ONZE JOURS AVANT LA TENUE DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES EN RUSSIE, RIEN NE PERMET ENCORE D'EN PRÉVOIR LE RÉSULTAT

16 Mars, 2000, 23:38 GMT de Center for Regional Applied Research

<div> <UL> <LI>Analyse de la situation avant les &amp;#233;lections du 26 mars </LI></LI></UL> <P> Moscou - Le communiqu&amp;#233; suivant a &amp;#233;t&amp;#233; &amp;#233;mis aujourd'hui par le Center of Regional and Applied Research : </P> <P> Le Center of Regional and Applied Research continue de publier des &amp;#233;tudes analytiques de la situation qui pr&amp;#233;vaut en Russie avant les &amp;#233;lections. Ces &amp;#233;tudes sont fond&amp;#233;es sur des analyses publi&amp;#233;es dans la presse russe et sur des sondages sp&amp;#233;cialis&amp;#233;s effectu&amp;#233;s en Russie entre le 24 f&amp;#233;vrier et le 10 mars. </P> <P> Du point de vue des m&amp;#233;dias de masse russes, cette campagne pr&amp;#233;sidentielle n'est pas tr&amp;#232;s excitante et elle n'a pas l'intensit&amp;#233; des premi&amp;#232;res &amp;#233;lections pr&amp;#233;sidentielles russes de 1996. </P> <P> L'explication en est simple : la presse nationale et r&amp;#233;gionale russe et les m&amp;#233;dias occidentaux n'ont pratiquement aucun doute quant au succ&amp;#232;s d'un seul candidat - le pr&amp;#233;sident par int&amp;#233;rim, Vladimir Poutine. L'adoption de d&amp;#233;cisions politiques, pour la Soci&amp;#233;t&amp;#233;, repose en grande partie sur l'&amp;#233;valuation que font les m&amp;#233;dias des diff&amp;#233;rentes personnalit&amp;#233;s politiques. Ces m&amp;#233;dias, presque toujours, propulsent &amp;#224; l'avant-sc&amp;#232;ne de la politique nationale des personnalit&amp;#233;s qui jusqu'alors &amp;#233;taient consid&amp;#233;r&amp;#233;es comme ayant peu d'influence sur la sc&amp;#232;ne politique. Le ph&amp;#233;nom&amp;#232;ne Zhirinovsky et Lebed en 1993 et 1996, en est un exemple frappant, tout comme le succ&amp;#232;s de Unity lors des &amp;#233;lections parlementaires de d&amp;#233;cembre 1999. </P> <P> Pour ce qui est de la situation qui pr&amp;#233;vaut actuellement en Russie, les m&amp;#233;dias accordent pratiquement toute leur attention au soi-disant favori dans la course &amp;#224; la pr&amp;#233;sidence - Vladimir Poutine. A la t&amp;#233;l&amp;#233;vision, M. Poutine dispose en moyenne de 5,5 heures d'antenne par jour, alors que M. Eltsine, pendant sa campagne, n'avait droit qu'&amp;#224; une heure et demie. Dans de telles circonstances, les autres candidats semblent ignor&amp;#233;s des m&amp;#233;dias. </P> <P> La couverture m&amp;#233;diatique intensive accord&amp;#233;e &amp;#224; la campagne de M. Poutine est avant tout une affaire de relations publiques : visite d'un orphelinat, d'un h&amp;#244;pital, etc. M. Poutine n'a fait aucune d&amp;#233;claration politique &amp;#224; l'exception de celle concernant l'OTAN. Il n'a d'ailleurs m&amp;#234;me pas de programme &amp;#233;conomique. Toutefois, les observateurs pr&amp;#233;cisent qu'il n'en a pas vraiment besoin, sa popularit&amp;#233; d&amp;#233;coulant du fait qu'il exerce d&amp;#233;j&amp;#224; des pouvoirs pr&amp;#233;sidentiels, par exemple, en faisant en sorte que les salaires soient vers&amp;#233;s et que les arri&amp;#233;r&amp;#233;s de retraite soient pay&amp;#233;s. </P> <P> M. Poutine pr&amp;#233;tend qu'il a d&amp;#233;cid&amp;#233; de r&amp;#233;duire l'aspect m&amp;#233;diatique de sa campagne afin, soi-disant, de donner des chances &amp;#233;gales &amp;#224; ses