NOUVELLE ETUDE SUR LE TRAITEMENT DE LA STERILITE

30 Juin, 2000, 09:42 BST de Ferring Pharmaceutical

<div> <P> Copenhague, Danemark - Les produits traditionnels sont sup&amp;#233;rieurs aux monoth&amp;#233;rapies par des hormones synth&amp;#233;tiques utilis&amp;#233;es ces derni&amp;#232;res ann&amp;#233;es pour le traitement de l'infertilit&amp;#233; chez la femme, comme le montre une nouvelle &amp;#233;tude scientifique. </P> <P> Cette nouvelle &amp;#233;tude r&amp;#233;v&amp;#232;le que le succ&amp;#232;s des m&amp;#233;thodes utilis&amp;#233;es au cours des derni&amp;#232;res ann&amp;#233;es pour traiter l'infertilit&amp;#233; chez les femmes est inf&amp;#233;rieur &amp;#224; celui enregistr&amp;#233; avec les m&amp;#233;thodes traditionnelles. Les r&amp;#233;sultats de l'&amp;#233;tude ont &amp;#233;t&amp;#233; pr&amp;#233;sent&amp;#233;s cette semaine lors d'un congr&amp;#232;s international &amp;#224; Bologne, Italie. </P> <P> Ces conclusions &amp;#233;taient bas&amp;#233;es sur une &amp;#233;tude danoise de grande envergure, prospective et randomis&amp;#233;e incluant 379 femmes. Le collectif a &amp;#233;t&amp;#233; divis&amp;#233; en deux groupes, l'un trait&amp;#233; par le produit traditionnel Menogon, l'autre par le produit synth&amp;#233;tique Gonal F&amp;reg;. Les r&amp;#233;sultats (voir la feuille de donn&amp;#233;es factuelles ci-jointe) ont montr&amp;#233; que 28% des femmes trait&amp;#233;es par le produit synth&amp;#233;tique sont devenues enceintes, ce pourcentage s'&amp;#233;levant &amp;#224; 44% pour le groupe trait&amp;#233; avec le produit naturel. </P> <P> Menogon&amp;reg; et des produits similaires utilis&amp;#233;s de longue date sont obtenus par extraction &amp;#224; partir de l'urine de femmes post-m&amp;#233;nopaus&amp;#233;es et contiennent les hormones FSH (folliculostimuline), LH (hormone lut&amp;#233;inisante) et HCG (gonadotrophine chorionique) Les autres produits sur le march&amp;#233; ne contiennent que l'hormone FSH. </P> <P> D'apr&amp;#232;s le Dr med. Lars Westergaard, Ph.D., Clinique de fertilit&amp;#233; de l'H&amp;#244;pital universitaire d'Odense, qui a conduit cette &amp;#233;tude, c'est pr&amp;#233;cis&amp;#233;ment la pr&amp;#233;sence d'une activit&amp;#233; LH en quantit&amp;#233;s naturelles qui fait la diff&amp;#233;rence. </P> <P> &amp;quot;Les femmes qui pr&amp;#233;sentaient les plus faibles concentrations sanguines de LH et de HCG &amp;#233;taient aussi celles qui avaient le moins de chances de devenir enceintes,&amp;quot; comme l'explique Lars Westergaard. </P> <P> &amp;quot;En cons&amp;#233;quence, nous sommes revenus aujourd'hui au traitement traditionnel bas&amp;#233; sur l'administration de quantit&amp;#233;s naturelles de ces deux hormones. Vu nos r&amp;#233;sultats, nous consid&amp;#233;rons que ce serait une erreur d'agir diff&amp;#233;remment,&amp;quot; insiste-t-il. </P> <P> Les r&amp;#233;sultats de l'&amp;#233;tude de Lars Westergaard ont &amp;#233;t&amp;#233; pr&amp;#233;sent&amp;#233;s cette semaine lors d'un congr&amp;#232;s m&amp;#233;dical international &amp;#224; Bologne, Italie. </P> <P> FEUILLE DE DONNEES FACTUELLES </P> <UL> <LI>A propos du traitement de l'infertilit&amp;#233; </LI></LI></UL> <P> Selon une d&amp;#233;finition commun&amp;#233;ment