UNE NOUVELLE ÉTUDE DÉMONTRE QU'UN TRAITEMENT IMMUNO-STIMULATEUR DIMINUE LES INFECTION ET ÉCOURTE DE PRÈS DE TROIS JOURS LES SÉJOURS À L'HÔPITAL DES MALADES EN PHASE

23 Décembre , 1999, 00:01 GMT de Society For Critical Care Medicine

<div> <UL> <LI>Les r&amp;#233;sultats de l'&amp;#233;tude appuient une recommandation de niveau 1 </UL> <P> Anaheim, Californie - Pour les malades en phase critique ayant subi un traumatisme, une septic&amp;#233;mie ou une intervention chirurgicale majeure, les suppl&amp;#233;ments administr&amp;#233;s &amp;#224; l'aide d'une sonde (alimentation ent&amp;#233;rale), sp&amp;#233;cialement con&amp;#231;us pour stimuler le syst&amp;#232;me immunitaire (traitement immuno-stimulateur), diminuent consid&amp;#233;rablement les taux d'infection et &amp;#233;courtent de presque trois jours les s&amp;#233;jours &amp;#224; l'h&amp;#244;pital. Ces r&amp;#233;sultats ont &amp;#233;t&amp;#233; d&amp;#233;gag&amp;#233;s par une nouvelle &amp;#233;tude publi&amp;#233;e dans le num&amp;#233;ro de d&amp;#233;cembre de la revue Critical Care Medicine.(1) </P> <P> Lorsque les malades subissent un traumatisme, une intervention chirurgicale majeure ou une septic&amp;#233;mie (pr&amp;#233;sence d'organismes pathog&amp;#232;nes ou de leurs toxines dans le sang et les tissus), leurs syst&amp;#232;mes immunitaires deviennent affaiblis et ils risquent davantage de subir des infections de la plaie, de la poitrine ou de la peau). Ces infections m&amp;#232;nent souvent &amp;#224; une insuffisance organique g&amp;#233;n&amp;#233;ralis&amp;#233;e et, dans certains cas, &amp;#224; la mort. Il est souvent n&amp;#233;cessaire d'avoir recours &amp;#224; un ventilateur pour aider les malades en phase critique &amp;#224; respirer, mais l'usage de cet appareil pose certains risques, notamment de pneumonie et de septic&amp;#233;mie. En fait, environ deux millions d'Am&amp;#233;ricains admis dans les h&amp;#244;pitaux chaque ann&amp;#233;e y attrapent des infections et le co&amp;#251;t des traitements s'&amp;#233;l&amp;#232;ve &amp;#224; 4,5 milliards de dollars annuellement, selon le U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Ce dernier rapporte que 20 000 personnes meurent chaque ann&amp;#233;e par suite de ces infections d'origine hospitali&amp;#232;re.(2) </P> <P> &amp;#171;Tous les malades en phase critique aptes &amp;#224; &amp;#234;tre aliment&amp;#233;s par voie ent&amp;#233;rale pourraient &amp;#233;ventuellement b&amp;#233;n&amp;#233;ficier de l'administration de suppl&amp;#233;ments immuno-stimulateurs au moyen de l'alimentation ent&amp;#233;rale&amp;#187;, a d&amp;#233;clar&amp;#233; M. Richard Beale, M.D., du service de soins intensifs du Guy's and St. Thomas' Hospital Trust, de Londres, au R.-U., co-auteur de l'&amp;#233;tude. &amp;#171;Notre analyse syst&amp;#233;matique renforce &amp;#233;galement les conclusions d'une analyse r&amp;#233;cente(3) selon laquelle l'utilisation des formules immuno-stimulatrices repr&amp;#233;sente une recommandation de niveau 1.&amp;#187; </P> <P> Le niveau 1 repr&amp;#233;sente le classement le plus &amp;#233;lev&amp;#233; des recommandations ax&amp;#233;es sur la &amp;#171;solidit&amp;#233; de la preuve&amp;#187;, en fonction d'une m&amp;#233;thode utilis&amp;#233;e par l'Agency for Health Care Policy Research, Department of Health and Human Services des &amp;#201;tats-Unis et codifi&amp;#233;e par l'American Society of Parenteral and Enteral Nutrition.