Un vaccin antipneumococcique conjugué réduit les infections infantiles de l'oreille causées par S. pneumoniae

08 Février , 2001, 02:30 GMT de National Institute Public Health Finland

  • Un vaccin éprouvé pour la prévention des maladies invasives pneumococciques fait révèle d'importants avantages additionnels

Helsinki, Finlande - Les résultats d'une étude, publiés dans la dernière édition du New England Journal of Medicine, révèlent qu'un vaccin antipneumococcique conjugué, heptavalent, destiné à la prévention des infections invasives pneumococciques graves, réduit également l'incidence d'otite moyenne infantile aigue (infection de l'oreille moyenne) causée par sept sérotypes de Streptococcus (S.) pneumoniae, bactérie la plus fréquemment responsable de cette maladie. L'étude a été réalisée par le National Public Health Institute of Finland (KTL).

Le vaccin a reçu une autorisation de mise en marché aux Etats-Unis en février 2000, et a récemment reçu une autorisation de mise en marché de la part de la Commission des Communautés européenne valide pour 15 pays de l'Union européenne pour la prévention des maladies invasives pneumococciques chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Lors de l'étude finlandaise, Prevenar, premier vaccin antipneumococcique conjugué, heptavalent, a été responsable d'une réduction de :

- 57 % des otites moyennes aigues causées par les sept sérotypes pneumococciques ciblés par le vaccin;

- 51 % des otites moyennes aigues causées par les sérotypes pneumococciques étroitement liés (même sérogroupe) à ceux ciblés par le vaccin;

- 34 % des otites moyennes aigues, tous sérotypes pneumococciques confondus;

- 16 % des otites moyennes récurrentes, et 6 % des otites moyennes aigues, toutes causes confondues.

"Les infections de l'oreille peuvent être débilitantes pour les nourrissons et les jeunes enfants et représenter une source de stress pour leurs parents", a déclaré la Dre Terhi Kilpi, scientifique rattachée au National Public Health Institute of Finland et l'une des chercheuses principales de l'étude. "Bon nombre de nourrissons et d'enfants en bas âge souffrent d'otites moyennes aigues à répétition, ce qui se traduit souvent par des consultations médicales fréquentes, des interventions chirurgicales et une augmentation des coûts liés à la santé."

Les infections de l'oreille comptent parmi les maladies pédiatriques les plus fréquentes et sont l'une des infections bactériennes infantiles les plus courantes, se produisant souvent au cours ds deux premières années de la vie. Les otites moyennes aigues à répétition peuvent conduire à des déficits auditifs et à des troubles du développement cognitif, de la parole et du langage. Dans de rares cas, l'otite moyenne non traitée peut comporter des complications telles que les infections de l'oreille interne ou de la partie du crâne située derrière l'oreille (mastoidite), la méningite ou la paralysie faciale.

"Parce que quelque 80 % des otites moyennes aigues pneumococciques sont causées par l'un des sérotypes entrant dans la composition de ce nouveau vaccin pneumococcique conjugué ou par un sérotype étroitement lié à ceux-ci, ce vaccin est prometteur en ce qui a trait à la prévention sécuritaire et efficace d'une proportion considérable des otites moyennes aigues causées par S. pneumoniae", a poursuivi la Dre Kilpi.

Cette étude d'efficacité randomisée et en double insu portait sur 1 662 enfants finlandais ayant reçu soit Prevenar, soit le vaccin témoin (hépatite B) à l'âge de deux, quatre, six et douze mois. Le diagnostic d'otite moyenne reposait sur des critères cliniques et a été confirmé par des cultures à partir du fluide de l'oreille moyenne. Les enfants ont été suivis jusqu'à l'âge de 24 mois. On a constaté 2 596 otites moyennes au cours de la période de suivi; de ce nombre, 685 étaient de nature pneumococcique, à savoir 414 dans le groupe témoin et 271 dans le groupe ayant reçu Prevenar. On a constaté 357 épisodes causés par un ou plusieurs des sept sérotypes entrant dans la composition du vaccin, à savoir 250 dans le groupe témoin et 107 dans le groupe ayant reçu Prevenar. Des 125 cas causés par des sérotypes étroitement liés à ceux entrant dans la composition du vaccin (même sérogroupe), 84 se sont produits dans le groupe témoin, contre 41 pour le groupe ayant reçu Prevenar.

Ce vaccin antipneumococcique conjugué, heptavalent, est connu aux Etats- Unis et au Canada sous le nom de Prevnar (vaccin conjugué, heptavalent (protéine diphtérique CRM197)) et sous le nom de Prevenar ailleurs dans le monde. Il s'agit du premier et de l'unique vaccin conjugué commercial à être indiqué chez les nourrissons et les enfants de moins de deux ans pour la prévention des maladies invasives pneumococciques causées par les sept sérotypes (4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F) de S. pneumoniae entrant dans la composition du vaccin. Même si l'on connaît jusqu'à maintenant plus de 90 différents sérotypes de S. pneumoniae, les sept sérotypes entrant dans la composition du vaccin couvrent de 71 à 86 pour cent des sérogroupes responsables des maladies pneumococciques invasives chez les enfants européens de moins de deux ans.(x) De surcroît, Prevenar pourrait aussi protéger les enfants contre les sérogroupes antibiorésistants de S. pneumoniae, les sept sérogroupes entrant dans la composition de Prevenar représentant quelque 80 pour cent des isolats bactériens antibiorésistants d'Europe.

Les infections pneumococciques (causées par la bactérie S. pneumoniae) vont des infections non invasives, telles que l'otite moyenne et la sinusite, jusqu'à la pneumonie, en passant par des maladies invasives extrêmement graves et potentiellement mortelles comme la bactériémie (infection du sang), la pneumonie bactériémique et la méningite.

Même si ce vaccin antipneumococcique conjugué, heptavalent devrait réduire l'incidence d'otites moyennes aigues chez les enfants, il ne pourra pas les éliminer, d'autres bactéries et virus étant également responsables de cette condition.

L'étude a été réalisée par le National Public Health Institute of Finland (KTL) et a reçu un financement partiel de la part de Wyeth Lederle Vaccines.

Le concept de KTL:

KTL cherche à favoriser une meilleure qualité de vie pour tous les individus. Afin de favoriser la prise de décision, KTL est responsable, en tant qu'organisme de recherche gouvernemental, de faire en sorte que les autorités, les spécialistes et les citoyens aient à leur portée les toutes dernières connaissances.

(x) La couverture des sérogroupes dépend de l'emplacement géographique.

LA

SOURCE National Institute Public Health Finland