Lors d'un symposium organisé dans le cadre de l'ICN 2013, l'Institut européen de l'Hydratation a mis en évidence la relation entre hydratation, santé et performances

26 Septembre, 2013, 13:03 BST de European Hydration Institute (EHI)

MADRID, September 26, 2013 /PRNewswire/ --

L'hydratation était l'un des thèmes abordés lors du 20ème  Congrès international de Nutrition (ICN 2013) de l'Union internationale des Sciences de la nutrition (IUNS - International Union of Nutritional Sciences), événement phare de la discipline à l'échelle mondiale

Les nouvelles observations et recherches présentées à Grenade révèlent que  :

  • La plupart des études sous-estiment la consommation d'eau dans le cadre du régime alimentaire. Or, il est nécessaire de procéder à un questionnaire d'évaluation normalisé tenant compte de la quantité d'eau absorbée via la totalité des aliments et des boissons ingérés.
  • Il est souvent difficile d'évaluer le niveau de déshydratation, en particulier chez les personnes âgées. Il est donc nécessaire d'instaurer une méthode simple permettant d'établir avec certitude si une personne est déshydratée ou non.
  • Une bonne hydratation semble faciliter l'exercice physique, tandis que la perte d'eau corporelle contribuerait à renforcer la sensation d'effort lors de la pratique sportive.
  • Les consignes officielles recommandant de boire à volonté lors de l'exercice physique ou d'éviter de perdre plus de 2 % de la masse corporelle en eau peuvent sembler contradictoires. Une analyse plus approfondie laisse entendre que ces deux principes sont complémentaires.

Le symposium « Hydratation et santé », organisé par l'Institut européen de l'Hydratation (EHI) et présidé par le Dr Jane Holdsworth, directrice de l'EHI et le professeur Gregorio Varela-Moreiras du département Nutrition et Bromatologie de l'université San Pablo-CEU (Madrid) a fourni de nouveaux éclairages dans le domaine de l'hydratation, plus particulièrement en ce qui concerne les effets d'une mauvaise hydratation sur la santé et les performances.

Ce symposium visait à traiter les nombreux aspects de la mauvaise hydratation, en soulignant tout d'abord l'importance d'une prise en compte précise du volume de liquide absorbé afin de connaître précisément les niveaux d'apports hydriques dans les pays européens pour ensuite se concentrer sur les effets néfastes d'une mauvaise hydratation sur la santé et les performances, en s'appuyant sur les exemples des personnes âgées, des personnes actives physiquement et des sportifs amateurs. Pour débattre de ces sujets, l'EHI avait invité quatre éminents professeurs d'université : le Professeur Lluis Serra-Majem, de l'université de Las Palmas de Gran Canaria (Espagne) ; le Dr Lee Hooper, de l'université d'East Anglia (Royaume-Uni) ; le Professeur Ronald J. Maughan, de l'université de Loughborough (Royaume-Uni) ; et le Dr Jason Kai Wei Lee, du DSO National Laboratories (Centre national de R&D dans le domaine de la Défense, Singapour).

Alors qu'il évoquait les méthodes de comptabilisation des apports hydriques et les conséquences d'une consommation d'eau insuffisante pour la santé, le Prof. Serra-Majem a expliqué que bien que nos apports en eau proviennent de sources diverses, représentées par l'eau et les boissons à hauteur de 80 % environ et par l'alimentation à 20 %, il n'existe pas à l'heure actuelle de questionnaire normalisé permettant de rendre compte et d'évaluer correctement la consommation d'eau provenant de sources variées au sein de la population en général. L'eau étant essentielle à la vie, le Professeur Serra-Majem recommande qu'elle soit prise en compte dans chaque évaluation nutritionnelle ; cependant, la plupart des études sous-estiment la consommation d'eau dans le cadre du régime alimentaire, cette dernière ne représentant aucun apport en calories ou en nutriments, contrairement à l'alcool, dont la consommation est presque toujours prise en compte. Le Professeur Serra-Majem a réclamé de nouvelles études à l'aide d'un questionnaire unique, afin d'établir plus clairement le volume des apports hydriques à l'échelle européenne. Les résultats d'ensemble serviront à établir des recommandations fiables, une hydratation insuffisante pouvant avoir des répercussions sur notre santé physique et mentale susceptibles de provoquer des problèmes de santé tels que des infections urinaires, une constipation, des troubles rénaux et une altération des fonctions cognitives.

