Une enquête de la WDR remet en question la campagne anti-dopage mise en place par la Russie

03 Février , 2014, 18:06 GMT de WDR Westdeutscher Rundfunk

COLOGNE, Germany, February 3, 2014 /PRNewswire/ --

Apparition d'agents dopants inconnus, très efficaces et indétectables

Quelques jours avant l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, une enquête de la WDR a révélé des doutes sérieux sur la crédibilité de la campagne antidopage dans le pays hôte des Jeux olympiques. Dans le programme ARD Sports Show (diffusé le 2 février 2014 à 18h sur la chaîne ARD) et le reportage de la WDR « Sport Inside » (diffusé dans la soirée du 3 février 2014, à 22h55), des journalistes de la WDR présentent une rencontre avec un scientifique russe proposant des agents dopants jusqu'alors inconnus. Le personnel de renommée internationale de l'Académie des sciences de Russie, à Moscou, a proposé de vendre de la MGF pleine taille à des journalistes sous couverture. Une enquête est actuellement menée dans un centre de recherche sous contrat avec le gouvernement afin de définir ses effets biochimiques. Selon les scientifiques, ce composé est deux fois plus puissant que la MGF conventionnelle, et ne peut pas être détecté par les laboratoires.

Les études biochimiques initiales réalisées en Allemagne ont confirmé l'authenticité et la pureté du médicament. Le médicament est de la MGF pleine talle, qui n'a été testée que lors d'essais de phase I sur des animaux. Basé à Cologne, en Allemagne, Mario Thevis, expert en dopage du laboratoire de test accrédité par l'AMA de l'Université des sports d'Allemagne, pense que cette substance est susceptible d'être très demandée dans le milieu du dopage : « Elle est similaire au facteur de croissance IGF 1, et est classifiée comme très efficace », a déclaré M. Thevis à la WDR. Elle peut accélérer un renforcement musculaire intensif.

M. Thevis met en garde contre l'abus de ce médicament dans le domaine sportif. « Cette substance n'est pas approuvée cliniquement. Seuls quelques tests ont été menés à ce jour. Il est donc impossible d'en estimer les risques pour la santé humaine. »

Selon la WDR, la MGF pleine taille ne peut pas être détectée dans les procédures analytiques actuelles. Par conséquent, il sera impossible de la déceler dans les laboratoires de Sotchi pour le lancement des Jeux olympiques cette semaine. Cela a été confirmé par le directeur des laboratoires de dépistage de Sotchi, Grigory Rodchenkov, auprès de la WDR.

David Howman, directeur général de l'Agence mondiale antidopage (AMA), a été horrifié par l'enquête de la WDR, et ne pense pas que les Jeux olympiques russes auront lieu sans dopage. « Il serait naïf de croire qu'aucun athlète de Sotchi n'a été dopé. Beaucoup pensent que la substance qu'ils prennent est indétectable. » M. Howman considère comme criminelle l'approche adoptée par le chercheur de l'Académie des sciences de Russie : « Il est choquant qu'un scientifique propose des substances n'ayant jamais été testées sur des personnes. Les athlètes servent de cobayes », a-t-il déclaré à la WDR.

Le CIO prévoit de prélever 2 453 échantillons de contrôle du dopage à Sotchi lors des Jeux olympiques d'hiver, soit plus que jamais auparavant. Thomas Bach, président du CIO, a qualifié cette opération de « campagne antidopage la plus rigoureuse de l'histoire des Jeux olympiques ». Des échantillons A positifs ont été décelés chez deux athlètes russes, dont Irina Starych, n° 6 mondiale, au début de la semaine.

Rédacteur : Jochen Leufgens, auteur : Hajo Seppelt

Renseignements complémentaires :

Annika Hoffmann, Service de presse et d'information de la WDR, +49-221-220-7100, annika.hoffmann@wdr.de

http://presse.wdr.de 

LA

SOURCE WDR Westdeutscher Rundfunk