L'étude WIN-R démontre l'efficacité d'un traitement plus court par PEG-INTRON et REBETOL chez les patients atteints d'une hépatite C infectés par un virus de génotype 2 ou 3

28 Avril, 2006, 23:21 BST de NewYork-Presbyterian Hospital/Columbia

VIENNE, Autriche, April 28 /PRNewswire/ --

- Le traitement de 24 semaines est mieux toléré par les patients et associé à un faible risque de rechute

D'après les résultats (1) présentés ce jour à l'occasion de la 41ème conférence annuelle de l'EASL (Association européenne pour l'étude du foie), une polythérapie de 24 semaines associant PEG-INTRON(R) (peginterféron-alfa-2b) et REBETOL(R) (ribavirine USP) s'est montrée aussi efficace et mieux tolérée qu'un traitement de 48 semaines chez les patients souffrant d'une infection par le virus de l'hépatite C (VHC) de génotype 2 ou 3.

Élément important, le traitement de 24 semaines a également été associé à un faible taux de rechute - seulement 6% chez les patients infectés par un virus de génotype 2 et 10% chez les patients infectés par un virus de génotype 3, soit des résultats qui coïncident avec les taux de 5% et 12% respectivement observés chez ces deux types de patients avec le traitement de 48 semaines. La rechute se définit comme la réapparition d'une charge virale de l'hépatite C détectable 24 semaines après la fin du traitement chez des patients qui présentaient un niveau de charge virale VHC indétectable à l'issue du traitement.

Les résultats sont issus d'une sous-étude menée auprès de patients infectés par un virus de génotype 2/3, au sein d'une plus vaste étude intitulée WIN-R (Weight-Based Dosing of PEG-INTRON and REBETOL, [posologie de PEG-INTRON et REBETOL ajustée selon le poids, NDLT]), une étude clinique de cohorte qui est également la plus vaste étude clinique sur l'hépatite C jamais réalisée aux États-Unis.

<< Ces résultats sont importants parce qu'ils confirment l'efficacité d'un traitement combiné de plus courte durée par peginterféron alfa-2b et ribavirine chez les patients infectés par un virus de génotype 2 ou 3 en situation collective réelle, et viennent donc renforcer la pratique clinique actuelle >>, a déclaré Robert S. Brown Jr, M.D., M.P.H., chercheur principal de la sous-étude WIN-R menée auprès de patients infectés par un virus de génotype 2/3, professeur agrégé de médecine et de chirurgie au Columbia University College of Physicians and Surgeons, et directeur du service d'hépatologie clinique et directeur médical du Center of Liver Disease and Transplantation (Centre des maladies du foie et des transplantations) au NewYork-Presbyterian Hospital/Columbia University Medical Center.

La réduction de la durée du traitement peut bénéficier aux patients de diverses manières, notamment en réduisant les effets secondaires, ce qui peut se révéler significatif dans le cadre d'un traitement de l'hépatite C. Le risque de rechute doit toutefois être pris en considération lorsque l'on réduit la durée d'un traitement de l'hépatite C.

<< Aucun médecin n'a envie d'annoncer une information tragique à son patient en lui apprenant qu'il a rechuté alors qu'il vient de terminer un traitement anti-VHC lourd et difficile et qu'il se croit guéri. Les médecins peuvent être convaincus, au regard du faible taux de rechute observé dans le cadre de l'étude WIN-R, qu'un traitement combiné de 24 semaines par peginterféron alfa-2b et ribavirine suffit à optimiser les chances de guérison chez leurs patients infectés par un virus de génotype 2 ou 3 >>, précise Ira M. Jacobson, M.D., chercheur principal de l'étude WIN-R et co-auteur de la sous-étude menée auprès des patients infectés par un virus de génotype 2/3, professeur de médecine clinique à la Chaire Vincent Astor du Weill Medical College de l'Université Cornell, et directrice du service de gastroentérologie et d'hépatologie du NewYork-Presbyterian Hospital/Weill Cornell Medical Center de New York. Les Dr Jacobson et Brown sont également co-directeurs du réseau Liver Clinical Trials Network (LCTN, réseau d'essais cliniques sur le foie) du NewYork-Presbyterian Healthcare System.