accept&amp;#233;e, l'infertilit&amp;#233; est &amp;quot;l'inaptitude &amp;#224; achever la conception apr&amp;#232;s des rapports sexuels r&amp;#233;guliers sans protection&amp;quot;. Le temps qui doit s'&amp;#233;couler avant qu'un couple soit admis comme &amp;#233;tant infertile varie d'une autorit&amp;#233; &amp;#224; l'autre - l'Organisation Mondiale de la Sant&amp;#233; (OMS) recommande un d&amp;#233;lai de 2 ans, tandis que de nombreuses publications dans ce domaine fixent cette limite &amp;#224; 1 an. </P> <P> L'OMS consid&amp;#232;re qu'il y a dans le monde entre 60 et 80 millions de couples infertiles. De nos jours, l'infertilit&amp;#233; de la femme est trait&amp;#233;e principalement par stimulation ovarienne par des produits contenant l'hormone FSH (folliculostimuline), alors qu'il y a quelques ann&amp;#233;es seulement, le traitement consistait dans la plupart des cas &amp;#224; associer la FSH et la LH (hormone lut&amp;#233;inisante). </P> <P> Le Dr med. Lars G. Westergaard, Clinique de fertilit&amp;#233;, D&amp;#233;pt. d'obst&amp;#233;trique et de gyn&amp;#233;cologie, H&amp;#244;pital universitaire d'Odense, Danemark, a r&amp;#233;cemment publi&amp;#233; une &amp;#233;tude dans la revue scientifique &amp;quot;Human Reproduction&amp;quot;, &amp;#233;dit&amp;#233;e par la European Society of Human Reproduction and Embryology. </P> <P> L'&amp;#233;tude a examin&amp;#233; l'impact de la suppression des taux d'hormone LH (hormone lut&amp;#233;inisante) chez les femmes trait&amp;#233;es par la FSH (folliculostimuline) seule. Elle a abouti &amp;#224; la conclusion qu'une proportion substantielle de femmes recevant un traitement sans LH ont une probabilit&amp;#233; r&amp;#233;duite de mener une grossesse &amp;#224; terme, principalement en raison du risque accru de fausse couche en d&amp;#233;but de grossesse. </P> <P> Pour &amp;#233;tayer davantage cette affirmation, le Dr Lars Westergaard a present&amp;#233; une &amp;#233;tude lors du congr&amp;#232;s de la European Society of Human Reproduction (ESHRE) &amp;#224; Bologne. Cette &amp;#233;tude comparait les r&amp;#233;sultats du traitement contre l'infertilit&amp;#233; chez 379 femmes trait&amp;#233;es soit par la FSH seule (Gonal F&amp;reg; de Serono), soit par des quantit&amp;#233;s &amp;#233;gales de FSH et de LH (Menogon&amp;reg; de Ferring). </P> <P> Les r&amp;#233;sultats montrent une diff&amp;#233;rence entre les deux groupes au niveau de la fr&amp;#233;quence des grossesses: 44% des patientes trait&amp;#233;es avec Menogon ont men&amp;#233; leur grossesse &amp;#224; terme, contre 28 % des patientes trait&amp;#233;es par Gonal F. </P> <P> La FSH et la LH stimulent la maturation du follicule et de l'ovocyte dans l'ovaire. La FSH affecte directement les cellules de granulosa o&amp;#249; les oestrog&amp;#232;nes sont produits. La LH agit sur les cellules de la th&amp;#232;que mais, dans une certaine mesure, &amp;#233;galement sur celles de la granulosa, activant ainsi la production d'oestrog&amp;#232;nes. Les oestrog&amp;#232;nes sont un facteur crucial pour la bonne conduite &amp;#224; terme de la grossesse. </P> <P> Les r&amp;#233;sultats de Lars Westergaard montrent que la double stimulation par la FSH et la LH augmente significativement la probabilit&amp;#233; de grossesse par