Les experts de la santé appellent à de nouvelles stratégies de lutte contre la montée croissante du diabète.

25 Septembre, 2008, 10:31 BST de Johnson & Johnson Diabetes Institute

PARIS, September 25 /PRNewswire/ --

- Johnson & Johnson Diabetes Institute ouvre ses portes à Paris tandis qu'un nouveau rapport indique que l'amélioration de l'éducation des patients pourrait jouer un rôle fondamental dans l'arrêt de la progression de la maladie au sein de la région EMEA.

Les experts estiment qu'en 2025, le nombre de personnes atteintes d'un diabète aura progressé de 20 % en Europe, de 80 % parmi les populations vivant dans les régions de la Méditerranée orientale et du Moyen-Orient et de 80 % au sein de la population africaine(1). Les spécialistes du diabète et les personnes vivant avec un diabète s'accordent à dire que l'amélioration de l'éducation des professionnels de santé et des patients pourrait, toutefois, réduire l'impact économique et humain du diabète.

Un nouveau rapport présenté aujourd'hui à l'occasion de l'inauguration du Johnson & Johnson Diabetes Institute à Paris, nouvel espace d'éducation au diabète pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), vient corroborer cette opinion. Il apporte un soutien massif à l'amélioration des mesures pédagogiques, facteur fondamental d'une meilleure gestion de leur condition par les patients.

"Nous savons que les dépenses mondiales liées au diabète et l'ensemble de ses complications devraient excéder les 302,5 milliards de dollars US en 2025, ce qui représente une augmentation de 30 %, plus particulièrement en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Nous avons interrogé des patients et des professionnels de santé de 6 pays représentatifs de cette vaste région, afin de déterminer les solutions pratiques qui pourraient s'avérer nécessaires", déclare l'ancien Ministre de la Santé des Etats-Unis, le Docteur Kenneth Moritsugu, titulaire d'un Master en Santé publique, membre de << l'American College of Preventive Medicine >> (ACPM), et Président Monde des Johnson & Johnson Diabetes Institutes.

"92% des professionnels de santé interrogés estiment que l'éducation des patients peut contribuer à réduire l'impact du diabète sur la société, et cependant 58% des patients interrogés souhaitent obtenir davantage d'informations et de conseils de la part des professionnels de santé sur la façon de mieux gérer leur maladie. Cette divergence peut s'expliquer par le fait que les professionnels de santé eux-mêmes continuent à rechercher des outils et des formations toujours améliorés afin de favoriser la participation et l'autonomisation des patients leur permettant de mieux maîtriser leur diabète."

Pour ces raisons, l'un des objectifs clefs du Johnson & Johnson Diabetes Institute inauguré aujourd'hui sera de faire progresser le niveau de prise en charge des personnes vivant avec un diabète dans la région EMEA, par le biais d'une meilleure éducation des professionnels de santé élaborée en partenariat et avec la collaboration des plus éminents experts et organisations professionnelles dans ce domaine.

L'engagement du Johnson & Johnson Diabetes Institute en faveur d'une amélioration de l'éducation comme une priorité dans la région EMEA est validé par les conclusions d'un rapport établi par Johnson & Johnson Diabetes Institute EMEA et la London School of Economics (LES). Le rapport << Diabetes: Tipping Point or Turning Point? >> présente les résultats détaillés d'entretiens avec des professionnels de santé et des patients dans la région observée et une analyse approfondie de la recherche actuelle. Il constitue une démarche sans précédent de mise en évidence de la progression du diabète dans la région EMEA, ainsi que du besoin identifié, tant chez les médecins que chez les patients, d'opportunités d'améliorer l'éducation.

"L'une des conclusions les plus marquantes de ce rapport est la mise en évidence de dépenses liées au diabète plus élevées qu'elles ne le devraient dans les pays prospères, et ceci en raison de l'insuffisance du montant consacré à la prévention des principales complications liées au diabète : les maladies de coeur, les attaques cérébrales, les maladies rénales et les amputations" déclare le Docteur Maria Raikou, économiste de la santé à la London School of Economics (LSE) et co-auteur du rapport.

