L'étude DIAMOND (ADVAGRAF Studied in Combination With Mycophenolate Mofetil (MMF) and Basiliximabin Liver Transplantation) apporte des informations sur la fonction rénale et la prophylaxie du rejet aigu chez les transplantés hépatiques

24 Février , 2015, 18:15 GMT de Astellas Pharma

CHERTSEY, Angleterre, February 24, 2015 /PRNewswire/ --

 

Publication des principaux résultats dans l'American Journal of Transplantation (AJT) 

Chez les transplantés hépatiques, l'insuffisance rénale tardive est une cause sérieuse de morbidité, pouvant également causer une mort prématurée[1], [2], [3] 

Selon les résultats d'une étude publiée la semaine dernière dans l'American Journal of Transplantation (AJT), les transplantés hépatiques prenant de faibles doses d'ADVAGRAF™ en gélules (tacrolimus à libération prolongée), associé à du basiliximab immédiatement après la greffe, retrouvent de meilleures fonctions rénales et sont moins victimes de rejet aigu que les patients ayant reçu la dose maximale d'ADVAGRAF recommandée.[4]

Les résultats de l'étude DIAMOND (ADVAGRAF studied In combinAtion with MycOphenolate mofetil (MMF) aND basiliximab in liver transplantation) (ADVAGRAF étudié en association avec le mycophenolate mofetil (MMF) et le basiliximab dans le cadre de la greffe du foie) montrent que pendant la période immédiate suivant la greffe, une administration initiale d'ADVAGRAF inférieure à la dose recommandée de 25 % par rapport à la dose maximale (0,15 - 0,175 mg/kg/jour), associée à du basiliximab (sans corticostéroïdes), au MMF et à une exposition réduite au tacrolimus permet de diminuer les troubles de la fonction rénale ainsi que le risque de rejet aigu, par rapport à l'administration de tacrolimus à libération prolongée aux doses maximales recommandées (0,2 mg/kg/jour) dans des traitements similaires. D'autres résultats démontrent que de fortes doses retardées de tacrolimus à libération prolongée ont réduit de manière significative les troubles de la fonction rénale, comparé à une administration immédiate après la greffe. Cependant, le taux de rejet aigu restait identique.

« Ces données fournissent des informations très intéressantes sur la relation entre les traitements immunodépressifs pendant la période post-opératoire immédiate et la fonction rénale » déclare le Dr Martin Hurst, directeur médical senior des greffes chez Astellas Pharma EMEA.

Selon le Dr Pavel Trunečka, auteur principal de l'article : « la fonction rénale est un indicateur essentiel du succès d'une greffe sur le long terme ; l'étude DIAMOND évoque la possibilité de compenser le risque de rejet tout en réduisant les risques de dommages causés aux reins et les complications sur le long terme. Une dose plus faible d'ADVAGRAF administrée immédiatement après la greffe offrirait les mêmes avantages qu'un traitement immunosuppresseur. Ainsi, les risques de rejet de la greffe seraient minimisés tout en maintenant la fonction rénale, sans recourir à des stéroïdes. Résultat : c'est une véritable avancée pour la plupart des transplantés hépatiques qui pourront bénéficier d'une immunosuppression moins complexe pendant la période post-greffe. »

NOTE AUX ÉDITEURS  

À propos d'ADVAGRAF™ et du tacrolimus  

Le tacrolimus est le médicament immunosuppresseur le plus utilisé en prévention contre le rejet des allogreffes après une greffe d'organes. Il est disponible dans le monde entier en formulation de deux fois par jour (PROGRAF) ainsi qu'en formule à libération prolongée (ADVAGRAF), ce qui permet d'avoir une exposition au tacrolimus plus adéquate. Les niveaux de tacrolimus demandent une surveillance rigoureuse : les taux d'exposition doivent être suffisants pour prévenir le risque de rejet d'allogreffes, mais ne doivent pas être trop excessifs, afin de ne pas augmenter le risque d'effets indésirables graves. La formulation à libération prolongée d'ADVAGRAF permet au tacrolimus d'être disponible pour l'absorption sur une plus grande partie de l'appareil gastro-intestinal. Cette modification du profil de libération est une véritable chance de réduire la variabilité de l'exposition au tacrolimus. Elle permet d'atteindre et de conserver des niveaux constants avec moins d'ajustements de la posologie ainsi que d'améliorer la médication en une seule dose à prendre le matin.[5], [6]

Les informations présentes dans ce communiqué concernent uniquement les lecteurs européens et peuvent être différentes des utilisations approuvées du tacrolimus par voie orale aux États-Unis. Si vous souhaitez obtenir plus d'informations sur les consignes de prescription applicables aux États-Unis, veuillez contacter Marjorie Moeling, directrice de la communication et promotion produits pour les services de greffes en milieu hospitalier chez Astellas à l'adresse suivante : Marjorie.Moeling@astellas.com, ou par téléphone au (+1)-847-682-7471.