rivaux. Toutefois, de nombreux analystes politiques du camp d&amp;#233;mocratique, et en particulier de la droite, mettent en doute cette version des faits et disent que M. Poutine a tout simplement peur des d&amp;#233;bats t&amp;#233;l&amp;#233;vis&amp;#233;s avec des candidats tels que Gennady Zyuaganov, Konstantin Titov et Grigory Yavlinsky qui sont des politiciens chevronn&amp;#233;s. M. Poutine ne peut se permettre d'&amp;#234;tre per&amp;#231;u comme un orateur maladroit et un strat&amp;#232;ge peu efficace, les d&amp;#233;bats t&amp;#233;l&amp;#233;vis&amp;#233;s &amp;#233;tant la forme de campagne &amp;#233;lectorale et la source d'information la plus populaire aupr&amp;#232;s des &amp;#233;lecteurs. Comme l'admettent ceux-ci, pr&amp;#232;s de la moiti&amp;#233;, soit 44 % des 20 400 personnes interrog&amp;#233;es, pensent que les d&amp;#233;bats leur permettent de voir et de juger les candidats quant ils sont &amp;#224; leur meilleur. (Le sondage a &amp;#233;t&amp;#233; effectu&amp;#233; dans 12 r&amp;#233;gions de Russie.) </P> <P> Jusqu'&amp;#224; pr&amp;#233;sent, l'&amp;#233;quipe de M. Poutine fait tout ce qu'elle peut pour projeter l'image d'un h&amp;#233;ros national invincible. De fait, jusqu'&amp;#224; tout r&amp;#233;cemment, M. Poutine, jouissait d'un &amp;#233;norme appui aupr&amp;#232;s des &amp;#233;lecteurs. Les sondages indiquaient que 58 % de l'&amp;#233;lectorat &amp;#233;tait pr&amp;#234;t &amp;#224; voter pour lui. Mais, brusquement, sa popularit&amp;#233; a commenc&amp;#233; &amp;#224; d&amp;#233;cliner et, actuellement, seulement 51 % des &amp;#233;lecteurs lui accordent leur soutien. Ceci indique en premier lieu que les pertes subies en Tch&amp;#233;tch&amp;#233;nie commencent &amp;#224; avoir un impact sur l'opinion des &amp;#233;lecteurs. Apr&amp;#232;s tout, des fun&amp;#233;railles pour les soldats morts pendant cette guerre se d&amp;#233;roulent dans presque toutes les villes russes. Les Russes qui semblaient rassur&amp;#233;s par la &amp;#171;poigne de fer&amp;#187; de M. Poutine, commencent &amp;#224; se demander quel sera le prix &amp;#224; payer pour un tel r&amp;#233;gime. </P> <P> De plus, les sondages d'opinion montrent que l'&amp;#233;lectorat commence &amp;#224; pr&amp;#234;ter plus d'attention aux opposants d&amp;#233;mocratiques de M. Poutine et &amp;#224; d&amp;#233;laisser celui-ci &amp;#224; leur profit. Si cette tendance se confirme au cours des deux prochaines semaines, le vote du 26 mars deviendra un proc&amp;#233;d&amp;#233; plus ou moins d&amp;#233;mocratique. Mais, si les &amp;#233;lecteurs n'ont pas assez de temps pour mieux apprendre &amp;#224; conna&amp;#238;tre les opposants de M. Poutine, alors les &amp;#233;lections ne seront rien de plus qu'une nomination et les &amp;#233;lecteurs n'auront pas d'autre choix. Il y aurait alors le danger que tout soit d&amp;#233;j&amp;#224; pr&amp;#233;d&amp;#233;termin&amp;#233; d&amp;#232;s le premier tour. </P> <P> Pourquoi est-ce un danger? Pour les sociologues, cela pourrait provoquer une division au sein de la population et emp&amp;#234;cher l'&amp;#233;lectorat d&amp;#233;mocratique de participer &amp;#224; la vie politique du pays. Cette situation pourrait &amp;#233;galement faire en sorte que les d&amp;#233;mocrates d&amp;#233;&amp;#231;us d&amp;#233;cident de ne pas aller voter le 26 mars et ce sont les &amp;#233;lecteurs de gauche qui d&amp;#233;termineront le destin du pays. Dans une telle situation, le leader communiste pourrait bien remporter les &amp;#233;lections