Soins de santé personnalisés : panacée ou boîte de pandore ? Suivez des spécialistes internationaux débattre de l'impact de la génétique et des technologies numériques sur notre santé

13 Février , 2015, 13:34 GMT de Astellas Pharma EMEA

CHERTSEY, Angleterre, February 13, 2015 /PRNewswire/ --

 

L'ASTELLAS INNOVATION DEBATE™ 2015  

i-Gènes : ce que les révolutions en matière d'ADN et de données signifient pour notre santé  

Royal Institution of Great Britain, jeudi 29 janvier 2015, 18h30


Présidé par Jonathan Dimbleby

Conférencier : George Freeman, député, ministre des Sciences de la vie

Revoyez le débat sur l'innovation d'Astellas :  https://www.youtube.com/watch?v=3cgGwsuFuPQ

Jonathan Dimbleby a présidé le troisième débat annuel sur l'innovation d'Astellas : i-Gènes : ce que les révolutions en matière d'ADN et de données signifient pour notre santé, jeudi 29 janvier, à la Royal Institution of Great Britain.

     (Logo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20140522/689211 )

George Freeman, ministre des Sciences de la vie, a prononcé un discours d'ouverture en amont d'un débat entre le Dr Lee Hood, pionnier américain de la génétique, la baronne Helena Kennedy, conseillère de la Reine, militante des libertés civiles, le professeur Rolf Stahel, président de la Société européenne d'oncologie médicale, et le professeur Lionel Tarassenko, doyen du département d'ingénierie à l'université d'Oxford.

Lors du débat sur l'innovation d'Astellas, il a été question de l'impact sur la santé de deux bouleversements capitaux actuels en matière de science et de technologie - la révolution des données génétiques et leur compréhension, ainsi que l'explosion des technologies et appareils intelligents dans la pratique médicale et le secteur de la grande consommation.

Selon une étude réalisée à la demande d'Astellas Pharma EMEA avant le débat sur l'innovation d'Astellas :

  • Les deux tiers des Britanniques (66 %) se soumettraient volontiers à un test génétique visant à évaluer leur risque de développer des maladies si celui-ci était pris en charge par le régime de sécurité sociale britannique NHS[1]
  • 88 % des généralistes craignent que la masse des données et les « lectures à domicile » ne se traduisent par une hausse des demandes de rendez-vous de la part des « personnes bien portantes mais anxieuses »[2]
  • La plupart des personnes interrogées (59 %) sont ravies de consulter leur généraliste via une webcam[1]
  • Une entreprise sur quatre (24 %) inclurait volontiers des tests génétiques dans le programme de santé et de bien-être destiné à ses salariés si ceux-ci étaient abordables[3]

Ces conclusions ont alimenté un débat animé (voir la vidéo ici) couvrant des sujets aussi variés que :

  • Doit-on lire le génome de tous les enfants à leur naissance ?
  • La promesse d'une médecine personnalisée offrant des traitements adaptés au patrimoine génétique personnel des patients n'a-t-elle pas été surmédiatisée ?
  • Comment la connaissance du risque génétique de développer une maladie peut-elle offrir aux patients une meilleure prise sur leur vie, mais aussi créer une anxiété inutile ?
  • L'avenir des projets génétiques de grande envergure, tels que le 100,000 Genomes Project, et des tests génétiques proposés aux particuliers
  • Les parents ont-ils un droit de regard sur les données génétiques de leurs enfants ?
  • La génétique et la technologie vont-elles s'avérer coûteuses pour les services de santé ou leur permettre de réaliser des économies ?

« Ce débat, auquel ont participé d'excellents intervenants aux opinions extrêmement variées ainsi qu'un public très bien informé, s'est avéré passionnant. La génomique et les données jouent un rôle fondamental en médecine, notamment dans le contexte de fortes pressions auxquelles sont actuellement soumis les services de santé », a déclaré Jonathan Dimbleby, qui a présidé le débat sur l'innovation d'Astellas.

