Plus de 7 000 experts du monde entier aborderont les nouvelles réponses à d'anciennes questions en matière d'allergies et d'immunologie

07 Juin, 2015, 11:36 BST de EAACI

BARCELONE, Espagne, June 7, 2015 /PRNewswire/ --

Plus de 7 000 chercheurs et médecins en provenance d'une centaine de pays participeront au 34e Congrès annuel de l'Académie européenne d'allergologie et d'immunologie clinique (EAACI) qui se tiendra du 6 au 11 juin à Barcelone (Espagne).

     (Logo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20140918/706300 )

Le changement climatique et son incidence sur la saison pollinique  

Le pollen des graminées est la principale cause de sensibilisation aux allergènes environnementaux à travers l'Europe[1].    Les recherches menées par le Prof. Jeroen Buters, ZAUM-Centre des allergies  et de l'environnement, Centre Helmholtz de Munich/Université technique de Munich, contribuent à comprendre l'incidence du changement climatique à l'échelle mondiale sur la durée et la distribution des allergènes du pollen des graminées et proposent l'appel à l'aérobiologie moléculaire, outre le comptage des grains de pollen, pour évaluer l'exposition aux allergènes aéroportés.

Bactéries : amies ou ennemies ?  

Bien que certaines bactéries présentes dans le corps humain sont susceptibles de provoquer des infections, il y en a d'autres, indispensables à la vie, qui jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement du métabolisme ou du système immunitaire. Voilà pourquoi on peut les considérer à la fois amies et ennemies, comme le souligne le Prof. Liam O'Mahony de l'Institut suisse de recherche sur les allergies et l'asthme, auprès de l'université de Zurich (Suisse).

Il explique qu'une réaction immunitaire saine aux bactéries comporte l'activation des cellules qui combattent l'infection, mais aussi des cellules régulatrices qui freinent la réaction immunitaire pour éviter l'endommagement des tissus ou de l'organe en question. Stimulées par l'exposition aux bactéries, les cellules régulatrices peuvent également atténuer les réactions immunitaires qui entraînent des allergies ou des maladies auto-immunes.

Remettre en question les croyances maternelles  

Selon la Dre Audrey Dunn Galvin, psychologue médicale au Service de pédiatrie et santé de l'enfant, University College Cork (Irlande), les parents sont confrontés à certains problèmes liés aux allergies alimentaires chez l'enfant qu'ils ne communiquent pas aux cliniciens. Toutefois, pour certains parents, la gestion inefficace des allergies alimentaires relève de certaines croyances ou modes de pensée plutôt que d'un manque d'information.

Une nouvelle étude[2] dirigée par le Prof. Gideon Lack de Kings College London montre que l'introduction précoce des arachides dans l'alimentation réduit considérablement (70 à 80 %) le risque de développer une allergie aux arachides.

1. BUTERS ET AL. Variation of the group 5 grass pollen allergen content of airborne pollen in relation to geographic location and time in season. J. ALLERGY CLIN IMMUNOL 2015

2. LEAP (Learning Early about Peanut allergy). Immune Tolerance Network. Disponible à la page http://www.leapstudy.co.uk/

LA

SOURCE EAACI