Ozwald Boateng, Atlantic Energy et Made In Africa Foundation apportent leur soutien au « plan Marshall » de 22 milliards $ conçu par la BAfD pour l'Afrique

25 Septembre, 2012, 08:12 BST de Made in Africa Foundation

LONDRES, September 25, 2012 /PRNewswire/ --

La Banque africaine de développement (BAfD) a annoncé des plans de lancement des premières obligations d'infrastructure d'Afrique à l'intention des pays membres, en vue de générer 22 milliards $ d'investissements dans des projets d'infrastructure urgents, tels que des ports, des chemins de fer, des routes et des centrales d'énergie, dans tout le continent africain.

Il s'agit de la concrétisation d'une initiative soulevée pour la première fois au cours de la conférence 2009 sur les couloirs de la croissance (Growth Corridors) organisée par la fondation Made In Africa Foundation d'Ozwald Boateng et le ministre des Affaires Étrangères du Royaume-Uni, David Milliband. La Made In Africa Foundation (MIAF) a été établie par M. Boateng, le designer le plus important d'Afrique, avec le soutien de l'homme d'affaires nigérien Kola Aluko et la société pétrolière indépendante du Nigeria, Atlantic Energy. La mission de la MIAF est de soutenir le financement préliminaire des projets d'infrastructure en Afrique.

La MIAF souhaite de la BAfD donne à tout le monde la possibilité d'investir dans ces obligations d'infrastructure. Ces obligations viendraient s'ajouter aux fonds engagés par les gouvernements membres. L'ouverture de l'offre d'obligations à tout le monde - les organismes privés, tels que les banques internationales et les fonds de retraite, les individus et les entreprises - permettrait de créer plus de transparence et potentiellement une meilleure gouvernance, sans parler des sommes accrues d'argent disponibles pour financer les projets.

Les 22 milliards profiteraient de la note AAA de la BAfD ce qui ferait des obligations africaines un investissement plus sûr que celles émises par plusieurs états européens. Ces obligations ont le potentiel de devenir un des investissements les plus attrayants sur les marchés mondiaux du capital de l'emprunt.

Si utilisés correctement, les 22 milliards d'investissement en projets d'infrastructure africains auraient un effet positif sur le PNB du continent en l'augmentant potentiellement de 2 %. Cela permettrait à des millions de personnes d'échapper à la pauvreté et réduirait considérablement les disparités régionales. Les effets en Afrique seraient similaires à ceux du plan Marshall qui fut un stimulant énorme pour la croissance du continent européen dans la période de l'après-guerre.

À l'heure actuelle, la BAfD envisage de n'offrir les 22 milliards d'investissement qu'aux états membres uniquement. À l'occasion du sommet du FMI à Tokyo, au mois d'octobre, le président de la BAfD, Donald Kaberuka, devrait demander aux gouvernements africains d'engager 5 % de leurs réserves en devises pour profiter de cette opportunité.

La MIAF pense que les épargnes, estimées à un billion, contrôlées par les classes moyennes et la diaspora africaines, méritent d'avoir la possibilité de participer à la croissance et au développement du continent. Combiné à un traitement fiscal favorable, cela serait l'occasion pour de nombreuses personnes de rapatrier les « milliards manquants » qui ont fui l'Afrique en direction de paradis fiscaux, au cours de ces dernières décennies. Donnons aux africains la possibilité de démontrer leur confiance dans leur propre continent.

« La diaspora africaine mondiale représente une économie d'un billion de dollars qui investit déjà 30 milliards par an dans le continent sous forme d'envois de fonds », explique Ozwald Boateng. « La note triple A de la BAfD est pour eux une source de sécurité et de rendements supérieurs. Comment pourrions-nous les ignorer ? »

« Nous sommes engagés à long terme dans le développement de l'Afrique et de ses abondantes ressources à travers le développement de l'énergie et des infrastructures », déclare Kola Aluko. « L'initiative de la BAfD va énormément améliorer le potentiel de croissance de l'Afrique. C'est une initiative louable. »

De son côté, Scott Aitken, PDG d'Atlantic Energy, estime : « Atlantic Energy se réjouit de l'initiative de la BAfD qui va encourager le développement des infrastructures souhaité par Atlantic Energy et la Made in Africa Foundation. Le développement des infrastructures en Afrique va être dynamisé et nous espérons que d'autres initiatives identiques vont bientôt être lancées. »

À propos de Made In Africa Foundation

La Made In Africa Foundation a été fondée en 2011 par Ozwald Boateng, Kola Aluko et Atlantic Energy pour soutenir et financer des plans directeurs et des études de faisabilité pour des développements de transformation à grande échelle dans tout le continent africain.

http://www.madeinafricafoundation.co.uk 

À propos d'Atlantic Energy

Atlantic Energy est un groupe privé qui opère en amont de l'industrie du pétrole et du gaz. Il a été fondé par des dirigeants nigériens et internationaux du secteur de l'exploration et de la production (E&P), disposant d'une vaste expérience dans le secteur E&P nigérien. Cette société est actuellement présente au Nigéria et se dévoue à ses partenaires et aux communautés par le biais de son programme de durabilité « Enduring Commitment ».

Contact MIAF, PDG - Chris Cleverly : chris@madeinafricafoundation.co.uk

LA

SOURCE Made in Africa Foundation