Un leader bouddhiste appelle à redoubler d'efforts pour éradiquer la pauvreté de la surface de la planète et bannir les armes nucléaires à l'occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale

27 Janvier, 2015, 09:19 GMT de Soka Gakkai International

TOKYO, 26 janvier 2015 /PRNewswire/ -- Daisaku Ikeda, président de l'association bouddhiste Soka Gakkai International (SGI), a publié sa proposition de paix pour l'année 2015 : « Un engagement commun pour un futur plus humain : Éradiquer la misère de la surface de la planète ».

Dans sa proposition, Ikeda applaudit le caractère ambitieux des Objectifs de développement durable (ODD) proposés par les Nations Unies, qui appellent à mettre fin à la pauvreté « partout et sous toutes ses formes ». À l'occasion du 70e anniversaire de la création de l'ONU, il appelle à un retour à son esprit fondateur ainsi qu'à une collaboration accrue entre l'ONU et la société civile.

Pour pouvoir poser les fondations de l'élimination de la souffrance humaine engendrée par la pauvreté et les conflits, il insiste sur la nécessité d'une réhumanisation de la politique et de l'économie en s'appuyant sur la solidarité entre citoyens ordinaires, sur l'émancipation des personnes pour qu'elles puissent surmonter leur souffrance, sur l'élargissement de la sphère de nos amitiés et sur l'attention portée à autrui comme base pour construire la paix.

Ikeda formule des propositions spécifiques pour la protection des droits des personnes déplacées et des personnes vivant à l'extérieur de leur pays d'origine pour des raisons économiques. Il suggère l'intégration dans les ODD de la protection de la dignité et des droits de l'homme de ces personnes et appelle à une coopération régionale qui permette l'émancipation des personnes déplacées, en particulier dans la région Asie-Pacifique et au Moyen-Orient, en s'inspirant d'initiatives pionnières prises en Afrique de l'Ouest.

Concernant l'abolition des armes nucléaires, un thème récurrent des propositions d'Ikeda, ce dernier applaudit le fait qu'en octobre 2014, un total de 155 pays et territoires ont signé la Déclaration commune sur les incidences humanitaires des armes nucléaires. Plus de 80 % des états membres de l'ONU ont désormais clairement annoncé que les armes nucléaires ne devraient jamais être utilisées, et ce, quelles que soient les circonstances.

Ikeda affirme en outre qu'en dépit du gouffre qui semble important entre les états dotés de l'arme nucléaire et ceux appelant à leur abolition, il existe une volonté commune d'éviter les conséquences terrifiantes d'un recours aux armes nucléaires. Il exhorte les chefs de gouvernement à assister à la Conférence des Parties chargée d'examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2015 et les appelle à exprimer l'engagement de leurs gouvernements à éliminer le danger posé par les armes nucléaires.

La planification d'un Sommet mondial de la jeunesse pour l'abolition des armes nucléaires devant se tenir à Hiroshima au mois de septembre est en cours, à l'initiative de SGI et d'autres ONG. Ikeda espère qu'une déclaration de la jeunesse promettant de mettre un terme à l'ère nucléaire sera adoptée et que cela créera une dynamique qui appuiera la signature d'un traité d'interdiction des armes nucléaires.

Dans sa proposition, Ikeda appelle également à une plus grande coopération régionale et à des échanges plus nombreux entre jeunes, et exhorte plus particulièrement la Chine, la Corée du Sud et le Japon à s'associer pour créer un modèle régional pour une collaboration de ce type.

Il insiste par ailleurs sur l'importante d'une relance des sommets trilatéraux Chine-Corée-Japon et espère que les leaders de ces trois pays pourront marquer le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en s'engageant à ne plus jamais entrer en guerre et à entamer une coopération régionale pour appuyer les ODD.

Ikeda mentionne en outre que lors de la troisième Conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophe de l'ONU, qui se tiendra à Sendai, au Japon, au mois de mars, SGI organisera un atelier au cours duquel les représentants des trois pays discuteront d'une possible coopération régionale en matière de prévention des catastrophes, d'activités d'aide humanitaire et de reprise au lendemain d'une catastrophe.

Il espère également assister à la création d'un partenariat jeunesse Chine-Corée-Japon au travers duquel les jeunes pourront œuvrer ensemble à la réalisation des ODD et d'autres initiatives trilatérales.

Depuis 1983, le philosophe bouddhiste, auteur et artisan de la paix Daisaku Ikeda (1928 - ), président de l'organisation bouddhiste Soka Gakkai International (SGI), émet chaque année une proposition de paix offrant des moyens de relever les défis internationaux.

SGI fête cette année le 40e anniversaire de sa fondation, le 26 janvier 1975, à Guam. SGI relie désormais plus de 12 millions de personnes dans 192 pays et territoires à travers le monde qui pratiquent le bouddhisme Nichiren et qui s'impliquent au sein de leur communauté. Les activités de SGI visant à promouvoir la paix, la culture et l'éducation font partie intégrante de la tradition de longue date de l'humanisme bouddhiste.

Contact :

Joan Anderson
Bureau d'information publique
Soka Gakkai International
Tél. : +81-80-5957-4711
Fax : +81-3-5360-9885
Email : janderson[at]sgi.gr.jp

LA

SOURCE Soka Gakkai International