Réduire l'incidence des allergies alimentaires chez les enfants

09 Octobre, 2014, 11:54 BST de EAACI - European Academy of Allergy and Clinical Immunology

DUBLIN, October 9, 2014 /PRNewswire/ --


Deux nouvelles études portent sur la prévention des allergies chez les enfants :

La barrière cutanée : le point de départ  

La recherche de l'université de Cork menée auprès de 1 900 enfants irlandais en bas âge a étudié, de manière non invasive, la fonction de leur barrière cutanée, en mesurant l'évaporation de l'eau au niveau de la peau des nourrissons. Elle a révélé qu'un dysfonctionnement de la barrière cutanée peut présager une sensibilisation aux allergènes alimentaires à l'âge de deux ans. L'hypothèse est que les déficiences de la barrière cutanée peuvent être le point de départ principal des allergies alimentaires.

« Maintenant que nous avons montré que la sensibilisation aux allergènes alimentaires survient en raison d'un dysfonctionnement de la barrière cutanée, la prochaine étape consiste à réaliser une intervention pour déterminer si nous pouvons protéger la barrière cutanée durant la petite enfance et à évaluer si cela réduirait le taux de sensibilisation et d'allergies alimentaires chez les enfants », a expliqué le Dr Maeve Kelleher, Équipe de référence du service de pédiatrie et de santé infantile, University College Cork.  

Jonathan O'B Hourihane, Professeur de pédiatrie et de santé infantile, University College Cork, et Co-président du congrès FAAM 2014, a souligné : « Il s'agit du plus important ensemble de données recueillies au stade le plus précoce mesurant la fonction de la barrière cutanée ».

Un virage à 180°   

La recherche menée au King's College de Londres, au Royaume-Uni, teste l'hypothèse de l'introduction précoce (à partir de l'âge de trois mois) de six aliments allergènes (lait de vache, œufs, poisson, blé, sésame et arachide) dans le régime alimentaire d'un enfant, en plus d'un allaitement continu.

« Bien qu'il soit largement reconnu que le lait maternel est la meilleure alimentation pour les nourrissons, on ignore à l'heure actuelle si l'exclusion des aliments allergènes de l'alimentation avant l'âge de six mois est la meilleure manière d'éviter le développement d'allergies alimentaires et autres maladies allergiques telles que l'eczéma. Cette étude vise à apporter une réponse à cette question importante », a expliqué le Dr Michael Perkin, Service de recherche en matière d'allergies pédiatriques, King's College de Londres.

« Cette approche représente un virage à 180° pour les allergologues, qui défendaient vigoureusement l'introduction tardive de ces aliments dans les années 1990 », a observé le Prof. Hourihane.

Les deux études seront présentées à l'occasion du Congrès sur les allergies alimentaires et l'anaphylaxie - FAAM 2014, organisé par l'Académie européenne d'allergologie et immunologie clinique (EAACI),, qui rassemble plus de 500 chercheurs et cliniciens à Dublin à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 11 octobre.

RÉFÉRENCES  

  1. Lignes directrices EAACI (EAACI Guidelines). Food Allergy and Anaphylaxis (Allergies alimentaires et anaphylaxie).  Académie européenne d'allergologie et d'immunologie clinique (EAACI) 2014

Pour tout complément d'information sur le congrès FAAM 2014, veuillez consulter le site : http://www.eaaci-faam.org

Pour télécharger des ressources de presse : https://hkstrategies.egnyte.com/fl/fE7xJnh6Jq

Hill+Knowlton Strategies  

Ana Sánchez, +34-93-410-82-63, ana.sanchez@hkstrategies.com

 

LA

SOURCE EAACI - European Academy of Allergy and Clinical Immunology