Un dignitaire bouddhiste lance un appel pour le respect de la dignité de tous, la protection des réfugiés et des plus vulnérables

26 Janvier, 2016, 05:00 GMT de Soka Gakkai International

TOKYO, 26 janvier 2016 /PRNewswire/ -- Dans son la proposition annuel pour la paix publié le 26 janvier, intitulé « Le respect universel de la dignité humaine : Le grand chemin vers la paix », Daisaku Ikeda, le président de l'association bouddhiste Soka Gakkai International (SGI) lance un appel pour redoubler les efforts destinés à répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables de l'humanité, notamment les personnes déplacées par le conflit en Syrie et ailleurs ainsi que les victimes de catastrophes naturelles.

Ikeda se félicite de l'adoption des nouveaux objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU ainsi que leur objectif ambitieux de ne laisser personne derrière. Il salue le fait que le Programme pour le développement durable de 2030 inclut explicitement la protection de la dignité et des droits fondamentaux des personnes déplacées et des migrants internationaux.

Il appelle au redoublement de l'attention portée à la protection des enfants déracinés par des conflits et de leurs besoins éducatifs, ainsi qu'à l'aide supplémentaire apportée aux pays ayant accueilli un grand nombre de personnes fuyant les conflits armés et la persécution.

Ikeda a souligné que le dialogue est la clé de la véritable compréhension empathique qui mène à l'action. Faisant remarquer que « L'ironie des crises humanitaires est que plus la gravité de la situation des personnes est grande, moins ils sont entendus », il nous encourage à écouter la parole de ceux concernés, de nous concentrer sur leur dignité et potentiel intrinsèques plutôt que sur leur situation dramatique actuelle et de « remodeler la carte du monde dans nos cœurs ». Il souligne également que l'éducation sur les droits de l'homme est un outil essentiel pour surmonter le racisme et la discrimination.

En outre, Ikeda appelle à la coopération entre la Chine, le Japon et la Corée, qui à eux seuls sont responsables d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, pour la réduction de la pollution atmosphérique, la lutte contre le problème de la poussière et des tempêtes de sable et pour réaliser leurs objectifs respectifs fixés dans l'Accord de Paris.

Cette coopération pourrait également apaiser les tensions régionales et être la source « d'un legs inestimable d'amitié pour l'avenir ». Il souligne aussi que si les villes, qui représentent 75 pour cent des émissions mondiales de carbone, entament des actions visant le changement climatique, les citoyens locaux seront motivés et s'impliqueront.

Ikeda réitère l'importance de l'éducation et l'apprentissage comme un moyen d'habiliter les individus à développer des réponses proactives à ces problèmes apparemment insurmontables en puisant dans ce que Tsunesaburo Makiguchi, le fondateur de Soka Gakkai, nommait, « le courage de la diligence ».

Dans le domaine du désarmement, il exhorte les ministres des Affaires étrangères du G7, qui se rencontreront pour réunion à Hiroshima en avril, suite à l'essai nucléaire récent de la Corée du Nord, de discuter de l'impact humanitaire des armes nucléaires ainsi que de la non-prolifération et de la dénucléarisation de l'Asie du Nord.

Ikeda appelle également à la stricte réglementation du commerce des armes conventionnelles, dont les armes légères qui sont de facto des armes de destruction massive, et il propose que le Traité sur le commerce des armes, qui est récemment entrée en vigueur, soit renforcé à cette fin.

Il met en évidence les contradictions d'un monde où les engagements à des objectifs positifs pour le bien-être humain, tels que les ODD, sont contrecarrés par la possession d'armes nucléaires. Il souligne que même un échange nucléaire « limité » pourrait « vider le sens en un instant de toutes les initiatives de l'humanité pour résoudre les problèmes mondiaux ».

Ikeda demande aux pays qui n'ont pas encore ratifié le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICEN) de le faire afin que ce traité puisse finalement entrer en vigueur, et il offre des propositions au nouveau Groupe de travail à composition non limitée mis en place par l'Assemblée générale de l'ONU afin de mettre en place des mesures juridiques concrètes en vue de l'interdiction des armes nucléaires.

Il cite également des initiatives encourageantes, y compris le fait que plus de 120 États ont adopté l'Engagement humanitaire qui « stigmatise, interdit et élimine les armes nucléaires », ainsi que les demandes croissantes pour l'abolition des armes nucléaires dans la société civile. Il souligne les initiatives soutenues par le SGI impliquant des organisations confessionnelles et la jeunesse, y compris le Sommet International de la Jeunesse pour l'Abolition du Nucléaire qui s'est tenu à Hiroshima en août à 2015.

Daisaku Ikeda a présenté des propositions annuelles à la communauté internationale pour résoudre des problèmes mondiaux depuis 1983. Philosophe, écrivain et artisan de paix, il est le président de l'association bouddhiste Soka Gakkai International depuis 1975. Ses propositions de paix annuelles sont présentées le 26 janvier pour commémorer la fondation de la SGI. Consulter le site : www.daisakuikeda.org

Contact :
Joan Anderson
Bureau des informations pour le public
Soka Gakkai International
Tél. : +81-80-5957-4711
Télécopie : +81-3-5360-9885
Courrier électronique : anderson[at]soka.jp  

LA

SOURCE Soka Gakkai International