Les nouvelles règles relatives aux émissions de soufre obligent Stena Line à apporter des modifications

25 Septembre, 2014, 10:00 BST de Stena Line

GOTHENBURG, Sweden, September 25, 2014 /PRNewswire/ --

- plus de 1 million de SEK en coûts supplémentaires par jour

La nouvelle directive relative aux émissions de soufre pour le transport maritime au sein de la zone SECA nord-européenne, qui entre en vigueur le 1er janvier 2015, est bonne pour l'environnement mais a un impact économique significatif sur les activités commerciales de Stena Line. L'intégralité du programme de modifications qui a commencé en 2013, et qui devrait générer une augmentation des bénéfices de 1 milliard SEK, est dans une large mesure une conséquence de ces nouvelles règles. La réduction de deux navires à un sur la route de navigation Trelleborg-Sassnitz constitue un exemple actuel de ces mesures. Un autre exemple est le fait que Stena Line est aujourd'hui obligée d'augmenter les prix de ses services de transport de marchandises en conséquence de la hausse des coûts du carburant.  

« D'un point de vue économique, il s'agit de l'une des décisions politiques les plus négatives depuis la suppression de l'exemption d'impôts. Nous adoptons une attitude positive face aux règles d'amélioration environnementale à condition qu'elles soient les mêmes pour tout le monde et qu'elles soient appliquées à un rythme raisonnable pour nous et nos clients, mais ce n'est pas le cas avec les nouvelles règles relatives aux émissions de soufre. Au bout du compte, la hausse des coûts du carburant affecte l'industrie des exportations et importations nord-européenne de manière négative car une part considérable des transports s'effectue par voie maritime », a déclaré Carl-Johan Hagman, PDG de Stena Line.

Pour Stena Line, ces modifications sont synonymes d'une augmentation des coûts du carburant de 1 million de SEK par jour, soit environ 450 millions de SEK par an en conséquence du carburant à faible teneur plus coûteux.

« En ce qui concerne le transport de marchandises, nous devons donc augmenter nos prix d'environ 15 %. Nous souhaitons être en mesure d'offrir le même service et la même qualité, et poursuivons nos efforts pour proposer des transports efficaces du point de vue environnemental. Cela veut dire que nous devons facturer davantage à nos clients faisant appel à nos services de transport de marchandises afin de compenser cette hausse des coûts », a ajouté Carl-Johan Hagman.

Depuis 2005, Stena Line s'efforce de réduire son impact environnemental dans le cadre de son programme d'économie d'énergie (Energy Saving Programme), grâce auquel la société est parvenue à réduire la consommation d'énergie de ses navires de 2,5 % par an. Parallèlement à l'adoption de mazouts à faible teneur en soufre, Stena Line met en œuvre plusieurs projets afin d'étudier des carburants alternatifs et différentes techniques de purification des émissions.

« Au début de l'année 2015, nous allons commencer un essai avec du méthanol en tant que carburant sur l'un de nos ferrys. Simultanément, nous nous intéressons à des technologies d'épuration et envisageons également l'utilisation du GNL comme carburant. Évidemment, convertir et reconstruire nos ferrys demandera du temps et coûtera aussi beaucoup d'argent », a conclu Carl-Johan Hagman.

Pour tout complément d'information, veuillez contacter Jesper Waltersson, directeur des communications chez Stena Line, tél. +46(0)31-85-85-32 ou +46(0)704-85-85-32.  

LA

SOURCE Stena Line