du fait que l'&amp;#233;cart entre les deux principaux candidats en lice, M. Poutine et M. Zyuganov, est mince. Mais m&amp;#234;me la victoire de M. Poutine d&amp;#233;pend par d&amp;#233;finition des forces de la gauche. Ceci, et la suggestibilit&amp;#233; de M. Poutine, un trait de son caract&amp;#232;re dont la presse fait de plus en plus souvent &amp;#233;tat relativement &amp;#224; certains d&amp;#233;veloppements li&amp;#233;s &amp;#224; la situation actuelle en Tch&amp;#233;tch&amp;#233;nie, pourraient jouer un r&amp;#244;le fatal dans le processus politique russe. </P> <P> Comment peut-on &amp;#233;viter cela? Comme le soulignent les analystes, M. Poutine devrait porter un peu plus d'attention aux candidats qui repr&amp;#233;sentent les d&amp;#233;mocrates lib&amp;#233;raux. De l'avis de la presse russe, M. Poutine doit reconna&amp;#238;tre la n&amp;#233;cessit&amp;#233; d'une solution de rechange de droite dans la soci&amp;#233;t&amp;#233;. Selon les experts, les partis de droite devraient s'unir pour contrebalancer les puissantes forces de gauche dans la soci&amp;#233;t&amp;#233; et assurer ainsi le d&amp;#233;veloppement d&amp;#233;mocratique stable de la Russie. Si M. Poutine ne tient pas compte de l'opposition d&amp;#233;mocratique, nous aurons une dictature. </P> <P> D'importantes publications d&amp;#233;mocratiques mettent l'accent sur le probl&amp;#232;me et &amp;#233;tudient de pr&amp;#232;s les candidats de la droite. Il y a maintenant deux aspirants &amp;#224; la victoire, Grigory Yavlinsky, d&amp;#233;put&amp;#233; chevronn&amp;#233; de la Duma, et le gouverneur Konstantin Titov de la r&amp;#233;gion de Samara. </P> <P> Les chances de M. Yavlinsky sont consid&amp;#233;r&amp;#233;es comme minces par la presse, ce que confirment les sondages. M. Yavlinsky figure en t&amp;#234;te de la liste des candidats pour lesquels les &amp;#233;lecteurs ont d&amp;#233;cid&amp;#233; de ne pas voter, soit 19,5 % des personnes interrog&amp;#233;es dans le cas de M. Yavlinsky. </P> <P> Quant &amp;#224; M. Titov, nouveau venu dans la campagne pr&amp;#233;sidentielle, il ne peut d&amp;#233;finitivement pas &amp;#234;tre mis dans la m&amp;#234;me cat&amp;#233;gorie que des politiciens marginaux comme MM. Pamfilova, Skuratov, Podberyozkin ou Dzhabrailov qui ne peuvent esp&amp;#233;rer obtenir plus de un pour cent des voix. </P> <P> M. Titov, qui dirige le comit&amp;#233; du budget (Budget Committee) de la Chambre haute, est le premier gouverneur &amp;#233;lu &amp;#224; &amp;#234;tre candidat &amp;#224; des &amp;#233;lections pr&amp;#233;sidentielles. Sa cote de popularit&amp;#233; a fortement augment&amp;#233; depuis quelque temps et il figure maintenant parmi les trois principaux candidats &amp;#224; la pr&amp;#233;sidence. M. Titov a marqu&amp;#233; des points suppl&amp;#233;mentaires quand il a fait une d&amp;#233;claration il y a quelques jours et demand&amp;#233; &amp;#224; M. Yavlinsky de se retirer de la course en sa faveur. La d&amp;#233;claration de M. Titov pr&amp;#233;cisait que M. Yavlinsky &amp;#233;tait devenu un candidat marginal, le repr&amp;#233;sentant d'une opposition ossifi&amp;#233;e. M. Titov se d&amp;#233;marquait ainsi de M. Yavlinsky et de sa propension &amp;#224; chercher les torts et &amp;#224; critiquer &amp;#224; outrance. Ceci a eu un &amp;#233;cho favorable chez de nombreux &amp;#233;lecteurs qui disent que M. Yavlinsky a perdu toute cr&amp;#233;dibilit&amp;#233; comme leader d&amp;#233;mocratique possible en ne r&amp;#233;ussissant