Un échange de créances permettra de financer la conservation marine dans les Seychelles

26 Février , 2015, 22:46 GMT de The Nature Conservancy

-- L'entente d'investissement entre The Nature Conservancy, le gouvernement des Seychelles et le Club de Paris est le premier du genre.

ARLINGTON, Virginie, 26 février 2015 /PRNewswire/ -- The Nature Conservancy, par l'entremise de sa division NatureVest, appuiera un échange de créances sans précédent entre le gouvernement des Seychelles et les créanciers du Club de Paris, dans la mesure où ce gouvernement prend l'engagement d'améliorer la conservation marine et l'adaptation climatique. The Nature Conservancy investira 23 millions $ en capitaux d'impact tout en amassant 8 millions $ supplémentaires en subventions, pour la première fois, afin de financer l'entente.

Les Seychelles regroupent 115 îles de bas relief situées dans le secteur occidental de l'océan Indien, ce qui rend son peuple et son économie particulièrement vulnérables aux menaces que représentent les changements climatiques.

Les titres de dette que les Seychelles rachèteront du Club de Paris et de l'Afrique du Sud à un prix inférieur à leurs valeurs nominales en vertu des termes d'une entente sans précédent conclue le 25 février 2015, à Paris, seront alors convertis en nouveaux titres de dette du gouvernement des Seychelles, lesquels seront émis à l'intention du SeyCCAT (Seychelles Conservation and Climate Adaptation Trust), qui sera bientôt créé. Sur une période de 20 ans, les produits de la dette serviront à :

  • Financer la conservation marine et l'adaptation climatique des Seychelles
  • Constituer un fonds de dotation pour financer les travaux futurs
  • Repayer les investisseurs d'impact

L'accord historique qui a été conclu entre les Seychelles et les créanciers du Club de Paris créera un programme de financement de 31 millions $ US qui profitera aux travaux essentiels de conversation marine dans les Seychelles. Il s'agit là des fruits de trois années d'étroite collaboration entre TNC, le gouvernement des Seychelles et son conseiller financier, White Oak Advisory.

L'entente de rachat des titres de dette que les Seychelles ont conclu avec le Club de Paris et l'Afrique du Sud est remarquable pour de nombreuses raisons, d'abord puisqu'il s'agit de la première fois que le Club de Paris appuie une opération de réaménagement de dette qui vient en aide à l'environnement, mais aussi parce que c'est la première fois qu'un créancier du sud (l'Afrique du Sud) prend part à une opération de rachat qui touche la dette d'un autre pays du sud. La participation du créancier dans cet accord est aussi la plus élevée jamais enregistrée dans le cadre d'une entente de rachat par l'entremise de l'espace commercial du Club de Paris. 

« Cette entente démontre l'extraordinaire potentiel d'investir avec impact dans la protection de la nature », a déclaré Mark Tercek, président et chef de la direction à The Nature Conservancy. « Nous sommes ravis de rassembler les créanciers du Club de Paris et le gouvernement des Seychelles grâce à NatureVest pour débloquer une importante source de capitaux voués aux efforts de conservation marine qui s'attaqueront aux changements climatiques. »

The Nature Conservancy a mis en œuvre l'échange de créances pour permettre aux Seychelles de rediriger une partie des sommes versées aux créanciers externes servant à rembourser leur dette vers un fond voué aux activités de conservation, notamment à la création et à la gestion de plus de 400 000 kilomètres carrés de nouvelles zones marines protégées (la deuxième plus vaste superficie dans l'océan Indien). L'accord porte sur les objectifs de conservation marine et d'adaptation climatique annoncés dans le cadre des quelque 20 rencontres qui ont eu lieu à Rio en 2012 sous le thème de « l'Économie bleue ».

James Michel, le président des Seychelles, a remercié tous les partenaires et les créanciers qui ont rendu possible cette entente et qui ont témoigné leur confiance envers son pays. Il a ajouté : « Même si nous sommes petits, nous pouvons faire une réelle différence. Une différence qui génère les retombées les plus avantageuses pour les Seychelles, et une différence qui fait office d'exemple en termes de développement durable, en termes d'innovation et en termes d'options pour les états insulaires de faible superficie. »

Avec NatureVest, The Nature Conservancy cherche à reprendre ce modèle pour aider d'autres petits pays insulaires à investir dans des efforts de conservation marine qui limiteront les risques et les coûts liés aux changements climatiques.

The Nature Conservancy a lancé sa stratégie sur les capitaux d'impact en 2010 avec l'appui de la Robertson Foundation, appui qui se poursuit à ce jour. L'organisme a aussi constitué un réseau mondial avec le soutien subséquent du Jeremy & Hannelore Grantham Environmental Trust. Au début de 2014, NatureVest a lancé, avec la commandite de départ de JP Morgan Chase & Co., un effort concerté pour modifier les façons d'investir dans la nature.

The Nature Conservancy est l'une des principales organisations de conservation de la nature qui travaille partout dans le monde pour protéger les terres et les eaux ayant une importance écologique pour la nature et les gens.  Jusqu'à présent, The Nature Conservancy et ses quelque un million de membres sont à l'origine de la protection de plus de 119 millions d'acres à l'échelle mondiale. Visitez le site Web de The Nature Conservancy à www.nature.org. 

LA

SOURCE The Nature Conservancy



Liens connexes

http://www.nature.org