Les médias internationaux anticipent l'association entre l'Ukraine et l'UE

15 Octobre, 2013, 05:14 BST de Worldwide News Ukraine

KIEV, Ukraine, October 15, 2013 /PRNewswire/ --

À la veille de la signature de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'UE au sommet du Partenariat oriental qui se tiendra en novembre à Vilnius, la couverture assurée par les médias internationaux prend de l'ampleur. Bloomberg, Deutsche Welle, Financial Times, Reuters, The Independent, The New York Times, The Wall Street Journal, UPI et d'autres encore se penchent sur des sujets concernant les exigences auxquelles l'Ukraine doit toujours satisfaire avant la signature du document, la pression que met la Russie sur le pays, ainsi que les conséquences possibles de l'association.

Le 21 octobre, le Conseil de l'UE décidera si les exigences en vue de la signature de l'accord d'association ont été satisfaites. Par la suite, « au sommet du [Partenariat oriental] [les 28 et 29 novembre 2013], l'Ukraine devrait faire un pas historique vers l'Occident avec la signature de l'accord d'association avec l'UE », a informé The Independent.

Les exigences imposées à l'Ukraine comprennent des progrès tangibles sur le problème des élections équitables, la mise en œuvre de réformes et l'élimination de la justice sélective. L'UE a qualifié la condamnation et l'emprisonnement de l'ex-première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko comme un exemple de justice sélective, et sa libération semble être le seul obstacle qui entrave toujours la signature de l'AA avec l'Ukraine.

« Si [le président ukrainien] Ianoukovitch libérait Timochenko pour lui permettre de voyager à l'étranger et bénéficier de traitement médical, le oui l'emporterait presque certainement au sein du [Conseil des ministres de l'UE] », stipule l'article du The New York Times à ce sujet. « L'Ukraine a précisé qu'elle s'apprêtait à libérer le leader de l'opposition Ioulia Timochenko pour suivre un traitement médical à l'étranger », souligne le Financial Times. Reuters rapporte également que l'Ukraine est prête à régler bientôt le problème de Timochenko.

Entre-temps, « la Russie a intensifié la pression visant à dissuader Kiev de signer l'accord », continue le Financial Times. Le voisin de l'Ukraine au nord a interdit des marchandises ukrainiennes et a menacé de prendre d'autres mesures visant à rendre l'intégration européenne de l'Ukraine encore plus difficile. « L'Ukraine mise sur le fait que son rapprochement de l'Europe l'emportera sur le risque de représailles de la part de la Russie, qui achète un quart de ses importations et lui fournit 60 pour cent de son gaz », a suggéré Bloomberg.

Contredisant les critiques de la Russie suivant lesquelles l'Ukraine risque de perdre sa souveraineté après la signature de l'AA avec l'UE, UPI cite le commissaire de l'UE sur la politique de voisinage, Stefan Fule, qui insiste que l'UE n'érodera pas la souveraineté de l'Ukraine : « En fait, elle s'en trouvera renforcée. »

LA

SOURCE Worldwide News Ukraine