(4) Toute recommandation de niveau 1 exige des preuves obtenues &amp;#224; partir d'une m&amp;#233;ta-analyse d'essais cliniques multiples, randomis&amp;#233;s et contr&amp;#244;l&amp;#233;s. </P> <P> Dans le cas des malades qui ont re&amp;#231;u un traitement immuno-stimulateur, les r&amp;#233;sultats ont fait &amp;#233;tat de r&amp;#233;ductions importantes des &amp;#233;pisodes d'infection (risque relatif = 0,67, p=0,006), du nombre de jours d'utilisation du ventilateur (2,6 jours, p=0,4) et du s&amp;#233;jour &amp;#224; l'h&amp;#244;pital (2,9 jours, p=0,0002), comparativement aux malades auxquels on a administr&amp;#233; des formules standard &amp;#224; l'aide d'une sonde. Les bienfaits du traitement immuno-stimulateur &amp;#233;taient plus prononc&amp;#233;s parmi les patients du service de chirurgie, bien que tous les groupes en aient profit&amp;#233;. L'&amp;#233;tude n'a d&amp;#233;gag&amp;#233; aucun signe d'effet ind&amp;#233;sirable d&amp;#251; au traitement immuno-stimulateur. </P> <P> &amp;#192; propos de l'&amp;#233;tude </P> <P> L'&amp;#233;tude, une m&amp;#233;ta-analyse, portait sur l'examen statistique de donn&amp;#233;es provenant de 12 essais randomis&amp;#233;s, contr&amp;#244;l&amp;#233;s auxquels ont particip&amp;#233; 1 482 malades &amp;#233;tudi&amp;#233;s en fonction d'une analyse des sujets retenus au d&amp;#233;but de l'essai clinique (malades participant &amp;#224; l'essai randomis&amp;#233;s et admissibles &amp;#224; l'&amp;#233;tude quelles que soient les consid&amp;#233;rations relatives &amp;#224; la dur&amp;#233;e, &amp;#224; la formule ent&amp;#233;rale et au succ&amp;#232;s protocolaire). Les essais, men&amp;#233;s dans des centres m&amp;#233;dicaux situ&amp;#233;s aux &amp;#201;tats-Unis et en Europe, ont compar&amp;#233; des malades recevant une alimentation ent&amp;#233;rale standard &amp;#224; des patients ayant re&amp;#231;u des traitements immuno-stimulateurs disponibles dans le commerce renfermant de l'arginine et de la glutamine (aminoacides naturels), des nucl&amp;#233;otides (pr&amp;#233;sents dans la levure) et des acides gras om&amp;#233;ga-3 (pr&amp;#233;sents dans l'huile de poisson). </P> <P> La formule immuno-stimulatrice, ImpactMD (Novartis Consumer Health, Nyon, Suisse), renfermant de l'arginine, des nucl&amp;#233;otides et des acides gras om&amp;#233;ga-3), a &amp;#233;t&amp;#233; utilis&amp;#233;e dans le cadre de 10 des 12 essais. Tous les malades ont &amp;#233;t&amp;#233; aliment&amp;#233;s &amp;#224; l'aide d'une sonde (naso-ent&amp;#233;rique ou j&amp;#233;junostomie). </P> <P> &amp;#171;Notre &amp;#233;tude d&amp;#233;montre que l'immunonutrition peut contribuer de fa&amp;#231;on majeure &amp;#224; la r&amp;#233;duction des infections et &amp;#224; la diminution des s&amp;#233;jours &amp;#224; l'h&amp;#244;pital des malades en phase critique. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour toutes les personnes qui sont appel&amp;#233;es &amp;#224; prendre soin de cet important groupe de patients, et les r&amp;#233;sultats ont des retomb&amp;#233;es significatives pour les services de soins intensifs des h&amp;#244;pitaux&amp;#187;, a d&amp;#233;clar&amp;#233; le Dr Beale. </P> <P> R&amp;#233;f&amp;#233;rences </P> <P> 1) Beale RJ, Bryg DJ, Bihari DJ. Immunonutrition in the critically ill: a systematic review on clinical outcome. Critical Care Medicine. Vol. 27, D&amp;#233;cembre (No. 12), 2799-2805, 1999. </P> <P> 2) Public health focus: surveillance, prevention, and control of noscomial infections. MMWR, U.S. Centers for Disease Control and Prevention. Vol. 41, 23 octobre (No. 42); 783-787, 1992. </P> <P> 3) Zaloga GP. Immune-enhancing enteral diets; where's the beef? Critical Care Medicine. Vol. 26, Juillet (No. 7); 1143-1146, 1998. </P> <P> 4) Guidelines for the use of parenteral and enteral nutrition in adult and pediatric