Résultats de l'étude WIN-R chez les patients infectés par le VHC de génotype 2/3

Dans l'étude WIN-R, 4.913 patients ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir PEG-INTRON avec une posologie ajustée selon la masse corporelle (1,5 microg/kg par semaine) en association avec REBETOL administré soit à dose fixe (800 mg par jour), soit avec une posologie ajustée selon la masse corporelle (800 mg, 1.000 mg, 1.200 mg ou 1.400 mg par jour pour des masses corporelles respectivement inférieures à 65 kg, comprises entre 65 et 85 kg, comprises entre 86 et 105 kg, et comprises entre 106 et 125 kg). Les patients ont été traités pendant 48 semaines (génotype 1) ou 24 semaines (génotypes 2 et 3). Dans chaque groupe de traitement, les patients étaient répartis de manière équitable selon les sexe, âge, masse corporelle, génotype, charge virale et degré de fibrose hépatique. Un total de 1.829 patients infectés par un virus de génotype 2 ou 3 ont été inclus dans l'étude et répartis de manière aléatoire dans les groupes correspondants.

Les chercheurs ont découvert que le traitement de 24 semaines s'était montré aussi efficace et mieux toléré que le traitement de 48 semaines chez les patients infectés par un virus de génotype 2 ou 3. Dans les groupes de patients ayant reçu REBETOL avec une posologie ajustée selon la masse corporelle, le taux de réponse virologique prolongée (RVP)(2) était de 68% pour le traitement de 24 semaines contre 60% pour le traitement de 48 semaines, le plus faible pourcentage étant imputable à un nombre plus important de données de suivi manquantes. Dans le groupe de patients traités pendant 24 semaines, les patients infectés par un virus de génotype 2 présentaient un taux de RVP plus élevé et un taux de rechute inférieur par rapport aux patients infectés par un virus de génotype 3 (72% contre 60% et 6% contre 10%, respectivement). Les chercheurs en ont conclu qu'il semblait nécessaire d'administrer des doses de ribavirine plus importantes et ajustées selon la masse corporelle pour obtenir des taux de RVP similaires chez les patients infectés par un virus de génotype 3. Des analyses multifactorielles ont mis en évidence que le génotype 2, un degré de fibrose moins élevé et une durée de traitement de 24 semaines constituaient des facteurs prédictifs de réponse virologique prolongée significatifs. L'innocuité du médicament et la proportion d'interruption de traitement étaient similaires dans tous les groupes de traitement.

L'un des défauts des études de cohorte à grande échelle sur le VHC telles que l'étude WIN-R, par opposition aux études par recrutement individuel qui se caractérisent par des capacités de surveillance intensive plus importantes, réside dans la propension de nombreux patients à ne pas se présenter à la visite de suivi destinée à évaluer la charge virale (examen par PCR) 24 semaines après la fin du traitement ; cette tendance tient aux capacités limitées de nombreux sites à mettre en place une surveillance rigoureuse des patients après l'administration de la dernière dose de traitement. Dans l'étude WIN-R considérée dans son ensemble, 13,1% des patients (164 sur 1.256) du groupe traité par REBETOL avec une posologie ajustée selon le poids et 13,7% des patients (163 sur 1.193) du groupe traité par REBETOL à dose fixe ayant bien répondu au traitement à l'issue de la thérapie ont été perdus de vue, et par conséquent comptabilisés comme des échecs thérapeutiques au regard d'une analyse en intention de traitement fondée rigoureuse.

L'étude WIN-R était une étude clinique menée à l'initiative des chercheurs, soutenue par Schering-Plough Corporation et supervisée par l'Institut de recherche de Schering-Plough dans le cadre du programme de pharmacovigilance que le laboratoire s'est engagé à mettre en place envers la FDA (Food and Drug Administration, autorités américaines de réglementation pharmaceutique). PEG-INTRON et REBETOL sont des marques déposées de Schering-Plough.

