Réaliser le test biomarqueur tumoral RAS avant de débuter un traitement de première intention serait essentiel à l'amélioration des taux de survie chez les patients atteints de cancer colorectal métastatique récemment diagnostiqués

24 Mars, 2015, 19:41 GMT de International Colorectal Cancer Association

BRUSSELS, March 24, 2015 /PRNewswire/ --

Non destiné aux médias britanniques et américains  

  • La campagne « Get Tested » sera lancée lors de la journée mondiale du cancer colorectal métastatique (CCRm)    
  • Cette campagne vise à améliorer la compréhension des patients et à les sensibiliser au test biomarqueur RAS dans le cadre d'un programme de traitement personnalisé chez les patients ayant reçu un diagnostic récent de CCRm    
  • Déterminer le statut du RAS tumoral peut aider les médecins à optimiser le traitement d'un patient    

L'Association internationale du cancer colorectal (International Cancer Association - ICCA)* lance aujourd'hui la nouvelle campagne de sensibilisation « Get Tested », lors de la toute première journée mondiale du cancer colorectal métastatique. La campagneGet Tested vise à sensibiliser les patients ayant reçu un diagnotic récent de cancer colorectal métastatique (CCRm) sur l'importance du test RAS, et à les encourager à parler de ce test avec leur médecin traitant.

Cette campagne a reçu le soutien de nombreuses organisations de professionnels de santé et de groupes d'aide aux patients dans le monde, et son site Web offre des informations sur le CCRm et le rôle des biomarqueurs dans la sélection du traitement, ainsi que des explications sur le rôle du test RAS.  Le site fournit aussi des liens vers des informations utiles aux patients et des ressources de divers groupes nationaux d'aide aux patients.

Lors de cette campagne, un livre blanc a été présenté aux parlementaires à Bruxelles les invitant à améliorer l'accès aux tests pour les patients ayant reçu un diagnostic récent de CCRm, et pour une utilisation régulière du biomarqueur RAS avant de débuter une thérapie de première ligne avec la mise en place d'un programme de traitement personnalisé.

« Pour les patients ayant reçu un diagnostic récent de CCRm, il est extrêmement important d'effectuer un test du biomarqueur RAS avant de débuter un traitement de première ligne », a déclaré le professeur Ciardiello, président de l'ICCA, président élu de la Société européenne d'oncologie médicale et professeur d'oncologie médicale à l'Université Seconda Università degli Studi di Napoli à Naples, en Italie. « Les tests RAS peuvent aider à choisir le type de traitement le plus approprié dans le cadre d'un programme de soins personnalisé du patient. Le site de notre campagne fournit aux patients des informations complémentaires sur le CCRm et le test RAS afin qu'ils aient une meilleure compréhension des options qui sont à leur disposition et qu'ils en parlent avec leur médecin traitant. »

Lors de son intervention pour le lancement de la campagne à Bruxelles, la députée Elisabetta Gardini, chef du Parti Populaire européen Italien a déclaré : « Le CCRm est un exemple qui prouve que sélectionner une approche médicale « personnalisée », ou « de précision » par l'utilisation de biomarqueurs pourrait avoir une forte incidence sur le succès du traitement des patients. Nous devons rapidement parvenir à une situation où tous les citoyens européens et ceux d'autres régions du monde seront sûrs d'avoir accès à des tests de diagnostic de CCRm appropriés, quel que soit leur lieu d'habitation. »

Le cancer colorectal, appelé également cancer de l'intestin, est le troisième cancer le plus fréquent chez l'homme et le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme dans le monde.  En 2012, plus de 694 000 personnes sont décédées des suites de cette maladie. [1] Le cancer colorectal métastatique est la forme avancée de la maladie, lorsque la tumeur située dans le colon ou le rectum s'est propagée (métastasée) à d'autres parties de l'organisme, le plus souvent dans le foie ou les poumons, ce qui la rend encore plus difficile à traiter.  Les taux de survie au CCRm sont faibles, avec seulement 10 à 12 % de patients survivant 5 ans après un diagnostic.[2],[3] Cependant, des analyses récentes de données cliniques ont montré qu'un traitement qui cible le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) peut améliorer les taux de survie chez les patients atteints de CCRm dont les tumeurs ne présentent pas de mutations du gène RAS.[4]-[9] En reconnaissance des progrès que le test RAS a permis de réaliser dans la prise en charge du CCRm, l'Europe et les États-Unis ont recommandé que tous les patients atteints de CCRm effectuent un test déterminant la présence ou l'absence de mutation du gène RAS avant de débuter un traitement anti-EGFR.[10],[11]

