Selon Chris Bellamy, professeur et grand spécialiste des affaires militaires russes, l'arrestation de 25 nationalistes ukrainiens par les forces de sécurité russes atteste de l'organisation d'une « opération asymétrique » à l'encontre de la Russie

07 Avril, 2014, 05:51 BST de The office of Ardafrevesh Kolah FCIPR

LONDRES, April 7, 2014 /PRNewswire/ --

Les tensions entre la Russie et l'Ukraine se sont considérablement intensifiées après que les forces de sécurité russes aient appréhendé et placé en détention 25 nationalistes ukrainiens soupçonnés de préparer des actes de sabotage, ainsi qu'une importante campagne de bombardements sur le territoire russe.

Le professeur Chris Bellamy, grand spécialiste des affaires militaires de la Russie et de l'ex-Union soviétique en charge de surveiller ces événements, a déclaré : « Il est possible que les ultranationalistes, dont le mouvement extrémiste "Secteur Droit" en Ukraine, aient saisi une occasion qui s'offrait pour tenter de déstabiliser la région suite au référendum en Crimée. De telles actions pourraient renforcer les tensions qui existent déjà entre l'OTAN, ses alliés et la Russie si ces factions continuent d'être soutenues et que de nouvelles tentatives de sabotage et d'attentat sont lancées à l'encontre de la Russie dans les régions de Rostov, Volgograd, Tver, Orel et Belgorod. »

D'après des faits rapportés dans les médias russes, le Bureau du Procureur général de la Russie a déjà inculpé in absentia le leader du mouvement « Secteur Droit », Dmitry Yarosh, pour des actes criminels, dont des projets d'actions terroristes et extrémistes sur le territoire russe. D'autres rapports précisent également que Dmitry Yarosh a contacté Doku Umarov, chef de groupes terroristes en Tchétchénie, afin de fournir des armes et des munitions aux groupes anti-russes en Ukraine.

« Cela m'étonnerait que de telles provocations obligent le gouvernement russe à attiser davantage une situation qui est déjà tendue dans la région. La Russie est confrontée depuis longtemps à des menaces terroristes ; menaces qui étaient jusqu'à présent principalement liées à la situation tchétchène. Néanmoins, les derniers événements sont préoccupants. »

« Étant donné l'asymétrie de la puissance militaire conventionnelle entre l'Ukraine et la Russie, il n'est pas du tout surprenant que des factions en Ukraine cherchent à entreprendre des actions (terroristes) asymétriques. »

« Ces événements soulignent le besoin urgent d'organiser une conférence internationale en faveur de la paix afin que toutes les parties sachent que la sécurité et l'intégrité de leur territoire sont reconnues par le droit international. Par ailleurs, en vue de satisfaire l'ensemble des parties, il est nécessaire que des mesures soient prises à court terme pour atténuer les tensions entre la Russie et l'Ukraine, évitant ainsi l'exacerbation des tensions par les groupes extrémistes », a constaté le professeur Bellamy.

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) se sont immédiatement distanciés de l'incursion terroriste en Russie, mais selon le professeur Bellamy, cette opération présentait les caractéristiques propres à une mission secrète.

« C'est dans l'intérêt de l'Ukraine de revendiquer que le pays se retrouve confronté à une attaque imminente de la part de la Russie et qu'il devra peut-être mener une guérilla. Ce dernier épisode est préoccupant car il montre comment les extrémistes peuvent peser sur les décisions militaires prises par les forces armées ukrainiennes avec peu de chance d'atteindre leurs objectifs », a affirmé le professeur Bellamy.

 

LA

SOURCE The office of Ardafrevesh Kolah FCIPR