À propos de l'hépatite C

L'hépatite C est l'infection transmise par le sang la plus courante en Amérique, où elle touche près de 4 millions de personnes soit environ un adulte sur 50. L'hépatite C chronique peut entraîner des cirrhoses, des insuffisances hépatiques et des cancers du foie. La proportion de patients souffrant d'une hépatite C chronique qui contractent une cirrhose a été estimée à au moins 20%, tandis qu'un plus faible pourcentage de patients chroniquement infectés développent un cancer. Les patients atteints d'une hépatite C chronique et d'une cirrhose sont 100 fois plus susceptibles d'avoir un cancer du foie que les personnes non infectées (3). L'hépatite C est à l'origine de près de la moitié de tous les cas de cancer primitif du foie survenant dans les pays développés, et les maladies hépatiques causées par le virus de l'hépatite C sont aujourd'hui la principale cause de transplantation du foie (4).

À propos du NewYork-Presbyterian Hospital

Le NewYork-Presbyterian Hospital (Hôpital presbytérien de New York) est le plus grand hôpital à but non lucratif et sans appartenance religieuse des États-Unis. Il dispense des soins en hospitalisation et en ambulatoire ainsi que des soins de médecine préventive dans tous les domaines médicaux, et ce dans cinq centres principaux : NewYork-Presbyterian Hospital/Columbia University Medical Center, NewYork-Presbyterian Hospital/Weill Cornell Medical Center, Morgan Stanley Children's Hospital of NewYork-Presbyterian, The Allen Pavilion, et la Westchester Division. Il est régulièrement en tête du classement des meilleurs hôpitaux du pays réalisé par le guide de l'US News and World Report sur << Les meilleurs hôpitaux des États-Unis >>. Le NewYork Presbyterian Healthcare System - un regroupement d'hôpitaux de soins intensifs et hôpitaux communautaires, d'infrastructures de soins à long terme, de sites de traitement en ambulatoire et d'instituts spécialisés - est une institution qui dessert un patient sur quatre dans la zone métropolitaine de New York. http://www.nyp.org/

À propos du Columbia University Medical Center

Le Columbia University Medical Center (Centre médical de l'Université de Columbia) occupe une position de premier plan à l'échelle internationale dans les domaines de la recherche pré-clinique et clinique, de l'éducation médicale et des sciences de la santé, et des soins aux patients. Le Centre médical forme les meilleurs professionnels de la santé de demain et se compose d'une équipe dévouée de médecins, scientifiques, infirmières, dentistes et professionnels de la santé publique oeuvrant dans les centres suivants : College of Physicians & Surgeons, School of Dental & Oral Surgery, School of Nursing, Mailman School of Public Health, ainsi que dans les départements biomédicaux de la Graduate School of Arts and Sciences, et dans des centres et institutions de recherche auxiliaires. http://www.cumc.columbia.edu/newsroom

    
    Références

    1. Brown Jr. RS, Jacobson IM, Afdahl N, Freilich B, Pauly MP, 
       Regenstein F, Flamm S, Kwo P, Griffel LH, Brass CA, the WIN-R 
       Study Group. Differences in treatment outcome to antiviral 
       therapy based on genotype and viral load in hepatitis C 
       genotypes 2 and 3 in the WIN-R trial. Oral presentation 41 at: 
       41st Annual Meeting of the European Association for the Study 
       of the Liver, Vienna, Austria, April 26-30, 2006.

    2. SVR is defined as undetectable virus (HCV RNA) levels 24 weeks 
       after the end of treatment.

    3. Ince N, Wands JR. The increasing incidence of hepatocellular 
       carcinoma. N Engl J Med 1999 March 11;340:10.

    4. Centers for Disease Control and Prevention. Recommendations 
       for prevention and treatment of hepatitis C virus (HCV) and 
       HCV-related chronic disease. MMWR Weekly Report 1998 Oct. 
       16;1.

    Contacts :
    Andrea Ziltzer
    Biosector 2
    +1-212-229-8433
    aziltzer@biosector2.com

    Tracy Hickenbottom
    NewYork-Presbyterian Hospital/Columbia
    +1-212-305-5587
    trh9001@nyp.org

    Craig Lemoult
    Columbia University Medical Center
    +1-212-305-0820
    cel2113@columbia.edu

    Sites Web : http://www.nyp.org
                http://www.cumc.columbia.edu/newsroom

LA

SOURCE NewYork-Presbyterian Hospital/Columbia