Alors qu'il fournissait davantage de précisions sur les conséquences d'une mauvaise hydratation, le Dr Lee Hooper, maître de conférences en synthèse de recherche et nutrition à l'université d'East Anglia (Royaume-Uni), a évoqué l'importance de l'hydratation et les répercussions d'une mauvaise hydratation pour la santé des personnes âgées, problématique d'un grand intérêt socio-économique à l'heure où la charge émotionnelle et financière que représente la prise en charge des pathologies évitables chez les populations âgées progresse. Le Dr Hooper, qui mène actuellement des recherches afin d'identifier les phases précoces de la déshydratation chez les personnes d'un âge avancé (étude sur la reconnaissance de la déshydratation chez les personnes âgées [DRIE ‒ Dehydration Recognition In our Elders], http://driestudy.appspot.com/), a mis en évidence les raisons pour lesquelles nos aînés risquent davantage de se déshydrater. Ces dernières incluent notamment une diminution de la sensation de soif et une baisse de la fonction rénale avec l'âge. L'intervenant a également parlé des manifestations corporelles de la perte d'eau et leur lien possible avec des signes de déshydratation chez les personnes âgées, tout en soulignant la difficulté d'établir avec certitude si une personne est déshydratée sans procéder à un test simple et non invasif (test de référence relatif à la déshydratation).

La dernière thématique abordée lors du symposium concernait l'hydratation dans le cadre de l'activité et de l'exercice physique. Deux experts du domaine on traité ce sujet sous deux angles différents. Dans sa présentation intitulée « Effets de l'hydratation sur l'activité physique et les performances sportives et perception de l'effort », l'expert de renommée mondiale Ronald J. Maughan, Professeur de nutrition sportive à l'université de Loughborough (Royaume-Uni), a donné des informations selon lesquelles une perte d'environ 2 % de la masse corporelle due à la transpiration détériorerait l'endurance physique de manière significative. Chez les sportifs amateurs, l'analyse des données disponibles semble indiquer que le fait d'entreprendre une activité physique en étant mal hydraté accroît la sensation d'effort au cours de l'exercice. Cette information peut être importante à l'heure où il est nécessaire de promouvoir la pratique d'une activité physique au vu des pourcentages alarmants de personnes obèses ou en surpoids en Europe.

Le Dr Jason Kai Wei Lee, de l'Institut de Recherche médicale et environnementale dans le domaine de la Défense (Defence Medical & Environmental Research Institute - DSO National Laboratories, Singapour), a présenté ses recherches sur Les recommandations à destination des sportifs amateurs dans différents environnements. Selon lui, une multitude d'études expérimentales suivant un protocole de déshydratation avant l'exercice physique viennent étayer les conclusions selon lesquelles la déshydratation accroît l'hyperthermie et les troubles cardiovasculaires. Dans le même temps, cependant, une surhydratation peut également avoir des conséquences néfastes, d'où la nécessité d'établir des recommandations individualisées au niveau des apports hydriques.

Le Dr Lee a corroboré les propos du Prof. Serra-Majem et des autres intervenants en affirmant que la science démontre les conséquences d'une mauvaise hydratation sur la santé et le bien-être. Par ailleurs, puisque le fait d'encourager une consommation d'eau adéquate est incontestablement bénéfique, davantage de recherches sont nécessaires afin de formuler des recommandations précises à l'échelle européenne.

L'Institut européen de l'Hydratation souligne l'importance et les nombreux bénéfices sur la santé d'une hydratation appropriée et fournit à la population des informations sur son site Internet (http://www.europeanhydrationinstitute.org/fr/) afin que cette dernière puisse adopter un meilleur comportement dans différentes situations.

À propos de l'Institut européen de l'Hydratation

L'Institut européen de l'hydratation (EHI) a été fondé dans le but de faire progresser et de diffuser les connaissances et la compréhension relatives à l'ensemble des thématiques liées à l'hydratation humaine et aux effets de l'hydratation sur la santé, le bien-être et les performances physiques et intellectuelles. L'EHI a vu le jour en réponse au besoin exprimé par un certain nombre de scientifiques, de nutritionnistes, de diététiciens et de professionnels de santé, créant ainsi un guichet unique dans le domaine de l'hydratation dans le cadre duquel l'ensemble du savoir relatif à l'hydratation pourrait être rassemblé ; des stratégies permettant de faire progresser les connaissances dans le domaine de l'hydratation pourraient être définies ; des mesures de soutien pourraient être prises afin de s'assurer que les Européens s'hydratent correctement.

LA

SOURCE European Hydration Institute (EHI)