rapport au traitement par la FSH seule. </P> </div> <div> <P> Copenhague, Danemark - Les produits traditionnels sont sup&amp;#233;rieurs aux monoth&amp;#233;rapies par des hormones synth&amp;#233;tiques utilis&amp;#233;es ces derni&amp;#232;res ann&amp;#233;es pour le traitement de l'infertilit&amp;#233; chez la femme, comme le montre une nouvelle &amp;#233;tude scientifique. </P> <P> Cette nouvelle &amp;#233;tude r&amp;#233;v&amp;#232;le que le succ&amp;#232;s des m&amp;#233;thodes utilis&amp;#233;es au cours des derni&amp;#232;res ann&amp;#233;es pour traiter l'infertilit&amp;#233; chez les femmes est inf&amp;#233;rieur &amp;#224; celui enregistr&amp;#233; avec les m&amp;#233;thodes traditionnelles. Les r&amp;#233;sultats de l'&amp;#233;tude ont &amp;#233;t&amp;#233; pr&amp;#233;sent&amp;#233;s cette semaine lors d'un congr&amp;#232;s international &amp;#224; Bologne, Italie. </P> <P> Ces conclusions &amp;#233;taient bas&amp;#233;es sur une &amp;#233;tude danoise de grande envergure, prospective et randomis&amp;#233;e incluant 379 femmes. Le collectif a &amp;#233;t&amp;#233; divis&amp;#233; en deux groupes, l'un trait&amp;#233; par le produit traditionnel Menogon, l'autre par le produit synth&amp;#233;tique Gonal F&amp;reg;. Les r&amp;#233;sultats (voir la feuille de donn&amp;#233;es factuelles ci-jointe) ont montr&amp;#233; que 28% des femmes trait&amp;#233;es par le produit synth&amp;#233;tique sont devenues enceintes, ce pourcentage s'&amp;#233;levant &amp;#224; 44% pour le groupe trait&amp;#233; avec le produit naturel. </P> <P> Menogon&amp;reg; et des produits similaires utilis&amp;#233;s de longue date sont obtenus par extraction &amp;#224; partir de l'urine de femmes post-m&amp;#233;nopaus&amp;#233;es et contiennent les hormones FSH (folliculostimuline), LH (hormone lut&amp;#233;inisante) et HCG (gonadotrophine chorionique) Les autres produits sur le march&amp;#233; ne contiennent que l'hormone FSH. </P> <P> D'apr&amp;#232;s le Dr med. Lars Westergaard, Ph.D., Clinique de fertilit&amp;#233; de l'H&amp;#244;pital universitaire d'Odense, qui a conduit cette &amp;#233;tude, c'est pr&amp;#233;cis&amp;#233;ment la pr&amp;#233;sence d'une activit&amp;#233; LH en quantit&amp;#233;s naturelles qui fait la diff&amp;#233;rence. </P> <P> &amp;quot;Les femmes qui pr&amp;#233;sentaient les plus faibles concentrations sanguines de LH et de HCG &amp;#233;taient aussi celles qui avaient le moins de chances de devenir enceintes,&amp;quot; comme l'explique Lars Westergaard. </P> <P> &amp;quot;En cons&amp;#233;quence, nous sommes revenus aujourd'hui au traitement traditionnel bas&amp;#233; sur l'administration de quantit&amp;#233;s naturelles de ces deux hormones. Vu nos r&amp;#233;sultats, nous consid&amp;#233;rons que ce serait une erreur d'agir diff&amp;#233;remment,&amp;quot; insiste-t-il. </P> <P> Les r&amp;#233;sultats de l'&amp;#233;tude de Lars Westergaard ont &amp;#233;t&amp;#233; pr&amp;#233;sent&amp;#233;s cette semaine lors d'un congr&amp;#232;s m&amp;#233;dical international &amp;#224; Bologne, Italie. </P> <P> FEUILLE DE DONNEES FACTUELLES </P> <UL> <LI>A propos du traitement de l'infertilit&amp;#233; </LI></LI></UL> <P> Selon une d&amp;#233;finition commun&amp;#233;ment accept&amp;#233;e, l'infertilit&amp;#233; est &amp;quot;l'inaptitude &amp;#224; achever la conception apr&amp;#232;s des rapports sexuels r&amp;#233;guliers sans protection&amp;quot;. Le temps qui doit s'&amp;#233;couler avant qu'un couple soit admis comme &amp;#233;tant infertile varie d'une autorit&amp;#233; &amp;#224; l'autre - l'Organisation Mondiale de la Sant&amp;#233; (OMS) recommande un d&amp;#233;lai de 2 ans, tandis que de nombreuses publications dans ce domaine fixent cette limite &amp;#224; 1 an. </P> <P> L'OMS consid&amp;#232;re qu'il y a dans le monde entre 60 et 80 millions de couples infertiles. De nos jours, l'infertilit&amp;#233; de la femme est trait&amp;#233;e principalement par stimulation ovarienne par des produits contenant l'hormone FSH (folliculostimuline), alors qu'il y a quelques ann&amp;#233;es seulement, le traitement consistait dans la plupart des cas &amp;#224; associer la FSH et la LH (hormone lut&amp;#233;inisante). </P> <P> Le Dr med. Lars G. Westergaard, Clinique de fertilit&amp;#233;, D&amp;#233;pt. d'obst&amp;#233;trique et de gyn&amp;#233;cologie, H&amp;#244;pital universitaire d'Odense, Danemark, a r&amp;#233;cemment publi&amp;#233; une &amp;#233;tude dans la revue scientifique &amp;quot;Human Reproduction&amp;quot;, &amp;#233;dit&amp;#233;e par la European Society of Human Reproduction and Embryology. </P> <P> L'&amp;#233;tude a examin&amp;#233; l'impact de la suppression des taux d'hormone LH (hormone lut&amp;#233;inisante) chez les femmes trait&amp;#233;es par la FSH (folliculostimuline) seule. Elle a abouti &amp;#224; la conclusion qu'une proportion substantielle de femmes recevant un traitement sans LH ont une probabilit&amp;#233; r&amp;#233;duite de mener une grossesse &amp;#224; terme, principalement en raison du risque accru de fausse couche en d&amp;#233;but de grossesse. </P> <P> Pour &amp;#233;tayer davantage cette affirmation, le Dr Lars Westergaard a present&amp;#233; une &amp;#233;tude lors du congr&amp;#232;s de la European Society of Human Reproduction (ESHRE) &amp;#224; Bologne. Cette &amp;#233;tude comparait les r&amp;#233;sultats du traitement contre l'infertilit&amp;#233; chez 379 femmes trait&amp;#233;es soit par la FSH seule (Gonal F&amp;reg; de Serono), soit par des quantit&amp;#233;s &amp;#233;gales de FSH et de LH (Menogon&amp;reg; de Ferring). </P> <P> Les r&amp;#233;sultats montrent une diff&amp;#233;rence entre les deux groupes au niveau de la fr&amp;#233;quence des grossesses: 44% des patientes trait&amp;#233;es avec Menogon ont men&amp;#233; leur grossesse &amp;#224; terme, contre 28 % des patientes trait&amp;#233;es par Gonal F. </P> <P> La FSH et la LH stimulent la maturation du follicule et de l'ovocyte dans l'ovaire. La FSH affecte directement les cellules de granulosa o&amp;#249; les oestrog&amp;#232;nes sont produits. La LH agit sur les cellules de la th&amp;#232;que mais, dans une certaine mesure, &amp;#233;galement sur celles de la granulosa, activant ainsi la production d'oestrog&amp;#232;nes. Les oestrog&amp;#232;nes sont un facteur crucial pour la bonne conduite &amp;#224; terme de la grossesse. </P> <P> Les r&amp;#233;sultats de Lars Westergaard montrent que la double stimulation par la FSH et la LH augmente significativement la probabilit&amp;#233; de grossesse par rapport au traitement par la FSH seule. </P> </div>