Les opérateurs mobiles d'Amérique latine s'engagent à lutter contre les vols d'appareils mobiles

17 Juillet, 2012, 18:55 BST de GSMA

- Treize groupes d'opérateurs mobiles latino-américains promettent de collaborer à travers la région dans le but de bloquer l'utilisation des téléphones volés

LONDRES, 17 juillet 2012 /PRNewswire/ -- GSMA Amérique latine a annoncé aujourd'hui l'engagement des principaux opérateurs de réseaux mobiles (ORM) d'Amérique latine à collaborer avec les gouvernements régionaux dans le cadre d'initiatives conçues pour réduire les vols de téléphones portables et les crimes associés à la téléphonie mobile. Cette initiative volontaire d'opérateurs de réseaux mobiles GSM permettra le partage d'informations relatives aux appareils mobiles volés dans le but de bloquer leur utilisation et de rendre leur trafic et leur réutilisation plus difficile dans l'ensemble de la région.

Lors d'une réunion du Chief Regulatory Officers Group for Latin America (CROG Latam), les représentants des affaires publiques de ces ORM régionaux se sont mis d'accord sur les étapes à suivre pour commencer à échanger des informations relatives aux téléphones volés via la base de données IMEI de la GSMA. L'accord implique que les informations partagées entre les ORM soient utilisées pour identifier les appareils déclarés volés par les utilisateurs afin de garantir leur reconnaissance, puis leur blocage en fonction des règlementations locales.

Javier Delgado, Président du CROG Latam, a déclaré : « Cet effort commun par tous les opérateurs régionaux qui participeront à cette initiative aidera les régulateurs dans nos pays à confronter et à s'attaquer à ce fléau. »

Cette action coordonnée par des opérateurs mobiles donne déjà des résultats en Amérique centrale, où les régulateurs de l'industrie et des télécommunications au Costa Rica, au Salvador, au Guatemala, au Honduras et au Panama alignent leurs efforts afin de faciliter l'identification et le blocage des appareils volés. « L'idée est de s'appuyer sur l'expérience de collaboration entre les opérateurs de télécommunications et les gouvernements entreprise en Amérique centrale et de la développer pays par pays dans l'ensemble de la région au cours des six prochains mois », a ajouté M. Delgado.

La création par la Commission interaméricaine des télécommunications (CITEL) du Front régional de lutte contre le vol de terminaux mobiles a constitué un élément clé de la résolution approuvée en 2011 par la CITEL pendant la réunion du Comité consultatif (CCPI). Parmi les propositions de cette résolution, le Comité a recommandé « la régulation au niveau régional de l'échange de bases de données de listes noires et le blocage de leurs numéros d'identification uniques (codes IMEI) dans le but d'empêcher l'activation et l'utilisation de téléphones portables volés sur d'autres marchés et de contribuer au contrôle du trafic illégal d'appareils parmi les pays de la région ».

« Le partage d'informations par l'intermédiaire de la base de données mondiale IMEI représente une mesure collaborative importante que nos ORM membres sont prêts à prendre, et prouve également que les secteurs public et privé peuvent travailler ensemble pour faire face à des problèmes spécifiques affectant la société et les gouvernements », a souligné Sebastian Cabello, directeur de GSMA Amérique latine. « Même si le partage d'informations peut contribuer à la réduction de la criminalité, il est essentiel d'explorer et d'adopter d'autres mesures afin de garantir la détection, la poursuite et la condamnation en bonne et due forme de ces crimes. »

Les opérateurs membres de la GSMA qui se sont engagés à connecter leur base de données de téléphones volés et à mettre en œuvre des mesures de blocage des terminaux volés dans tous les pays où ils opèrent en Amérique latine sont les suivants : America Movil, Antel, Cable & Wireless Panama, Corporacion Digitel, Entel Bolivia, Entel Chile, ICE, Tigo Colombia, Nextel/NII Holdings, Nuevatel PCS Bolivia, Orange Dominican Republic, Telecom Italia et Telefonica.

L'accord, dont la mise en œuvre complète devrait s'achever en mars 2013, couvre plus de 500 millions de connexions mobiles dans l'ensemble de la région. La GSMA continuera à œuvrer à la promotion de l'adoption de ces directives auprès de toutes ses sociétés membres en Amérique latine avec la signature d'un protocole d'entente entre les opérateurs pays par pays.

Notes à l'intention des rédacteurs :
La GSMA maintient un système unique appelé la base de données IMEI (IMEI DB), qui est une base de données centrale mondiale contenant des informations basiques sur les gammes de numéros de série (IMEI) de millions d'appareils mobiles (ex : téléphones portables, cartes de données pour ordinateurs portables, etc.) qui sont en utilisation à travers les réseaux mobiles du monde. Le code IMEI est composé de 15 chiffres qui servent à identifier l'appareil lorsqu'il est utilisé sur un réseau de téléphonie mobile. Le code IMEI devant être unique pour chaque appareil, il est donc nécessaire de pouvoir gérer de l'attribution des codes IMEI aux fabricants de téléphones afin de veiller à ce que le même code IMEI ne corresponde pas à plusieurs appareils. La GSMA joue ce rôle et enregistre la totalité des codes IMEI qui sont attribués aux fabricants de téléphones portables dans la base de données IMEI. Lorsqu'elle réserve des codes IMEI pour un fabricant de téléphones, la GSMA stocke des informations basiques associées à chaque code IMEI. Ces informations incluent le nom du fabricant et l'identifiant du modèle du téléphone associé ainsi que certaines de ses capacités techniques (ex. : bandes de fréquences compatibles avec le téléphone, catégorie de puissance du téléphone, etc.). Cette initiative protège les utilisateurs de téléphones portables et permet de garantir qu'aucun détail de nature personnelle (numéros de téléphone, adresses, etc.) ne soit échangé. Pour tout complément d'information, veuillez cliquer sur le lien suivant : www.gsma.com/technicalprojects/fraud-security/imei-database/

À propos de la GSMA
La GSMA représente les intérêts des opérateurs mobiles du monde entier. Couvrant 220 pays, la GSMA rassemble près de 800 opérateurs mobiles dans le monde, ainsi que plus de 200 sociétés dans l'écosystème mobile élargi, notamment des fabricants de téléphones, des sociétés de logiciels, des fournisseurs d'équipement, des sociétés Internet et des organisations des médias et du divertissement. La GSMA produit également des évènements leaders du secteur tels que le Mobile World Congress et Mobile Asia Expo.

Pour tout complément d'information, veuillez consulter le site Internet de la société GSMA à l'adresse www.gsma.com ou rendez-vous sur Mobile World Live, le portail en ligne destiné à l'industrie des communications mobiles, à l'adresse www.mobileworldlive.com

GSMA Amérique latine est la division de la GSMA dans cette région. Son orientation en matière de politiques publiques régionales est définie par le Chief Regulatory Officers Group for Latin America (CROG Latam), groupe composé de représentants de haut rang des affaires publiques de 14 des plus grands groupes d'opérateurs d'Amérique latine et des Caraïbes. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site www.gsmala.com.

LA

SOURCE GSMA



Liens connexes

http://www.gsma.com