pas, ann&amp;#233;e apr&amp;#232;s ann&amp;#233;e, &amp;#224; aller au-del&amp;#224; de ses continuelles critiques du pouvoir prononc&amp;#233;es depuis le rostrum de la Duma. En cons&amp;#233;quence, font remarquer les analystes, il ne dispose d'aucun moyen pour forcer les autorit&amp;#233;s &amp;#224; faire des compromis et pour influencer la situation politique. L'absence de tout projet concret est particuli&amp;#232;rement pr&amp;#233;judiciable &amp;#224; la r&amp;#233;putation de M. Yavlinsky. Son fameux programme des 500 jours, soulignent les analystes, demeure un projet sur papier, et ce candidat aux &amp;#233;lections pr&amp;#233;sidentielles ne peut se targuer d'aucune r&amp;#233;alisation spectaculaire. </P> <P> La presse croit que le pouvoir se doit de tenir compte de M. Titov. Il para&amp;#238;t que, dans leurs quartiers g&amp;#233;n&amp;#233;raux, les directeurs de la campagne de M. Poutine ont mis sur pied une cellule sp&amp;#233;ciale charg&amp;#233;e exclusivement de contrecarrer M. Titov. Konstantin Titov peut s'attendre &amp;#224; remporter un succ&amp;#232;s relatif dans ces &amp;#233;lections principalement parce qu'il repr&amp;#233;sente la synth&amp;#232;se d'un lib&amp;#233;ral et d'un gestionnaire de l'&amp;#233;conomie, avec une exp&amp;#233;rience pratique, une combinaison attendue depuis longtemps par les &amp;#233;lecteurs. </P> <P> Pour la presse, la position de M. Titov est beaucoup plus impressionnante lorsqu'on &amp;#233;tablit la comparaison avec les plates-formes des autres candidats &amp;#224; la pr&amp;#233;sidence. M. Titov s'oppose avec force au projet de r&amp;#233;forme constitutionnelle qui permettra d'augmenter la dur&amp;#233;e du mandat du pr&amp;#233;sident, abolira l'&amp;#233;lection des gouverneurs, mettra en place un Parlement dot&amp;#233; d'une seule Chambre et instaurera un r&amp;#233;gime de dualit&amp;#233; de parti. Une telle r&amp;#233;forme, insiste M. Titov, signifierait un retour au totalitarisme et la fin de la d&amp;#233;mocratie. </P> <P> M. Titov souhaite accorder le plus de pouvoirs possible aux r&amp;#233;gions. C'est le seul moyen, dit-il, de mettre fin aux revendications s&amp;#233;paratistes des habitants de la F&amp;#233;d&amp;#233;ration et d'assurer la stabilit&amp;#233;. Dans sa r&amp;#233;gion de Samara, M. Titov a adopt&amp;#233; plusieurs lois dans ce sens, et en particulier, la premi&amp;#232;re loi r&amp;#233;gionale du pays &amp;#224; permettre la propri&amp;#233;t&amp;#233; priv&amp;#233;e de terres. </P> <P> La plupart des politicologues s'entendent pour dire que m&amp;#234;me s'il ne remporte pas les &amp;#233;lections pr&amp;#233;sidentielles, Konstantin Titov peut devenir le leader reconnu de la droite et renforcer de fa&amp;#231;on significative sa position au sein des structures f&amp;#233;d&amp;#233;rales du pouvoir. Par exemple, il peut aspirer &amp;#224; la pr&amp;#233;sidence du Conseil de la F&amp;#233;d&amp;#233;ration (Federation Council), la Chambre haute du Parlement. </P> <P> Ces conclusions sont confirm&amp;#233;es en partie par une analyse de la fr&amp;#233;quence avec laquelle les politiciens sont mentionn&amp;#233;s dans les principaux m&amp;#233;dias russes. Alors qu'il y a seulement quelques mois, aucun autre homme politique de droite ne pouvait pr&amp;#233;tendre &amp;#234;tre aussi connu du public que Grigory Yavlinsky, d&amp;#232;s la mi-f&amp;#233;vrier, la presse russe a commenc&amp;#233; &amp;#224; accorder pratiquement la m&amp;#234;me attention &amp;#224; MM. Yavlinsky et Titov, celui-ci &amp;#233;tant maintenant en passe de supplanter son rival. </P> </div> <div> <UL> <LI>Analyse de la situation avant les &amp;#233;lections du 26 mars </LI></LI></UL> <P> Moscou - Le communiqu&amp;#233; suivant a &amp;#233;t&amp;#233; &amp;#233;mis aujourd'hui par le Center of Regional and Applied Research : </P> <P> Le Center of Regional and Applied Research continue de publier des &amp;#233;tudes analytiques de la situation qui pr&amp;#233;vaut en Russie avant les &amp;#233;lections. Ces &amp;#233;tudes sont fond&amp;#233;es sur des analyses publi&amp;#233;es dans la presse russe et sur des sondages sp&amp;#233;cialis&amp;#233;s effectu&amp;#233;s en Russie entre le 24 f&amp;#233;vrier et le 10 mars. </P> <P> Du point de vue des m&amp;#233;dias de masse russes, cette campagne pr&amp;#233;sidentielle n'est pas tr&amp;#232;s excitante et elle n'a pas l'intensit&amp;#233; des premi&amp;#232;res &amp;#233;lections pr&amp;#233;sidentielles russes de 1996. </P> <P> L'explication en est simple : la presse nationale et r&amp;#233;gionale russe et les m&amp;#233;dias occidentaux n'ont pratiquement aucun doute quant au succ&amp;#232;s d'un seul candidat - le pr&amp;#233;sident par int&amp;#233;rim, Vladimir Poutine. L'adoption de d&amp;#233;cisions politiques, pour la Soci&amp;#233;t&amp;#233;, repose en grande partie sur l'&amp;#233;valuation que font les m&amp;#233;dias des diff&amp;#233;rentes personnalit&amp;#233;s politiques. Ces m&amp;#233;dias, presque toujours, propulsent &amp;#224; l'avant-sc&amp;#232;ne de la politique nationale des personnalit&amp;#233;s qui jusqu'alors &amp;#233;taient consid&amp;#233;r&amp;#233;es comme ayant peu d'influence sur la sc&amp;#232;ne politique. Le ph&amp;#233;nom&amp;#232;ne Zhirinovsky et Lebed en 1993 et 1996, en est un exemple frappant, tout comme le succ&amp;#232;s de Unity lors des &amp;#233;lections parlementaires de d&amp;#233;cembre 1999. </P> <P> Pour ce qui est de la situation qui pr&amp;#233;vaut actuellement en Russie, les m&amp;#233;dias accordent pratiquement toute leur attention au soi-disant favori dans la course &amp;#224; la pr&amp;#233;sidence - Vladimir Poutine. A la t&amp;#233;l&amp;#233;vision, M. Poutine dispose en moyenne de 5,5 heures d'antenne par jour, alors que M. Eltsine, pendant sa campagne, n'avait droit qu'&amp;#224; une heure et demie. Dans de telles circonstances, les autres candidats semblent ignor&amp;#233;s des m&amp;#233;dias. </P> <P> La couverture m&amp;#233;diatique intensive accord&amp;#233;e &amp;#224; la campagne de M. Poutine est avant tout une affaire de relations publiques : visite d'un orphelinat, d'un h&amp;#244;pital, etc. M. Poutine n'a fait aucune d&amp;#233;claration politique &amp;#224; l'exception de celle concernant l'OTAN. Il n'a d'ailleurs m&amp;#234;me pas de programme &amp;#233;conomique. Toutefois, les observateurs pr&amp;#233;cisent qu'il n'en a pas vraiment besoin, sa popularit&amp;#233; d&amp;#233;coulant du fait qu'il exerce d&amp;#233;j&amp;#224; des pouvoirs pr&amp;#233;sidentiels, par exemple, en faisant en sorte que les salaires soient vers&amp;#233;s et que les arri&amp;#233;r&amp;#233;s de retraite soient pay&amp;#233;s. </P> <P> M. Poutine pr&amp;#233;tend qu'il a d&amp;#233;cid&amp;#233; de r&amp;#233;duire l'aspect m&amp;#233;diatique de sa campagne afin, soi-disant, de donner des chances &amp;#233;gales &amp;#224; ses rivaux. Toutefois, de nombreux analystes politiques du camp d&amp;#233;mocratique, et en particulier de la