Le test biomarqueur est une manière simple d'observer le type et le statut de gènes particuliers dans un cancer.[12],[13]  Des biomarqueur ont été trouvés pour divers types de cancers, tels que le cancer colorectal, le cancer du sein ou du poumon, et ils jouent un rôle de plus en plus important pour aider les médecins à concevoir des soins et des traitements sur-mesure pour leurs patients, une pratique dénommée « médecine de précision » ou « médecine personnalisée ».[12]-[14] Le RAS, un biomarqueur prédictif, est un terme collectif qui désigne le groupe de gènes y compris les gènes KRAS et NRAS et qui peut influencer le choix dans la prise en charge thérapeutique de chaque patient atteint de CCRm.[4]-[8]

Dans le CCRm, le RAS a été identifié comme un biomarqueur clé permettant de mieux prédire comment un patient atteint de CCRm répondra à un traitement en particulier, c'est pourquoi il est important de connaître leur statut RAS aussi tôt que possible. Environ la moitié des patients atteints de CCRm présentent des biomarqueurs tumoraux de type RAS sauvage et l'autre moitié des RAS mutants. [15]

À propos de l'association internationale de cancer colorectal    

L'association internationale de cancer colorectal (International Colorectal Cancer Association - ICCA)* est une initiative globale qui rassemble des intervenants multi-disciplinaires concernés par la prise en charge du cancer colorectal métastatique et l'amélioration des soins aux patients. L'ICCA est à l'origine de la campagne Get Tested, qui vise à sensibiliser et à informer le public sur l'importance du test biomarqueur dans la détermination du choix d'un traitement pour élaborer les plans de soins des patients ayant reçu un diagnostic récent de cancer colorectal métastatique. La campagne Get Tested est soutenue par : l'Association de patients atteints de cancers, le Cancer de l'intestin en Australie, le Cancer de l'intestin au Royaume-Uni, le CHU de Rouen, Dance with Cancer, EuropaColon, l'Alliance européenne de médecine personnalisée, la Coalition européenne de patients atteints du cancer, L'Association mondiale du cancer du colon, l'Institut du cancer de Montpellier, L'Istituto Nazionale Tumori, l'Irish Cancer Society, la Fédération italienne d'associations volontaires en oncologie et la Seconda Università di Napoli. Les sociétés Merck Serono, Sysmex Inostics et Amgen soutiennent la campagneGet Tested.

Pour de plus amples informations sur le gène RAS et la campagne Get Tested visitez le site : http://www.GetTestedCampaign.com.

*L'ICCA est en cours d'inscription à Bruxelles en tant qu'association internationale à but non lucratif (INPMA).

Références  

  1. Ferlay J, Soerjomataram I, Ervik M, Dikshit R, Eser S, Mathers C, Rebelo M, Parkin DM, Forman D, Bray, F. GLOBOCAN 2012 v1.0, Cancer Incidence and Mortality Worldwide (Incidence du cancer et mortalité dans le monde) : IARC CancerBase n° 11 [Internet]. Lyon (France) : Centre international de recherche sur le cancer ; 2013. Disponible à l'adresse : http://globocan.iarc.fr. Dernier accès en janvier 2015.
  2. Sanoff HK, et al. J Clin Oncol. 2008;26(35):5721-7.
  3. National Cancer Institute. SEER Stat Fact Sheets - Colon and Rectum Cancer. Disponible à l'adresse : http://seer.cancer.gov/statfacts/html/colorect.html#survival. Dernier accès en janvier 2015.
  4. Schwartzberg LS, et al. J Clin Oncol. 2014;32(21):2240-7.
  5. Douillard J-Y, et al. N Engl J Med. 2013;369(11):1023-34.
  6. Van Cutsem E, et al. J Clin Oncol. 2015:33(3).
  7. Stintzing S, et al. European Cancer Congress 2013: Abstract No:LBA17.
  8. Ciardiello F, et al. Présentation orale lors de la réunion annuelle de l'American Society of Clinical Oncology, du 30 mai au 30 juin 2014.
  9. Venook AP, J Clin Oncol. 2014:32:5s (suppl; abstr LBA3).
  10. Bekaii-Saab T. J Natl Compr Canc Netw. 2014;12(2):299-300.
  11. Van Cutsem E, et al. Ann Oncol. 2014;25(Suppl 3):iii1-iii9.
  12. Moorcraft SY, et al. Therap Adv Gastroenterol. 2013;6(5):381-95.
  13. Ong FS, et al. Expert Rev Mol Diagn. 2012;12(6):593-602.
  14. Mallman MR, et al. EPMA J 2010;1(3):421-37.
  15. Vaughn CP, et al. Genes Chromosomes Cancer 2011;50(5):307-12.

 

LA

SOURCE International Colorectal Cancer Association