Les patientes atteintes de polyarthrite rhumatoïde souhaitent passer les fêtes de fin d'année à l'abri de la douleur

14 Décembre , 2009, 18:52 GMT de UCB

BRUXELLES, December 14 /PRNewswire/ --

    
    - Résultats d'une enquête UCB sur le mode de vie des femmes atteintes de
      polyarthrite rhumatoïde dans sept grands pays industrialisés

    - Un tiers des femmes souffrant de polyarthrite rhumatoïde affirment que
      cette maladie influe sur la satisfaction que leur apporte la saison des
      fêtes.

    - Pour les femmes vivant avec la polyarthrite rhumatoïde, courir les
      magasins pour trouver des cadeaux, préparer des repas de fête, écrire
      des cartes et emballer des cadeaux sont des activités qui leur coûtent
      beaucoup.

    - Près des deux tiers des femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde
      éprouvent quotidiennement des douleurs.

Une étude menée à l'échelle mondiale révèle que la polyarthrite rhumatoïde (PR) a un impact émotionnel et physique majeur sur les personnes qui vivent avec cette maladie ainsi que sur leur entourage. Les sentiments de détachement et d'isolement par rapport à la famille proche imputables à la polyarthrite rhumatoïde prédominent plus particulièrement à Noël, un moment qui devrait être le plus heureux de l'année. L'étude menée auprès de 1 958 femmes souffrant de PR dans sept pays industrialisés montre que 35 % des femmes atteintes de cette pathologie ont le sentiment que la PR influe sur leur capacité à profiter des réunions familiales pendant la saison des fêtes.

L'étude, financée par la société biopharmaceutique UCB, souligne que 23 % des femmes souffrant de polyarthrite rhumatoïde éprouvent des douleurs, des difficultés ou ont cessé d'assister à des réunions ou fêtes de famille en raison de leur état de santé, et que 44 % des femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde sévère à modérée disent ne plus apprécier autant qu'avant les fêtes familiales comme Noël. Parmi les femmes jeunes (25 à 35 ans), 28 % estiment que le plaisir des réunions familiales est limité par la PR.

Les relations humaines pâtissent elles aussi de la PR : un tiers des femmes pensent en effet que leur pathologie influe négativement sur leurs relations les plus proches et plus de la moitié ont le sentiment que leurs amis et les membres de leurs familles ne comprennent pas leur douleur.

<< Les fêtes sont l'occasion de passer des moments agréables et amusants en famille ou avec des amis, et non une période d'anxiété liée à un emploi du temps chargé, des réunions et les difficultés associées au surcroît d'activités. Pour de nombreuses femmes vivant avec la polyarthrite rhumatoïde, l'isolement et la douleur sont toutefois des sentiments courants >>, explique le docteur Vibeke Strand, professeur clinicien assistant au sein de la division d'immunologie/rhumatologie de l'Ecole de médecine de l'Université de Stanford. << La plupart du temps, les malades préfèrent dissimuler leurs souffrances et leur gêne à leur famille et à leurs amis pour ne pas gâcher les fêtes de fin d'année, ce qui peut entraîner un sentiment d'isolement. >>

La douleur quotidienne, dont souffrent 63 % des personnes interrogées, est un problème que peut exacerber la dextérité nécessaire à l'accomplissement des activités festives les plus simples comme le souligne l'étude qui montre que 28 % des personnes interrogées souffrant de polyarthrite rhumatoïde sévère à modérée éprouvent des douleurs, trouvent difficile d'écrire des cartes ou ont complètement cessé de le faire.

Aller acheter des cadeaux, préparer des repas de fête, écrire des cartes et emballer les cadeaux sont les quatre activités festives que les femmes souffrant de PR trouvent le plus difficile à effectuer. Parmi elles, 28 % éprouvent des douleurs et des difficultés à aller acheter des cadeaux ou ont cessé de le faire, et plus d'un quart trouve difficile de préparer les repas de fête.

<< Près des deux tiers des femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde souffrent de douleurs quotidiennes dont l'intensité peut s'exacerber lors des périodes de l'année les plus chargées, comme Noël, et cela influe énormément sur le plaisir que leur apporte la saison des fêtes. Près de la moitié des patients inclus dans l'étude n'abordent pas avec leur médecin la question de la maîtrise de la douleur qui est pourtant incontournable à un moment comme Noël où elle peut se poser de manière plus marquée. La maîtrise de la douleur est l'assurance pour les patients de passer une 'agréable journée' et d'améliorer, en fin de compte, leur qualité de vie >>, a déclaré le Paul Emery, professeur de rhumatologie à l'Université de Leeds.

À la lumière des conclusions de l'étude, UCB a défini << 12 conseils pour Noël >> afin d'aider les malades à gérer et profiter de cette période de l'année chargée. Pour obtenir un complément d'informations ainsi que la liste des << 12 conseils pour Noël >>, veuillez envoyer un courrier électronique à l'adresse : 12Tips@fleishman.com afin de recevoir le guide détaillé des conseils à suivre pour profiter des fêtes de Noël.

À propos de l'étude << Good Days >>

L'étude << Good Days >> a été menée en août 2009 dans le cadre d'une initiative mondiale visant à évaluer le mode de vie des femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde dans les sept grands pays industrialisés que sont le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni et les États-Unis. Son objectif était notamment de cerner l'impact émotionnel et physique de la polyarthrite rhumatoïde sur la vie quotidienne des femmes souffrant de cette pathologie. Une partie de l'étude visait à évaluer plus particulièrement les conséquences de la maladie sur les personnes atteintes pendant la saison des fêtes de fin d'année.

Près de 2 000 femmes âgées de 25 à 65 ans atteintes de polyarthrite rhumatoïde depuis six mois au moins ont été interrogées en ligne sur l'impact de la maladie sur leur vie quotidienne.

À propos de la polyarthrite rhumatoïde

On estime à 5 millions le nombre de personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde dans le monde. Sa prévalence n'est pas uniformément répartie entre les sexes dans la mesure où les femmes sont trois fois plus à risque que les hommes de souffrir un jour de cette pathologie. Bien que la polyarthrite rhumatoïde puisse apparaître à n'importe quel âge, les premiers symptômes surviennent en général entre 35 et 55 ans.

Ils induisent souvent une restriction de la mobilité, des dommages et des difformités aux articulations permanents. Les personnes atteintes de PR ont un risque plus élevé de développer d'autres maladies telles que cardiopathies, attaques, dépression, infections, problèmes pulmonaires et ostéoporose.

A propos d'UCB

UCB est une entreprise biopharmaceutique basée à Bruxelles en Belgique (http://www.ucb.com) qui se consacre à la recherche, à l'élaboration et à la commercialisation de médicaments novateurs pour la prise en charge de pathologies liées notamment aux troubles immunologiques et du système nerveux central. UCB emploie quelque 10 000 personnes dans plus de 40 pays et a enregistré un chiffre d'affaires de 3,6 milliards d'euros en 2008. UCB est coté sur le marché Euronext de Bruxelles (symbole : UCB).

LA

SOURCE UCB