droite, mettent en doute cette version des faits et disent que M. Poutine a tout simplement peur des d&amp;#233;bats t&amp;#233;l&amp;#233;vis&amp;#233;s avec des candidats tels que Gennady Zyuaganov, Konstantin Titov et Grigory Yavlinsky qui sont des politiciens chevronn&amp;#233;s. M. Poutine ne peut se permettre d'&amp;#234;tre per&amp;#231;u comme un orateur maladroit et un strat&amp;#232;ge peu efficace, les d&amp;#233;bats t&amp;#233;l&amp;#233;vis&amp;#233;s &amp;#233;tant la forme de campagne &amp;#233;lectorale et la source d'information la plus populaire aupr&amp;#232;s des &amp;#233;lecteurs. Comme l'admettent ceux-ci, pr&amp;#232;s de la moiti&amp;#233;, soit 44 % des 20 400 personnes interrog&amp;#233;es, pensent que les d&amp;#233;bats leur permettent de voir et de juger les candidats quant ils sont &amp;#224; leur meilleur. (Le sondage a &amp;#233;t&amp;#233; effectu&amp;#233; dans 12 r&amp;#233;gions de Russie.) </P> <P> Jusqu'&amp;#224; pr&amp;#233;sent, l'&amp;#233;quipe de M. Poutine fait tout ce qu'elle peut pour projeter l'image d'un h&amp;#233;ros national invincible. De fait, jusqu'&amp;#224; tout r&amp;#233;cemment, M. Poutine, jouissait d'un &amp;#233;norme appui aupr&amp;#232;s des &amp;#233;lecteurs. Les sondages indiquaient que 58 % de l'&amp;#233;lectorat &amp;#233;tait pr&amp;#234;t &amp;#224; voter pour lui. Mais, brusquement, sa popularit&amp;#233; a commenc&amp;#233; &amp;#224; d&amp;#233;cliner et, actuellement, seulement 51 % des &amp;#233;lecteurs lui accordent leur soutien. Ceci indique en premier lieu que les pertes subies en Tch&amp;#233;tch&amp;#233;nie commencent &amp;#224; avoir un impact sur l'opinion des &amp;#233;lecteurs. Apr&amp;#232;s tout, des fun&amp;#233;railles pour les soldats morts pendant cette guerre se d&amp;#233;roulent dans presque toutes les villes russes. Les Russes qui semblaient rassur&amp;#233;s par la &amp;#171;poigne de fer&amp;#187; de M. Poutine, commencent &amp;#224; se demander quel sera le prix &amp;#224; payer pour un tel r&amp;#233;gime. </P> <P> De plus, les sondages d'opinion montrent que l'&amp;#233;lectorat commence &amp;#224; pr&amp;#234;ter plus d'attention aux opposants d&amp;#233;mocratiques de M. Poutine et &amp;#224; d&amp;#233;laisser celui-ci &amp;#224; leur profit. Si cette tendance se confirme au cours des deux prochaines semaines, le vote du 26 mars deviendra un proc&amp;#233;d&amp;#233; plus ou moins d&amp;#233;mocratique. Mais, si les &amp;#233;lecteurs n'ont pas assez de temps pour mieux apprendre &amp;#224; conna&amp;#238;tre les opposants de M. Poutine, alors les &amp;#233;lections ne seront rien de plus qu'une nomination et les &amp;#233;lecteurs n'auront pas d'autre choix. Il y aurait alors le danger que tout soit d&amp;#233;j&amp;#224; pr&amp;#233;d&amp;#233;termin&amp;#233; d&amp;#232;s le premier tour. </P> <P> Pourquoi est-ce un danger? Pour les sociologues, cela pourrait provoquer une division au sein de la population et emp&amp;#234;cher l'&amp;#233;lectorat d&amp;#233;mocratique de participer &amp;#224; la vie politique du pays. Cette situation pourrait &amp;#233;galement faire en sorte que les d&amp;#233;mocrates d&amp;#233;&amp;#231;us d&amp;#233;cident de ne pas aller voter le 26 mars et ce sont les &amp;#233;lecteurs de gauche qui d&amp;#233;termineront le destin du pays. Dans une telle situation, le leader communiste pourrait bien remporter les &amp;#233;lections du fait que l'&amp;#233;cart entre les deux principaux candidats en lice, M. Poutine et M. Zyuganov, est