Les parties s'accordent sur la nécessité d'une coopération énergétique sur le marché des Balkans

01 Juin, 2014, 15:31 BST de Serbian Chamber of Commerce

BELGRADE, Serbie, June 1, 2014 /PRNewswire/ --

Des experts de premier plan du monde des affaires et du secteur énergétique ont lancé aujourd'hui, lors d'une table ronde organisée à Belgrade, un appel exprès visant la nécessité de la compétitivité et de la diversification du secteur gazier dans la région. Lors de cet événement organisé par la Chambre de commerce serbe, des représentants des Chambres de commerce bulgare et hongroise et de Natural Gas Europe se sont accordés sur la nécessité d'une coopération transfrontalière plus poussée relative aux questions énergétiques dans les Balkans, qui faciliterait le dialogue entre diverses autorités locales et régionales et le milieu des affaires.

Le gaz naturel joue un rôle important à relever le défi critique de la compétitivité qui concernera de plus en plus tous les Européens, y compris la Serbie. Par conséquent, à l'avenir, la stratégie énergétique dans la région doit être axée sur la compétitivité. Cette stratégie doit mettre davantage l'accent sur l'efficacité énergétique et les objectifs en termes d'émissions doivent être équilibrés ou comparés par rapport à la compétitivité européenne.

Zeljko Sertic, président de la Chambre de commerce et d'industrie serbe, a fait remarquer qu'une nouvelle approche s'imposait et que la Chambre avait déjà commencé à élaborer une Initiative énergétique dans les Balkans, visant à favoriser le dialogue entre pays voisins et à fonctionner comme organisation coordinatrice pour améliorer le développement de politiques dans les Balkans.

M. Sertic a affirmé qu'il était essentiel de forger un consensus entre les organismes internationaux, les gouvernements, les entreprises et les communautés, ainsi que d'assurer la sécurité et la stabilité du secteur énergétique du pays. Il a aussi indiqué qu'une telle approche devait être dirigée par les entreprises et les organisations commerciales. « À notre avis, l'Initiative énergétique dans les Balkans jouerait un rôle important et appuiera les entreprises de toutes tailles pour bénéficier des investissements dans les infrastructures énergétiques. Les Chambres de commerce en tant que représentants des intérêts des entreprises constituent le point de départ logique de cette initiative, mais elle devrait également être ouverte à divers acteurs, notamment des entreprises et des organismes de la société civile. Nous avons entamé le processus par le biais d'une lettre d'intention visant à obtenir du soutien pour cette idée, et nous discuterons cette proposition dans plus de détails en juillet à Vienne. »

Martin Sipos, responsable du service international pour l'Énergie du ministère hongrois du Développement, a souligné la nécessité d'une coopération entre la Hongrie et la Serbie. Il a précisé que la présidence de la Hongrie du V4 tenait à poursuivre ces efforts afin de créer un forum du gaz et d'appuyer la coopération régionale. Vasil Todorov, secrétaire général de la Chambre de commerce bulgare, a salué les efforts conjoints plus efficaces sur des projets régionaux, tout en soulignant que « malgré les problèmes internationaux, nous ne pouvons pas les laisser éclipser les enjeux commerciaux en Europe orientale. Des discussions constructives s'imposent afin d'améliorer le marché énergétique des Balkans. »

Rick Gill, directeur général de Natural Gas Europe, s'est penché sur le thème du projet South Stream et de son impact sur la région dans son ensemble. Il a souligné l'importance à faciliter des flux de gaz accrus dans la région des Balkans. Natural Gas Europe et le cabinet-conseil de recherche et stratégie WorldThinks ont mené un sondage examinant les avis de l'opinion publique et des principaux acteurs dans chaque pays participant sur l'impact potentiel de ce projet qui a révélé le fort appui en faveur du South Stream. Les Serbes se sont manifestés en faveur du projet de gazoduc, avec 73 % des opinions en faveur et seulement 3 % des votes contre.

Les effets bénéfiques potentiels du South Stream étaient évidents pour les participants à l'enquête pas seulement en termes de sécurité accrue de l'approvisionnement, mais aussi d'avantages économiques globaux tels que la création d'emplois, les impôts et les frais de transmission.

Alexander Siromyatin, directeur adjoint du secteur Projets chez Gazprom, s'est penché sur la manière dont le projet South Stream permettra de trouver de nouvelles routes d'approvisionnement en gaz de l'Europe. Lancé en 2007, ce gazoduc de 422 km traversera la mer Noire pour atteindre la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, la Slovénie et l'Italie et fournira au total une puissance CS de 225 mégawatts. Depuis 2012, le South Stream a atteint sa pleine capacité et on a souligné que le Nord Stream (le premier gazoduc qui reliera la Russie à l'Europe) s'inscrira dans la continuité logique du South Stream afin de relier les utilisateurs et les fournisseurs.

M. Sertic a affirmé qu'étant donné la position géopolitique unique des Balkans comme principal carrefour sur le marché de l'offre et de la demande, il était important de veiller à ce que la nouvelle initiative proposée (NIP) soit ouverte à tous les gouvernements et organismes intéressés à participer aux discussions pour résoudre les enjeux actuels.

Il a rajouté que la nouvelle initiative proposée montrera sa force en reliant les gouvernements de la région et en informant l'opinion publique au sujet des problématiques phares dans le secteur énergétique, ainsi que sur la stratégie énergétique future de l'Europe orientale. « Nous avons besoin d'une voix commune et devrions discuter ensemble les aspects économiques les plus importants du marché. »

LA

SOURCE Serbian Chamber of Commerce