« Le débat s'est plus particulièrement concentré sur la façon dont il serait possible de trouver un juste équilibre entre le droit de chacun à rester maître des informations le concernant et la nécessité pour les services de santé d'arranger les choses en tirant profit de ce que les données peuvent apporter. »

« Chacun doit être associé à la réflexion sur ces problématiques.  Si la société ne cerne pas pleinement les implications de la révolution des données et de l'ADN, nous ne serons jamais en mesure de tirer parti de leur potentiel pour améliorer la santé. »

Références  

  1. Étude YouGov menée auprès de 2 000 Britanniques. Un travail sur le terrain a  été effectuée le 22 décembre 2014
  2. Étude Research Now réalisée auprès de 300 médecins généralistes. Un travail sur le terrain a été mené entre le 22 décembre 2014 et le 5 janvier 2015
  3. Étude YouGov menée auprès de 600 décideurs en entreprise au Royaume-Uni. Un travail sur le terrain a été réalisé entre les 5 et 8 janvier 2015

Vous pouvez revoir le débat sur l'innovation d'Astellas à l'adresse http://www.innovationdebate.com

Suivez le débat sur Twitter @AstellasINNOV8, #igenes

À propos de l'Astellas Innovation Debate  

Organisé et financé par Astellas Pharma EMEA, l'Astellas Innovation Debate explore le rôle de l'innovation dans la société moderne. Astellas est une société pharmaceutique qui repousse les frontières de la découverte scientifique pour mettre au point de nouveaux médicaments en s'appuyant sur les nouvelles connaissances acquises dans le but de développer des traitements qui soient les premiers et/ou les meilleurs de leur catégorie et de constituer une nouvelle référence en termes de soins pour les patients comme pour leurs médecins.

L'évènement de cette année, l'i-Gènes : ce que les révolutions en matière d'ADN et de données signifient pour notre santé (i-Genes: What the DNA and Data revolutions mean for our health), organisé à la Royal Institution of Great Britain le 29 janvier 2015, a réuni des personnalités influentes et éminentes du monde de la médecine et de la science, du droit et de la politique, pour aborder les grandes questions que soulèvent les innovations scientifiques d'aujourd'hui et de demain. L'objectif du débat sur l'innovation d'Astellas est d'examiner certains problèmes cruciaux, tirer des conclusions positives et faire avancer les choses.

Spécialistes des sciences, de la médecine, de l'industrie, et grand public, chacun était convié à participer au débat sur l'innovation d'Astellas diffusé en ligne afin de voir sa portée dépasser les murs de la Royal Institution of Great Britain.

Les débats précédents se sont concentrés sur l'innovation en période d'austérité, sur le soutien aux innovateurs de demain et sur les problèmes liés au vieillissement de la population.  Les panélistes, tels que les lauréats du Prix Nobel que sont le professeur André Geim et le Dr Elizabeth Blackburn, le professeur Brian Cox, Lord Robert Winston, le professeur John Appleby et le professeur Mariana Mazzucato, ont abordé certaines des réelles et graves difficultés liées à la science et à la découverte scientifique, en présentant des problèmes concrets et en tirant des conclusions claires.

À propos d'Astellas Pharma Europe Ltd.   

Opérant dans 40 pays à travers l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, Astellas Pharma Europe Ltd. est le pôle régional EMEA de la société Astellas Pharma Inc. basée à Tokyo.  Astellas est une société pharmaceutique qui a vocation à améliorer la santé de la population à travers le monde en proposant des produits pharmaceutiques innovants et fiables. L'organisation s'attache à fournir des services performants en matière de R&D et de marketing afin de poursuivre sa croissance sur le marché pharmaceutique mondial.  En Europe, Astellas possède également un site de recherche et développement et trois usines de production. L'entreprise emploie plus de 4 500 personnes dans toute la région EMEA. En 2013, Astellas a été nommée Société pharmaceutique de l'année par SCRIP, en reconnaissance de son succès commercial et du développement de son portefeuille de produits.

LA

SOURCE Astellas Pharma EMEA