L'Europe et le choc des titans du gaz naturel

27 Juin, 2016, 07:00 BST de European Autumn Gas Conference, EAGC

LONDRES, June 27, 2016 /PRNewswire/ --

La Russie tient à conserver sa position dominante sur le marché du gaz européen. La semaine dernière, David Campbell, président de BP Russie, et Igor Sechin, directeur général de Rosneft, ont conclu des accords définitifs contraignants en vue de mener des travaux de prospection conjoints en Sibérie Occidentale et Orientale. Lors de cette même conférence à Saint-Pétersbourg, le bruit a couru que le président russe Vladimir Poutine en personne allait tenter de persuader le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker de la viabilité du projet Nord Stream 2. Ce projet de gazoduc, emmené par des poids lourds européens comme Gazprom, les allemands Uniper et BASF, Engie, Shell et OMV, fait l'objet d'une grande résistance de la part de nombreux pays européens qui ont signé une lettre ouverte en début d'année dans laquelle ils s'insurgent contre la prédominance énergétique de la Russie dans la région.

Avant la tenue de ces réunions de haut niveau à Saint-Pétersbourg, des dirigeants parmi lesquels le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le vice-président de la Commission européenne Maroš Šefčovič, ont donné, le mois dernier, le coup d'envoi de la construction du gazoduc transadriatique (TAP) rival à Thessalonique, en Grèce. M. Šefčovič a présenté le TAP comme une « vraie source de diversification » de l'approvisionnement en énergie dans la mesure où il acheminera du gaz naturel provenant de nouvelles régions via le couloir gazier méridional dans le cadre du train de mesures adopté par la CE pour garantir sa sécurité énergétique.

Les stratégies antagonistes qui en résultent et la vitalité des nouveaux projets propulsent l'ensemble du continent européen au rang de marché gazier comptant actuellement parmi les plus dynamiques au monde. La Conférence européenne d'automne sur le gaz (European Autumn Gas Conference), le plus ancien des évènements gaziers phares d'Europe, analysera, évaluera et débattra des ramifications de la dynamique de ce marché dans l'historique World Forum de La Haye aux Pays-Bas. Du 14 au 16 novembre, des problèmes cruciaux inscrits à l'ordre du jour de la Principales conférence et de la Journée dédiée aux négociants seront débattus lors de l'EAGC qui remettra également en perspective certaines idées à propos du commerce du gaz naturel, de la sécurité de l'approvisionnement, et exigera un soutien et le développement de nouveaux marchés dans le sillage de la COP-21.

Des intervenants de premier plan exposeront leur vision du secteur gazier européen, pour ne citer que Marjan van Loon, président-directeur général de Shell Pays-Bas, Keith Martin, directeur commercial d'Uniper SE, Didier Holleaux, vice-président exécutif du groupe ENGIE, Laurent Vivier, président de la division Gaz de Total, Catherine MacGregor, présidente du pôle Europe & Afrique de Schlumberger, Philippe Vedrenne, directeur général d'ENGIE Global Markets, Alex Barnes, responsable des affaires réglementaires de Gazprom Marketing & Trading, et Gertjan Lankhorst, directeur général de GasTerra. En réunissant l'ensemble des acteurs clés du secteur, au nombre desquels des fournisseurs de gaz, OST, organismes de réglementation, décideurs, dirigeants commerciaux et consultants opérant dans le secteur, l'EAGC 2016 constituera un tremplin sans équivalent en vue de l'élaboration d'un plan d'action stratégique qui permettra à l'Europe tout entière de s'assurer un avenir diversifié et sûr dans le domaine du gaz naturel. Des mises à jour exhaustives sont disponibles à l'adresse : http://www.theeagc.com

LA

SOURCE European Autumn Gas Conference, EAGC