patients. Journal of Parenteral &amp;amp; Enteral Nutrition. Vol. 17, Suppl&amp;#233;ment (No. 4), 1SA-4SA, 1993. </P> </div> <div> <UL> <LI>Les r&amp;#233;sultats de l'&amp;#233;tude appuient une recommandation de niveau 1 </UL> <P> Anaheim, Californie - Pour les malades en phase critique ayant subi un traumatisme, une septic&amp;#233;mie ou une intervention chirurgicale majeure, les suppl&amp;#233;ments administr&amp;#233;s &amp;#224; l'aide d'une sonde (alimentation ent&amp;#233;rale), sp&amp;#233;cialement con&amp;#231;us pour stimuler le syst&amp;#232;me immunitaire (traitement immuno-stimulateur), diminuent consid&amp;#233;rablement les taux d'infection et &amp;#233;courtent de presque trois jours les s&amp;#233;jours &amp;#224; l'h&amp;#244;pital. Ces r&amp;#233;sultats ont &amp;#233;t&amp;#233; d&amp;#233;gag&amp;#233;s par une nouvelle &amp;#233;tude publi&amp;#233;e dans le num&amp;#233;ro de d&amp;#233;cembre de la revue Critical Care Medicine.(1) </P> <P> Lorsque les malades subissent un traumatisme, une intervention chirurgicale majeure ou une septic&amp;#233;mie (pr&amp;#233;sence d'organismes pathog&amp;#232;nes ou de leurs toxines dans le sang et les tissus), leurs syst&amp;#232;mes immunitaires deviennent affaiblis et ils risquent davantage de subir des infections de la plaie, de la poitrine ou de la peau). Ces infections m&amp;#232;nent souvent &amp;#224; une insuffisance organique g&amp;#233;n&amp;#233;ralis&amp;#233;e et, dans certains cas, &amp;#224; la mort. Il est souvent n&amp;#233;cessaire d'avoir recours &amp;#224; un ventilateur pour aider les malades en phase critique &amp;#224; respirer, mais l'usage de cet appareil pose certains risques, notamment de pneumonie et de septic&amp;#233;mie. En fait, environ deux millions d'Am&amp;#233;ricains admis dans les h&amp;#244;pitaux chaque ann&amp;#233;e y attrapent des infections et le co&amp;#251;t des traitements s'&amp;#233;l&amp;#232;ve &amp;#224; 4,5 milliards de dollars annuellement, selon le U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Ce dernier rapporte que 20 000 personnes meurent chaque ann&amp;#233;e par suite de ces infections d'origine hospitali&amp;#232;re.(2) </P> <P> &amp;#171;Tous les malades en phase critique aptes &amp;#224; &amp;#234;tre aliment&amp;#233;s par voie ent&amp;#233;rale pourraient &amp;#233;ventuellement b&amp;#233;n&amp;#233;ficier de l'administration de suppl&amp;#233;ments immuno-stimulateurs au moyen de l'alimentation ent&amp;#233;rale&amp;#187;, a d&amp;#233;clar&amp;#233; M. Richard Beale, M.D., du service de soins intensifs du Guy's and St. Thomas' Hospital Trust, de Londres, au R.-U., co-auteur de l'&amp;#233;tude. &amp;#171;Notre analyse syst&amp;#233;matique renforce &amp;#233;galement les conclusions d'une analyse r&amp;#233;cente(3) selon laquelle l'utilisation des formules immuno-stimulatrices repr&amp;#233;sente une recommandation de niveau 1.&amp;#187; </P> <P> Le niveau 1 repr&amp;#233;sente le classement le plus &amp;#233;lev&amp;#233; des recommandations ax&amp;#233;es sur la &amp;#171;solidit&amp;#233; de la preuve&amp;#187;, en fonction d'une m&amp;#233;thode utilis&amp;#233;e par l'Agency for Health Care Policy Research, Department of Health and Human Services des &amp;#201;tats-Unis et codifi&amp;#233;e par l'American Society of Parenteral and Enteral Nutrition.