L'Europe doit prendre position contre l'occupation arménienne du Haut-Karabakh, selon le président de l'Azerbaïdjan Aliyev

26 Juin, 2014, 07:19 BST de Azerbaijan Monitor

STRASBOURG, France, June 26, 2014 /PRNewswire/ --

Ce mardi, dans son allocution devant l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), le président de l'Azerbaïdjan Ilham Aliyev a demandé à la communauté internationale d'honorer ses nombreuses résolutions et tenir l'Arménie pour responsable de son invasion et occupation illégales du Haut-Karabakh et des provinces azerbaïdjanaises environnantes.

En soulignant que l'Azerbaïdjan a été victime d'invasion, de purification ethnique et d'occupation sur son territoire, le président Aliyev a attiré l'attention du monde entier sur un conflit qui « met en danger l'ensemble de la région ».

La région du Haut-Karabakh et les sept provinces azerbaïdjanaises environnantes sont sous occupation arménienne depuis plus de deux décennies, malgré les résolutions de l'Organisation des Nations Unies, du Parlement européen, du Conseil de l'Europe et d'autres organismes réclamant le retrait des forces arméniennes. Plus d'un million d'Azerbaïdjanais sont actuellement déplacés à l'intérieur, notamment 250 000 expulsées d'Arménie, et plus de 700 000 expulsés du Haut-Karabakh et des autres provinces azerbaïdjanaises occupées.

Dans ce sens, le président Aliyev a souligné le manque de mécanisme d'application des résolutions et des déclarations d'importants organismes internationaux, qui comptent exclusivement sur les actions volontaires des États membres pour valider leurs décisions. En l'absence de ce mécanisme, les « résolutions perdent en substance », a-t-il souligné.

Aliyev a souligné ce qu'il appelle le « système injuste » appliqué lorsque d'autres pays sont envahis et leurs territoires sont illégalement saisis. « Certaines résolutions de l'Organisation des Nations Unies sont appliquées dans quelques heures, mais dans notre cas, cela fait 20 ans que nous attendons », a-t-il précisé. Tout en soulignant la détermination de l'Azerbaïdjan à continuer les négociations pacifiques, il a également noté que le soi-disant conflit gelé ne saurait le rester à jamais.

Aliyev était présent à Strasbourg pour marquer l'accession de l'Azerbaïdjan à la présidence du Comité des ministres du Conseil de l'Europe. Dans son discours, il a également souligné que l'Azerbaijan profitera de sa présidence pour intensifier la lutte contre la corruption, qu'il qualifie de « maladie » et « mal » susceptible d'entraver la croissance et le développement de la société. Cela est d'autant plus important dans l'ancienne Union soviétique, a précisé le président Aliyev. « L'héritage de la corruption a sérieusement affecté nos pays », a-t-il noté.

En même temps, l'Azerbaïdjan a présenté une motion au sein de l'APCE, déposée par le député azerbaïdjanais et délégué à l'APCE, Elkhan Suleymanov, pour accompagner les efforts récents contre l'annexion illégale de la Crimée par la Russie. Si elle venait à être adoptée, des mesures politiques seraient prises contre l'Arménie pour son occupation du territoire de l'Azerbaïdjan. En mai, la Fédération de Russie a perdu ses droits de vote au Conseil de l'Europe comme sanction pour son intervention en Crimée.

LA

SOURCE Azerbaijan Monitor