    
    Parmi les autres points importants du rapport, il est à
    observer que :

    - 92 % des médecins interrogés estiment que l'éducation du
      patient peut contribuer à réduire le poids de la pathologie sur la
      société(2).

    - 73 % des professionnels de santé interrogés souhaitent une
      augmentation en nombre et en qualité des outils disponibles pour 
      éduquer les patients(3).

    - 82 % des professionnels de santé interrogés placent
      l'éducation au coeur du succès de la gestion du diabète(4).

    - Pas moins de 60 % des patients interrogés en Union
      Européenne et 87 % de ceux interrogés hors Europe ne se sont jamais vu 
      Offrir la possibilité de participer à des initiatives pédagogiques sur 
      Leur affection(5).

Les conclusions du rapport font également état d'un besoin d'augmenter le financement alloué à la mise en place de mesures pédagogiques par les pouvoirs publics en région EMEA. La plupart des professionnels de santé interrogés estiment que les politiques de santé mises en oeuvre par les gouvernements nationaux n'insistent pas suffisamment sur l'éducation du patient (64 %)(6).

"L'Institut sera plus qu'un simple espace de formation pour les professionnels de santé, déclare le Docteur Kenneth Moritsugu. "C'est le point de départ d'une relation durable avec la communauté diabétique, un point de ralliement pour la collaboration entre les professionnels de santé, les pouvoirs publics, les patients et leurs familles. Nous espérons contribuer au renforcement de la compréhension du diabète et, à terme, en conséquence, améliorer l'état de santé des patients touchés par l'une des plus grandes menaces de santé publique du siècle."

Pour plus d'informations, veuillez consulter le site Internet : http://www.jjdi.eu

Notes aux Rédacteurs

À propos du rapport : << Diabetes: Tipping Point or Turning Point? >>

Le rapport << Diabetes: Tipping Point or Turning Point? >> a été commandité par Johnson & Johnson Diabetes Institute et rédigé par une équipe multidisciplinaire composée de Maria Raikou, économiste de la santé à la London School of Economics (LSE), le Professeur Anthony Barnett de l'Université de Birmingham, Royaume-Uni, et la société d'étude de marché internationale, TNS Healthcare.

À propos de Johnson & Johnson Diabetes Institute

De façon globale, Johnson & Johnson Diabetes Institute offre une éducation, une formation et un espace de collaboration aux professionnels de santé, dans le but de renforcer la compréhension du diabète et de contribuer à l'amélioration de l'évolution de l'état de santé des patients.

Chaque Johnson & Johnson Diabetes Institute vise à garantir que les spécialistes du diabète puissent recevoir une formation professionnelle et une éducation personnalisée pour refléter les besoins des patients et des fournisseurs dans leur région, ainsi qu'à soutenir la mise en oeuvre de directives éprouvées et une utilisation efficace des ressources destinées à la prise en charge du diabète.

Il existe actuellement quatre Johnson & Johnson Diabetes Institutes en activité dans le monde (États-Unis, Japon, Chine, France), et des projets d'ouverture d'Instituts supplémentaires sont en cours.

    
    ---------------------------------
    
    (1) Fondation Internationale pour le Diabète (2006), Atlas du Diabète,
        Troisième Édition

    (2) << Perspectives pour l'éducation sur le diabète à destination des
        professionnels de santé et des patients >>, extrait du rapport : 
        <<Diabète : Point de non-retour ou tournant décisif >>, page 46

    (3) Rapport susmentionné, page 47

    (4) Rapport susmentionné, page 46

    (5) Rapport susmentionné, page 52

    (6) Rapport susmentionné, page 58

LA

SOURCE Johnson & Johnson Diabetes Institute