Les réformes constitutionnelles en Azerbaïdjan sont « accueillies avec enthousiasme » selon une société de sondage américaine

19 Septembre, 2016, 21:12 BST de Arthur J. Finkelstein & Associates

NEW YORK, September 19, 2016 /PRNewswire/ --

Le prochain référendum sur les amendements à la Constitution en Azerbaïdjan fait « à la fois l'objet d'un ancrage profond et d'un soutien enthousiaste » selon les résultats d'une étude réalisée par la célèbre société de sondage américaine Arthur J. Finkelstein and Associates.

Une enquête nationale préférendaire menée auprès des électeurs a montré que 92 % des électeurs sont favorables au référendum, source de réformes constitutionnelles, et qu'une grande majorité d'entre eux se disent prêts à voter.

« Tous les indicateurs internes témoignent d'un soutien exceptionnel au gouvernement et à ses actions suite à l'exacerbation constante des préoccupations autour du conflit dans le Haut-Karabagh », a déclaré George Birnbaum, directeur exécutif d'Arthur J. Finkelstein.

L'occupation du Haut-Karabagh et des provinces avoisinantes par l'Arménie, qui a fait près d'un million d'azerbaïdjanais déplacés, reste un sujet sensible pour les électeurs, notamment après l'intensification, en avril, des hostilités qui couvaient de longue date et ont causé la mort de dizaines de personnes. De nombreux organismes internationaux, dont les Nations Unies et le Parlement européen, ont appelé au retrait immédiat et inconditionnel des troupes arméniennes des territoires azerbaïdjanais.

« Lors de notre première enquête nationale réalisée en Azerbaïdjan en 2013, le problème du Haut-Karabagh arrivait en troisième position avec 16,1 % », a souligné M. Birnbaum avant d'ajouter qu'il est devenu la préoccupation numéro un des électeurs en 2015, avec 41,3 %. « En avril 2016, ce chiffre est grimpé à 81,5 %, pour atteindre aujourd'hui le taux stupéfiant de 96,7 %. »

George Birnbaum a souligné que plus de 98 % des personnes interrogées pensent que le gouvernement protège les citoyens du terrorisme et plus de 95 % estiment que l'Azerbaïdjan est le pays le plus stable de la région. « En 2015, 77 % des personnes interrogées estimaient que le pays allait dans la bonne direction », a rappelé M. Birnbaum. « Ils sont aujourd'hui 91,4 % à le penser, ce qui montre bien que les Azerbaïdjanais ont confiance en la capacité des hommes politiques élus à maintenir la stabilité politique et économique, et à continuer à se battre pour se réapproprier le Haut-Karabagh. »

Le 26 septembre, plus de cinq millions d'électeurs azerbaïdjanais seront appelés à se prononcer sur chacun des 29 amendements proposés à la Constitution. Parmi les modifications clés envisagées figurent la prolongation de cinq à sept ans de la durée du mandat présidentiel ainsi que la création de la fonction de premier vice-président, dont le titulaire deviendrait le numéro deux du pays en lieu et place du Premier ministre, comme c'est le cas actuellement.

Selon le sondage Finkelstein, plus de 86 % des personnes interrogées sont d'accord avec les changements à apporter à la structure du pouvoir exécutif.

 

LA

SOURCE Arthur J. Finkelstein & Associates