LES RECHERCHES CONFIRMENT L’EXCELLENT RAPPORT COUT-EFFICACITE DU TAXOL DANS LE TRAITEMENT DU STADE INITIAL DU CANCER DU SEIN

22 Mai, 2000, 18:45 BST de BMS

  • Les données concernant le rapport coût-efficacité pourraient rendre le traitement salvateur par le TAXOL accessible à un plus grand nombre de patientes atteintes de cancer du sein

New Orleans, USA - Les résultats de l’étude du Cancer and Leukaemia Group B (CALGB 9344), qui montraient un avantage spectaculaire à la survie obtenu par l’addition de TAXOL (paclitaxel) à une chimiothérapie standard pour le traitement du cancer du sein, sont maintenant complémentés par une étude en économie de la santé qui démontre que le TAXOL sauve des vies avec un excellent rapport coût-efficacité.

D’après le Dr Lieven Annemans, un spécialiste en économie de la santé à l’Université libre de Bruxelles, le recours à la chimiothérapie adjuvante avec TAXOL coûte environ 10800 euros par année de vie sauvée. "Ce chiffre est étonnamment bas et constitue une révélation très positive," commente le Dr Annemans, dont le poster a été remarqué lors du 36e congrès annuel de l’ American Society of Clinical Oncology (ASCO) à la Nouvelle-Orléans.

L’étude CALGB a démontré que l’addition de TAXOL au régime de chimiothérapie suivant l’ablation chirurciale d’une tumeur cancéreuse du sein réduit le taux de mortalité de 26% par rapport au traitement adjuvant standard (doxorubicine + cyclophosphamide) seul. Ce résultat - confirmé récemment par l’analyse des données du suivi de cette étude sur 30 mois - était celui d’une des plus importantes études dans l’histoire du traitement du cancer mammaire.

Le Dr Annemans et ses collègues ont d’abord utilisé les données belges sur les coûts et l’utilisation des ressources dans le cancer du sein pour mesurer les implications financières de l’utilisation du protocole désormais recommandé par les auteurs de l’étude CALGB. Le groupe s’est ensuite rendu dans les pays suivants pour y calculer les coûts du traitement adjuvant par TAXOL pour le système de santé: France, Allemagne, Italie, Espagne, Suède et Royaume-Uni.

Le Dr Annemans conclut que les traitements moins actifs et plus anciens dans le cancer du sein, bien que moins chers en valeur absolue, peuvent s’avérer bien plus coûteux que les médicaments modernes si l’on rapporte leur coût à leur efficacité. De plus, le coût supérieur du TAXOL est partiellement compensé par une diminution des dépenses occasionnées par le diagnostic et le traitement des cancers récurrents.

"Le TAXOL contribue à prévenir les récurrences, et le traitement des cas récurrents est très coûteux," affirme le Dr Annemans.

La moyenne pondérée du rapport coût-efficacité pour l’Europe est d’environ 10800 euros par année de vie sauvée. Ce chiffre est comparable à celui obtenu avec TAXOL plus cisplatine dans le cancer ovarien avancé, autre maladie dans laquelle le TAXOL est très efficace et considéré généralement comme ayant un très bon rapport coût-efficacité.

De nos jours où les budgets de la santé sont confrontés à des pressions croissantes dans toute l’Europe, ces résultats ajoutent une nouvelle dimension importante au fait que le TAXOL améliore les perspectives des femmes atteintes de cancer du sein.

Le traitement médicamenteux de suivi à l’ablation chirurgicale est appelé traitement adjuvant. Il est donné à titre de précaution pour le cas où le cancer se serait étendu au-delà de la tumeur originale. Dans l’étude CALGB, toutes les femmes traitées présentaient des signes de cancer des ganglions lymphatiques axillaires et étaient donc considérées à haut risque de métastases.

Dans l’Union Européenne, le diagnostic de cancer du sein frappe 250'000 femmes chaque année. Parmi celles-ci, 100'000 environ sont candidates à un traitement adjuvant.

LA

SOURCE BMS