Un test avancé de dépistage pour améliorer le taux de survie au cancer colorectal en Europe

04 Mars, 2015, 17:00 GMT de UEG

VIENNE, March 4, 2015 /PRNewswire/ --

Le cancer colorectal  (colorectal cancer - CRC) est le cancer gastro-intestinal le plus commun en Europe.  Il représente près de la moitié des malignités gastro-intestinales[1]  et selon les prévisions, son incidence annuelle va augmenter de 12 % d'ici 2020.[2]

En soutien au Colorectal Cancer Awareness Month, l'United European Gastroenterology (UEG) appelle les pays membres de l'Union européenne à évaluer des techniques avancées de dépistage, comme le test immunologique fécal (FIT) pour favoriser l'augmentation du taux de participation au dépistage et le taux de survie.  

Un FIT est plus avancé que le traditionnel test des trois échantillons de selles, tests du sang fécal occulte au gaïac (gFOBT). Il nécessite juste un simple échantillon qui permettra de vérifier la présence de sang, un indicateur possible d'adénomes ou CRC, avec un simple dispositif de prélèvement grâce auquel le taux de participation au dépistage a augmenté.[3]

     (Photo: http://photos.prnewswire.com/prnh/20150304/732575-INFO )

Plus important encore, un FIT apporte un avantage clinique conséquent grâce à sa meilleure technique analytique. La technique du FIT est plus sensible que celle du gFOBT et l'analyse spécifique pour l'hémoglobine détecte des saignements plus faibles et donc des cancers moins avancés, tout comme plus d'adénomes. Le nombre d'erreur de diagnostic est également réduit car il y a peu de risques d'importantes interférences dues à l'hémoglobine alimentaire présente dans les selles.[4]

« Un FIT propose une alternative intéressante au gFOBT en tant que procédure de dépistage de premier rang. Il sera également plus simple pour les Européens à risque d'être dépisté et permettra de s'assurer que le cancer colorectal soit détecté au plus rapidement. Cela permettra à des milliers de personnes de recevoir un traitement efficace », explique Monique van Leerdam, experte UEG au Netherlands Cancer Institute.

Bien qu'on estime qu'il tue plus de 500 Européens par jour, le cancer colorectal peut être traité s'il est dépisté tôt. Selon la récente UEG Survey of Digestive Health menée à travers à l'Europe[1], le taux de programmes de dépistage du cancer colorectal varie largement, allant de 15 faibles pour cent dans des régions de Pologne à un taux plus soutenu de 70 % en Finlande.  Cependant, le taux de dépistage à travers l'Europe reste dangereusement bas, avec un pourcentage d'adultes concernés dépistés bien en deçà des 65 % souhaités par la Commission européenne.

Références  

1. UEG Survey of Digestive Health across Europe. Partie un : 2014.

2. International Agency for Research on Cancer

3. Mosen DM, et al. Participant uptake of the FIT decreases with the two-sample. Eur J Cancer 2014

4. Allison JE, et al. Population screening for colorectal cancer means getting FIT

LA

SOURCE UEG