À propos de DIAMOND  

DIAMOND est le nom d'une étude multicentrique et randomisée sur 901 patients, dont le but est d'étudier la fonction rénale avec administration de gélules à libération prolongée ADVAGRAF (tacrolimus). Les patients ont reçu, selon les groupes, du tacrolimus à libération prolongée (0,15 - 0,175 mg/kg/jour) ainsi qu'un traitement d'induction au basiliximab ; du tacrolimus (dose initiale : 0,2 mg/kg/jour) ou du tacrolimus (0,2 mg/kg/jour retardé jusqu'au jour 5) associé à du basiliximab.[4] Tous les patients ont reçu du MMF et aucun stéroïde n'a été administré.

Dans le cadre de l'étude, les patients ayant reçu une dose plus faible de tacrolimus (0,15 - 0,175 mg/kg/jour) associé au MMF et au traitement d'induction (sans utilisation de stéroïdes) avaient un eGFR plus élevé que les patients traités avec le tacrolimus (0,2 mg/kg/jour) ou le tacrolimus (0,2 mg/kg/jour retardé jusqu'au jour 5) associé au basiliximab (76,4 contre 67,4 contre 73,3 mL/min/1,73 m[2]). Les patients ayant reçu une dose plus faible de tacrolimus ont également un taux de rejet considérablement réduit par rapport aux autres traitements ayant été administrés aux patients de l'étude (85,7 % contre 79,9 % contre 79,6 %). Les effets indésirables étaient identiques pour tous les traitements.[4]

À propos d'Astellas Pharma Europe Ltd.  

Opérant dans 40 pays à travers l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, Astellas Pharma Europe Ltd. est le pôle régional EMEA de la société Astellas Pharma Inc. basée à Tokyo. Astellas est une société pharmaceutique qui a vocation à améliorer la santé de la population à travers le monde en proposant des produits pharmaceutiques innovants et fiables. L'organisation s'attache à fournir des services performants en matière de R&D et de marketing afin de poursuivre sa croissance sur le marché pharmaceutique mondial. En Europe, Astellas possède également un site de recherche et développement et trois usines de production. L'entreprise emploie plus de 4 500 personnes dans toute la région EMEA. En 2013, Astellas a été nommée Société pharmaceutique de l'année par SCRIP en reconnaissance de son succès commercial et du développement de son portefeuille de produits.

Références

1. Cohen AJ, et al. Chronic Renal Dysfunction Late After Liver Transplantation (Dysfonctionnement rénal chronique tardif après une greffe du foie). Liver Transpl. (Greffe du foie) 2002 Vol. 8, N° 10 (octobre) : p. 916 - 921.

2. Fisher NC, et al. Chronic Renal Failure Following Liver Transplantation (Insuffisance rénale chronique après une greffe du foie). Transplantation (Greffe). 1998 ; 66:59-66.

3. Ojo AO, et al. Chronic Renal Failure after Transplantation of a Nonrenal Organ (Insuffisance rénale chronique après une greffe d'organes autres que les reins). N Engl J Med. 2003 ; 349:931-40.

4. Trunečka P et al. Renal function in de novo liver transplant recipients receiving different prolonged-release tacrolimus regimens - the DIAMOND study (La fonction rénale pour les transplantés hépatiques de novo ayant reçu des traitements au tacrolimus à libération prolongée : l'étude DIAMOND). Am J Transplant 2015 ; doi : 10.1111/ajt.13182

5. Abrams et al. Role of tacrolimus prolonged release in the prevention of allograft rejection (Le rôle du tacrolimus à libération prolongée dans la prévention des rejets d'allogreffes). Transpl Research and Risk Management (Recherche et gestion des risques en greffe), 2010 : 2 65-70.

6. Rapport européen public d'évaluation (EPAR). Advagraf. Disponible sur http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/EPAR_-_Summary_for_the_public/human/000712/WC500022235.pdf. Dernière consultation en février 2015.

 


LA

SOURCE Astellas Pharma