(4) Toute recommandation de niveau 1 exige des preuves obtenues &amp;#224; partir d'une m&amp;#233;ta-analyse d'essais cliniques multiples, randomis&amp;#233;s et contr&amp;#244;l&amp;#233;s. </P> <P> Dans le cas des malades qui ont re&amp;#231;u un traitement immuno-stimulateur, les r&amp;#233;sultats ont fait &amp;#233;tat de r&amp;#233;ductions importantes des &amp;#233;pisodes d'infection (risque relatif = 0,67, p=0,006), du nombre de jours d'utilisation du ventilateur (2,6 jours, p=0,4) et du s&amp;#233;jour &amp;#224; l'h&amp;#244;pital (2,9 jours, p=0,0002), comparativement aux malades auxquels on a administr&amp;#233; des formules standard &amp;#224; l'aide d'une sonde. Les bienfaits du traitement immuno-stimulateur &amp;#233;taient plus prononc&amp;#233;s parmi les patients du service de chirurgie, bien que tous les groupes en aient profit&amp;#233;. L'&amp;#233;tude n'a d&amp;#233;gag&amp;#233; aucun signe d'effet ind&amp;#233;sirable d&amp;#251; au traitement immuno-stimulateur. </P> <P> &amp;#192; propos de l'&amp;#233;tude </P> <P> L'&amp;#233;tude, une m&amp;#233;ta-analyse, portait sur l'examen statistique de donn&amp;#233;es provenant de 12 essais randomis&amp;#233;s, contr&amp;#244;l&amp;#233;s auxquels ont particip&amp;#233; 1 482 malades &amp;#233;tudi&amp;#233;s en fonction d'une analyse des sujets retenus au d&amp;#233;but de l'essai clinique (malades participant &amp;#224; l'essai randomis&amp;#233;s et admissibles &amp;#224; l'&amp;#233;tude quelles que soient les consid&amp;#233;rations relatives &amp;#224; la dur&amp;#233;e, &amp;#224; la formule ent&amp;#233;rale et au succ&amp;#232;s protocolaire). Les essais, men&amp;#233;s dans des centres m&amp;#233;dicaux situ&amp;#233;s aux &amp;#201;tats-Unis et en Europe, ont compar&amp;#233; des malades recevant une alimentation ent&amp;#233;rale standard &amp;#224; des patients ayant re&amp;#231;u des traitements immuno-stimulateurs disponibles dans le commerce renfermant de l'arginine et de la glutamine (aminoacides naturels), des nucl&amp;#233;otides (pr&amp;#233;sents dans la levure) et des acides gras om&amp;#233;ga-3 (pr&amp;#233;sents dans l'huile de poisson). </P> <P> La formule immuno-stimulatrice, ImpactMD (Novartis Consumer Health, Nyon, Suisse), renfermant de l'arginine, des nucl&amp;#233;otides et des acides gras om&amp;#233;ga-3), a &amp;#233;t&amp;#233; utilis&amp;#233;e dans le cadre de 10 des 12 essais. Tous les malades ont &amp;#233;t&amp;#233; aliment&amp;#233;s &amp;#224; l'aide d'une sonde (naso-ent&amp;#233;rique ou j&amp;#233;junostomie). </P> <P> &amp;#171;Notre &amp;#233;tude d&amp;#233;montre que l'immunonutrition peut contribuer de fa&amp;#231;on majeure &amp;#224; la r&amp;#233;duction des infections et &amp;#224; la diminution des s&amp;#233;jours &amp;#224; l'h&amp;#244;pital des malades en phase critique. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour toutes les personnes qui sont appel&amp;#233;es &amp;#224; prendre soin de cet important groupe de patients, et les r&amp;#233;sultats ont des retomb&amp;#233;es significatives pour les services de soins intensifs des h&amp;#244;pitaux&amp;#187;, a d&amp;#233;clar&amp;#233; le Dr Beale. </P> <P> R&amp;#233;f&amp;#233;rences </P> <P> 1) Beale RJ, Bryg DJ, Bihari DJ. Immunonutrition in the critically ill: a systematic review on clinical outcome. Critical Care Medicine. Vol. 27, D&amp;#233;cembre (No. 12), 2799-2805, 1999. </P> <P> 2) Public health focus: surveillance, prevention, and control of noscomial infections. MMWR, U.S. Centers for Disease Control and Prevention. Vol. 41, 23 octobre (No. 42); 783-787, 1992. </P> <P> 3) Zaloga GP. Immune-enhancing enteral diets; where's the beef? Critical Care Medicine. Vol. 26, Juillet (No. 7); 1143-1146, 1998. </P> <P> 4) Guidelines for the use of parenteral and enteral nutrition in adult and pediatric patients. Journal of Parenteral &amp;amp; Enteral Nutrition. Vol. 17, Suppl&amp;#233;ment (No. 4), 1SA-4SA, 1993. </P> </div>