mince. Mais m&amp;#234;me la victoire de M. Poutine d&amp;#233;pend par d&amp;#233;finition des forces de la gauche. Ceci, et la suggestibilit&amp;#233; de M. Poutine, un trait de son caract&amp;#232;re dont la presse fait de plus en plus souvent &amp;#233;tat relativement &amp;#224; certains d&amp;#233;veloppements li&amp;#233;s &amp;#224; la situation actuelle en Tch&amp;#233;tch&amp;#233;nie, pourraient jouer un r&amp;#244;le fatal dans le processus politique russe. </P> <P> Comment peut-on &amp;#233;viter cela? Comme le soulignent les analystes, M. Poutine devrait porter un peu plus d'attention aux candidats qui repr&amp;#233;sentent les d&amp;#233;mocrates lib&amp;#233;raux. De l'avis de la presse russe, M. Poutine doit reconna&amp;#238;tre la n&amp;#233;cessit&amp;#233; d'une solution de rechange de droite dans la soci&amp;#233;t&amp;#233;. Selon les experts, les partis de droite devraient s'unir pour contrebalancer les puissantes forces de gauche dans la soci&amp;#233;t&amp;#233; et assurer ainsi le d&amp;#233;veloppement d&amp;#233;mocratique stable de la Russie. Si M. Poutine ne tient pas compte de l'opposition d&amp;#233;mocratique, nous aurons une dictature. </P> <P> D'importantes publications d&amp;#233;mocratiques mettent l'accent sur le probl&amp;#232;me et &amp;#233;tudient de pr&amp;#232;s les candidats de la droite. Il y a maintenant deux aspirants &amp;#224; la victoire, Grigory Yavlinsky, d&amp;#233;put&amp;#233; chevronn&amp;#233; de la Duma, et le gouverneur Konstantin Titov de la r&amp;#233;gion de Samara. </P> <P> Les chances de M. Yavlinsky sont consid&amp;#233;r&amp;#233;es comme minces par la presse, ce que confirment les sondages. M. Yavlinsky figure en t&amp;#234;te de la liste des candidats pour lesquels les &amp;#233;lecteurs ont d&amp;#233;cid&amp;#233; de ne pas voter, soit 19,5 % des personnes interrog&amp;#233;es dans le cas de M. Yavlinsky. </P> <P> Quant &amp;#224; M. Titov, nouveau venu dans la campagne pr&amp;#233;sidentielle, il ne peut d&amp;#233;finitivement pas &amp;#234;tre mis dans la m&amp;#234;me cat&amp;#233;gorie que des politiciens marginaux comme MM. Pamfilova, Skuratov, Podberyozkin ou Dzhabrailov qui ne peuvent esp&amp;#233;rer obtenir plus de un pour cent des voix. </P> <P> M. Titov, qui dirige le comit&amp;#233; du budget (Budget Committee) de la Chambre haute, est le premier gouverneur &amp;#233;lu &amp;#224; &amp;#234;tre candidat &amp;#224; des &amp;#233;lections pr&amp;#233;sidentielles. Sa cote de popularit&amp;#233; a fortement augment&amp;#233; depuis quelque temps et il figure maintenant parmi les trois principaux candidats &amp;#224; la pr&amp;#233;sidence. M. Titov a marqu&amp;#233; des points suppl&amp;#233;mentaires quand il a fait une d&amp;#233;claration il y a quelques jours et demand&amp;#233; &amp;#224; M. Yavlinsky de se retirer de la course en sa faveur. La d&amp;#233;claration de M. Titov pr&amp;#233;cisait que M. Yavlinsky &amp;#233;tait devenu un candidat marginal, le repr&amp;#233;sentant d'une opposition ossifi&amp;#233;e. M. Titov se d&amp;#233;marquait ainsi de M. Yavlinsky et de sa propension &amp;#224; chercher les torts et &amp;#224; critiquer &amp;#224; outrance. Ceci a eu un &amp;#233;cho favorable chez de nombreux &amp;#233;lecteurs qui disent que M. Yavlinsky a perdu toute cr&amp;#233;dibilit&amp;#233; comme leader d&amp;#233;mocratique possible en ne r&amp;#233;ussissant pas, ann&amp;#233;e apr&amp;#232;s ann&amp;#233;e, &amp;#224; aller au-del&amp;#224; de ses continuelles