UN MILLIER DE PERSONNES DANS LA RUE CONTRE LES INTERNEMENTS ABUSIFS ET CONTRE LES ÉLECTROCHOCS

26 Juin, 2000, 09:00 BST de Commission des Citoyens pour les Droits

<div> <UL> <LI>Alors que l'Association Mondiale de Psychiatrie se r&amp;#233;unit &amp;#224; Paris </LI></LI></UL> <P> Paris - Environ un millier de membres et de sympathisants de la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme ont defil&amp;#233; samedi 24 Juin entre l'h&amp;#244;pital Saint Anne et le Minist&amp;#232;re de la Sant&amp;#233; pour protester contre la venue &amp;#224; Paris de l'Association Mondiale de Psychiatrie qui continue d'ignorer l'augmentation alarmante du nombre d'abus psychiatriques dans toute l'Europe, en particulier les internements sous contrainte et les traitements impos&amp;#233;s aux patients contre leur gr&amp;#233;. Par exemple, en France, le nombre d'internements a augment&amp;#233; de plus de 60% en 5 ans, ce qui en fait un pays ayant l'un des taux d'internement les plus &amp;#233;lev&amp;#233;s au monde (statistiques officielles). </P> <P> Pour illustrer ces abus, un acteur portant une camisole de force, enferm&amp;#233; dans une cage, appelait &amp;#224; l'aide alors qu'un autre acteur d&amp;#233;guis&amp;#233; en psychiatre le surveillait, tout en tenant encha&amp;#238;n&amp;#233;s 4 autres patients. Sur les c&amp;#244;t&amp;#233;s de la sc&amp;#232;ne, des banderoles annon&amp;#231;aient: &amp;quot;Internements psychiatriques, le prochain pourrait &amp;#234;tre vous.&amp;quot; </P> <P> Plus loin dans le cort&amp;#232;ge, plusieurs infirmiers psychiatriques maintenaient un patient allong&amp;#233; tandis qu'un troisi&amp;#232;me lui faisait subir un &amp;#233;lectrochoc. Le Pr&amp;#233;sident de la Commission des Citoyens pour les droits de l'Homme, Fr&amp;#233;d&amp;#233;ric Grossmann a d&amp;#233;clar&amp;#233; que l'on pouvait estimer &amp;#224; 30 000 le nombre de personnes recevant des &amp;#233;lectrochocs chaque ann&amp;#233;e en France, et ce nombre est &amp;#233;galement en augmentation. </P> <P> Plusieurs victimes ayant &amp;#233;t&amp;#233; marqu&amp;#233;es dans leur &amp;#226;me et dans leur chair par la brutalit&amp;#233; psychiatrique &amp;#233;taient pr&amp;#233;sentes, t&amp;#233;moignant des abus les plus horribles commis par des psychiatres au cours de ce si&amp;#232;cle. </P> <P> Derek Hutchinson est l'une des deux personnes ayant surv&amp;#233;cu &amp;#224; un type de lobotomie qui a tu&amp;#233; au moins 39 autres personnes. </P> <P> Mme Manthey, venue d'Allemagne, la seule rescap&amp;#233;e du center psychiatrique de Brandeburg Havel, fut intern&amp;#233;e &amp;#224; l'&amp;#226;ge de 7 ans parce que les psychiatres consid&amp;#233;raient qu'elle souffrait d'une maladie mentale h&amp;#233;rit&amp;#233;e de son p&amp;#232;re, &amp;#233;tiquet&amp;#233; &amp;quot;travailleur paresseux&amp;quot;. Madame Manthey r&amp;#233;ussit &amp;#224; survivre l&amp;#224; ou des milliers d'autres enfants furent tu&amp;#233;s, y compris sa propre soeur. Aussi incroyable que cela puisse para&amp;#238;tre, le dossier m&amp;#233;dical de Madame Manthey comporte toujours une mention concernant une pseudo-maladie h&amp;#233;rit&amp;#233;e de son p&amp;#232;re et dont ses enfants et petits-enfants souffriront &amp;#224; leur tour. Apr&amp;#232;s 10 ans de combat pour faire enlever cette mention frauduleuse, ayant notamment &amp;#233;crit &amp;#224; de multiples reprises &amp;#224; l'Association Allemande de Psychiatrie, la requ&amp;#234;te de Madame Mathey continue &amp;#224; &amp;#234;tre ignor&amp;#233;e. </P> <P> Claude M., intern&amp;#233; par sa femme, a pass&amp;#233; 3 mois dans un h&amp;#244;pital psychiatrique du Centre de la France, sans pouvoir communiquer avec l'ext&amp;#233;rieur. Ce n'est qu'apr&amp;#232;s avoir convaincu un cuisinier de l'h&amp;#244;pital de transmettre une lettre au Procureur de la R&amp;#233;publique, qu'il fut finalement rel&amp;#226;ch&amp;#233;. </P> <P> Alain D. s'est d&amp;#233;guis&amp;#233; en plombier pour entrer dans le service o&amp;#249; son fils &amp;#233;tait enferm&amp;#233; et r&amp;#233;ussir &amp;#224; le faire &amp;quot;&amp;#233;chapper&amp;quot;. Son aventure illustre parfaitement ce qu'est souvent la psychiatrie. </P> <P> Alors que l'Association Mondiale de Psychiatrie affirme que l'&amp;#233;thique est la pr&amp;#233;occupation principale des psychiatres, la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme ne voit aucune preuve que cette pr&amp;#233;occupation corresponde &amp;#224; la r&amp;#233;alit&amp;#233;. </P> <P> La Commission des Citoyens pour les droits de l'Homme soumettra au Pr&amp;#233;sident de l'Association Mondiale de Psychiatrie une requ&amp;#234;te Officielle lui demandant d'enqu&amp;#234;ter sur les violations des droits de l'homme perp&amp;#233;tr&amp;#233;es en Europe, en particulier sur l'usage r&amp;#233;p&amp;#233;t&amp;#233; et arbitraire des internements sous contrainte, en particulier en France. </P> </div> <div> <UL> <LI>Alors que l'Association Mondiale de Psychiatrie se r&amp;#233;unit &amp;#224; Paris </LI></LI></UL> <P> Paris - Environ un millier de membres et de sympathisants de la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme ont defil&amp;#233; samedi 24 Juin entre l'h&amp;#244;pital Saint Anne et le Minist&amp;#232;re de la Sant&amp;#233; pour protester contre la venue &amp;#224; Paris de l'Association Mondiale de Psychiatrie qui continue d'ignorer l'augmentation alarmante du nombre d'abus psychiatriques dans toute l'Europe, en particulier les internements sous contrainte et les traitements impos&amp;#233;s aux patients contre leur gr&amp;#233;. Par exemple, en France, le nombre d'internements a augment&amp;#233; de plus de 60% en 5 ans, ce qui en fait un pays ayant l'un des taux d'internement les plus &amp;#233;lev&amp;#233;s au monde (statistiques officielles). </P> <P> Pour illustrer ces abus, un acteur portant une camisole de force, enferm&amp;#233; dans une cage, appelait &amp;#224; l'aide alors qu'un autre acteur d&amp;#233;guis&amp;#233; en psychiatre le surveillait, tout en tenant encha&amp;#238;n&amp;#233;s 4 autres patients. Sur les c&amp;#244;t&amp;#233;s de la sc&amp;#232;ne, des banderoles annon&amp;#231;aient: &amp;quot;Internements psychiatriques, le prochain pourrait &amp;#234;tre vous.