Les partis d'opposition ukrainiens instamment invités à soutenir un projet de loi vital pour l'intégration du pays à l'UE

17 Avril, 2013, 15:58 BST de Ukraine Monitor

KIEV, Ukraine, April 17, 2013 /PRNewswire/ --

Les partis d'opposition ukrainiens sont instamment invités à « faire ce qu'il faut pour la nation » en soutenant un projet de loi crucial pour la politique d'intégration européenne du pays.

Le Parti des régions au pouvoir a soumis au Verkhovna Rada (Parlement) une proposition de loi autorisant les déplacements sans visa entre l'Ukraine et les pays membres de l'Union européenne. L'adoption de cette mesure est une condition préalable à la signature de l'accord d'association avec l'UE qui devrait intervenir lors du Sommet du Partenariat oriental qui se tiendra en novembre à Vilnius.

Dans la mesure où les députés du parti communiste ukrainien ne votent pas, le gouvernement en appelle au parti Batkivshchyna de l'ex-Première ministre actuellement incarcérée Ioulia Tymoshenko, à Svoboda et à l'UDAR de l'ancien boxeur Vitaly Klitschko.

« Nous demandons à nos collègues de l'opposition de s'associer au vote car nous étions d'accord pour dire qu'il est important d'adopter ces lois pour suivre le chemin de l'intégration européenne et, dans le cas présent, pour résoudre les problèmes liés à la simplification du régime de déplacement sans visa », a affirmé le président du Parti des régions au parlement Oleksandr Yefremov.

Suite à la grâce de l'ancien ministre de l'Intérieur Iouri Loutsenko, l'ancien président polonais Aleksander Kwasniewsk a déclaré qu'il estime que le président ukrainien Viktor Ianoukovitch « cherche effectivement à conclure un accord d'association avec l'UE en novembre ». Suite à la grâce de Loutsenko, il ne s'attend toutefois pas à ce que Ioulia Tymoshenko, qui purge une peine de sept ans pour abus de pouvoir, soit elle aussi graciée dans la mesure où son cas est beaucoup plus complexe.

Au moment de sa libération, Iouri Loutsenko se trouvait en effet sous le coup d'une peine de prison moins longue et dont il avait déjà purgé la moitié. De plus, il ne fait actuellement pas l'objet d'autres enquêtes en cours.

Selon Aleksander Kwasniewsk, l'UE devrait demander à l'Ukraine d'adhérer à l'union dans dix ans.

« L'Europe a besoin de l'Ukraine compte tenu du potentiel démographique de son marché et des millions d'Ukrainiens qui travaillent aujourd'hui dans l'UE et en Pologne », a-t-il souligné avant d'ajouter que contrairement à la Russie et à la Biélorussie, l'Ukraine est prête à appliquer les normes européennes.

Jeudi, M. Kwasniewski présentera avec l'ancien président du Parlement européen Pat Cox un rapport sur sa mission de surveillance de l'Ukraine au Parlement européen de Strasbourg. Les deux hommes ont joué un rôle actif dans les négociations qui ont précédé la grâce de Iouri Loutsenko et de cinq autres personnes.

LA

SOURCE Ukraine Monitor