critiques du pouvoir prononc&amp;#233;es depuis le rostrum de la Duma. En cons&amp;#233;quence, font remarquer les analystes, il ne dispose d'aucun moyen pour forcer les autorit&amp;#233;s &amp;#224; faire des compromis et pour influencer la situation politique. L'absence de tout projet concret est particuli&amp;#232;rement pr&amp;#233;judiciable &amp;#224; la r&amp;#233;putation de M. Yavlinsky. Son fameux programme des 500 jours, soulignent les analystes, demeure un projet sur papier, et ce candidat aux &amp;#233;lections pr&amp;#233;sidentielles ne peut se targuer d'aucune r&amp;#233;alisation spectaculaire. </P> <P> La presse croit que le pouvoir se doit de tenir compte de M. Titov. Il para&amp;#238;t que, dans leurs quartiers g&amp;#233;n&amp;#233;raux, les directeurs de la campagne de M. Poutine ont mis sur pied une cellule sp&amp;#233;ciale charg&amp;#233;e exclusivement de contrecarrer M. Titov. Konstantin Titov peut s'attendre &amp;#224; remporter un succ&amp;#232;s relatif dans ces &amp;#233;lections principalement parce qu'il repr&amp;#233;sente la synth&amp;#232;se d'un lib&amp;#233;ral et d'un gestionnaire de l'&amp;#233;conomie, avec une exp&amp;#233;rience pratique, une combinaison attendue depuis longtemps par les &amp;#233;lecteurs. </P> <P> Pour la presse, la position de M. Titov est beaucoup plus impressionnante lorsqu'on &amp;#233;tablit la comparaison avec les plates-formes des autres candidats &amp;#224; la pr&amp;#233;sidence. M. Titov s'oppose avec force au projet de r&amp;#233;forme constitutionnelle qui permettra d'augmenter la dur&amp;#233;e du mandat du pr&amp;#233;sident, abolira l'&amp;#233;lection des gouverneurs, mettra en place un Parlement dot&amp;#233; d'une seule Chambre et instaurera un r&amp;#233;gime de dualit&amp;#233; de parti. Une telle r&amp;#233;forme, insiste M. Titov, signifierait un retour au totalitarisme et la fin de la d&amp;#233;mocratie. </P> <P> M. Titov souhaite accorder le plus de pouvoirs possible aux r&amp;#233;gions. C'est le seul moyen, dit-il, de mettre fin aux revendications s&amp;#233;paratistes des habitants de la F&amp;#233;d&amp;#233;ration et d'assurer la stabilit&amp;#233;. Dans sa r&amp;#233;gion de Samara, M. Titov a adopt&amp;#233; plusieurs lois dans ce sens, et en particulier, la premi&amp;#232;re loi r&amp;#233;gionale du pays &amp;#224; permettre la propri&amp;#233;t&amp;#233; priv&amp;#233;e de terres. </P> <P> La plupart des politicologues s'entendent pour dire que m&amp;#234;me s'il ne remporte pas les &amp;#233;lections pr&amp;#233;sidentielles, Konstantin Titov peut devenir le leader reconnu de la droite et renforcer de fa&amp;#231;on significative sa position au sein des structures f&amp;#233;d&amp;#233;rales du pouvoir. Par exemple, il peut aspirer &amp;#224; la pr&amp;#233;sidence du Conseil de la F&amp;#233;d&amp;#233;ration (Federation Council), la Chambre haute du Parlement. </P> <P> Ces conclusions sont confirm&amp;#233;es en partie par une analyse de la fr&amp;#233;quence avec laquelle les politiciens sont mentionn&amp;#233;s dans les principaux m&amp;#233;dias russes. Alors qu'il y a seulement quelques mois, aucun autre homme politique de droite ne pouvait pr&amp;#233;tendre &amp;#234;tre aussi connu du public que Grigory Yavlinsky, d&amp;#232;s la mi-f&amp;#233;vrier, la presse russe a commenc&amp;#233; &amp;#224; accorder pratiquement la m&amp;#234;me attention &amp;#224; MM. Yavlinsky et Titov, celui-ci &amp;#233;tant maintenant en passe de supplanter son rival. </P> </div>