&amp;quot; </P> <P> Plus loin dans le cort&amp;#232;ge, plusieurs infirmiers psychiatriques maintenaient un patient allong&amp;#233; tandis qu'un troisi&amp;#232;me lui faisait subir un &amp;#233;lectrochoc. Le Pr&amp;#233;sident de la Commission des Citoyens pour les droits de l'Homme, Fr&amp;#233;d&amp;#233;ric Grossmann a d&amp;#233;clar&amp;#233; que l'on pouvait estimer &amp;#224; 30 000 le nombre de personnes recevant des &amp;#233;lectrochocs chaque ann&amp;#233;e en France, et ce nombre est &amp;#233;galement en augmentation. </P> <P> Plusieurs victimes ayant &amp;#233;t&amp;#233; marqu&amp;#233;es dans leur &amp;#226;me et dans leur chair par la brutalit&amp;#233; psychiatrique &amp;#233;taient pr&amp;#233;sentes, t&amp;#233;moignant des abus les plus horribles commis par des psychiatres au cours de ce si&amp;#232;cle. </P> <P> Derek Hutchinson est l'une des deux personnes ayant surv&amp;#233;cu &amp;#224; un type de lobotomie qui a tu&amp;#233; au moins 39 autres personnes. </P> <P> Mme Manthey, venue d'Allemagne, la seule rescap&amp;#233;e du center psychiatrique de Brandeburg Havel, fut intern&amp;#233;e &amp;#224; l'&amp;#226;ge de 7 ans parce que les psychiatres consid&amp;#233;raient qu'elle souffrait d'une maladie mentale h&amp;#233;rit&amp;#233;e de son p&amp;#232;re, &amp;#233;tiquet&amp;#233; &amp;quot;travailleur paresseux&amp;quot;. Madame Manthey r&amp;#233;ussit &amp;#224; survivre l&amp;#224; ou des milliers d'autres enfants furent tu&amp;#233;s, y compris sa propre soeur. Aussi incroyable que cela puisse para&amp;#238;tre, le dossier m&amp;#233;dical de Madame Manthey comporte toujours une mention concernant une pseudo-maladie h&amp;#233;rit&amp;#233;e de son p&amp;#232;re et dont ses enfants et petits-enfants souffriront &amp;#224; leur tour. Apr&amp;#232;s 10 ans de combat pour faire enlever cette mention frauduleuse, ayant notamment &amp;#233;crit &amp;#224; de multiples reprises &amp;#224; l'Association Allemande de Psychiatrie, la requ&amp;#234;te de Madame Mathey continue &amp;#224; &amp;#234;tre ignor&amp;#233;e. </P> <P> Claude M., intern&amp;#233; par sa femme, a pass&amp;#233; 3 mois dans un h&amp;#244;pital psychiatrique du Centre de la France, sans pouvoir communiquer avec l'ext&amp;#233;rieur. Ce n'est qu'apr&amp;#232;s avoir convaincu un cuisinier de l'h&amp;#244;pital de transmettre une lettre au Procureur de la R&amp;#233;publique, qu'il fut finalement rel&amp;#226;ch&amp;#233;. </P> <P> Alain D. s'est d&amp;#233;guis&amp;#233; en plombier pour entrer dans le service o&amp;#249; son fils &amp;#233;tait enferm&amp;#233; et r&amp;#233;ussir &amp;#224; le faire &amp;quot;&amp;#233;chapper&amp;quot;. Son aventure illustre parfaitement ce qu'est souvent la psychiatrie. </P> <P> Alors que l'Association Mondiale de Psychiatrie affirme que l'&amp;#233;thique est la pr&amp;#233;occupation principale des psychiatres, la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme ne voit aucune preuve que cette pr&amp;#233;occupation corresponde &amp;#224; la r&amp;#233;alit&amp;#233;. </P> <P> La Commission des Citoyens pour les droits de l'Homme soumettra au Pr&amp;#233;sident de l'Association Mondiale de Psychiatrie une requ&amp;#234;te Officielle lui demandant d'enqu&amp;#234;ter sur les violations des droits de l'homme perp&amp;#233;tr&amp;#233;es en Europe, en particulier sur l'usage r&amp;#233;p&amp;#233;t&amp;#233; et arbitraire des internements sous contrainte, en particulier en France. </P> </div>