique considèrent des politiques
      propres à cette technologie tels que des taux de rachat comme étant les
      facteurs les plus importants à considérer pour les ventes et les
      investissements en recherche et développement.
    - Pour les producteurs d'électricité, l'accès au combustible et la
      perception publique ayant une incidence sur le processus d'autorisation
      constituent des facteurs importants pour les décisions d'investissement.

<< Bien que le système européen d'échange de quotas d'émissions constitue un cadre solide et compréhensible pour les choix d'investissement à faible émission de carbone >>, a déclaré Karsten Neuhoff, chef de projet et directeur du CPI de Berlin, << les prochaines discussions relatives à la feuille de route 2050 offriront une occasion d'accélérer les investissements dans les activités à faible intensité de carbone. >>

Le projet d'analyse réuni des participants provenant du CPI, du London School of Economics, DIW Berlin, ETH-Zurich, ISI-Fraunhofer, Universidad Carlos III de Madrid et l'Université de Nuremberg. Les études sont disponibles sur http://www.climatestrategies.org et http://www.climatepolicyinitiative.org.

À propos de CPI

Climate Policy est un organisme de recherche et d'efficacité dans l'élaboration des politiques dont la mission consiste à évaluer, diagnostiquer et venir en appui aux efforts des pays pour parvenir à une croissance à faibles émissions de carbone. Il s'agit d'un organisme de recherche indépendant à but non lucratif disposant du soutien à long terme de George Soros, le CPI a son siège à San Francisco et dispose de bureaux à Berlin, Pékin, Rio de Janeiro et Venise.

À propos de Climate Strategies

Climate Strategies est un organisme de recherche international dont l'objectif est de venir en aide aux gouvernements afin de résoudre le problème d'action collective du changement climatique. Il assure la correspondance entre les principales recherches appliquées sur les enjeux internationaux relatifs aux changements climatiques, au processus d'élaboration des politiques et au débat public, en améliorant la qualité et la cohérence des conseils fournis aux formations politiques.

LA

SOURCE Climate Policy Initiative