Une recherche présentée lors du Congrès sur le cancer du sein de San Antonio vise à frapper au cœur des cellules souches du cancer.

10 Décembre , 2015, 15:39 GMT de Dompe

L'étude fRida ouvre une voie vers un possible traitement du cancer du sein triple négatif

- L'étude fRida, un essai multicentrique de phase II visant à évaluer l'innocuité et l'efficacité du reparixin, un médicament expérimental, en combinaison avec la chimiothérapie dans des tumeurs métastasiques et impliquant 65 centres dans 7 pays, a été présentée lors du Congrès sur le cancer du sein de San Antonio.

- Le médicament expérimental, fruit de la recherche de Dompe, vise à agir directement sur le microenvironnement où les cellules souches du cancer prolifèrent, et à empêcher la réplication et la différentiation.

- Une voie est désormais ouverte vers une possible option thérapeutique pour ce type de cancer, qui est généralement traité avec la seule chimiothérapie en raison de son manque de sensibilité aux thérapies ciblées disponibles.

SAN ANTONIO, 10 décembre 2015 /PRNewswire/ -- À l'ère des thérapies ciblées, conçues dans un but thérapeutique spécifique, l'oncologie médicale est confrontée au besoin de trouver de nouvelles façons de lutter contre ces formes de cancer qui se caractérisent par la présence de cellules sans marqueurs spécifiques à utiliser comme cibles pour l'action des médicaments. Dans cette optique, la recherche italienne vise à ouvrir une voie innovante pour le cancer du sein triple négatif, qui représente environ 15 pour cent1 de tous les cas de cancer du sein. L'objectif de cette approche est d'agir sur le microenvironnement dans lequel les cellules souches tumorales se reproduisent, devenant ainsi la cible potentielle de traitements actuellement à l'étude.

Après les observations initiales sur l'innocuité et la tolérance, le traitement combiné d'un médicament de chimiothérapie (paclitaxel) et du médicament expérimental, le reparixin - produit de la recherche de Dompe, une société biopharmaceutique italienne - est actuellement évalué dans le cadre de l'essai clinique fRida, une étude de phase II, multicentrique, randomisée , en double aveugle et contrôlée par un placebo, conçue pour comparer le traitement combinant le paclitaxel et le reparixin avec la seule utilisation du médicament de chimiothérapie. L'étude est présentée à l'occasion du 38e Congrès sur le cancer du sein de San Antonio, qui se déroule actuellement aux États-Unis.

« Il existe des preuves expérimentales et cliniques de la capacité des cellules souches cancéreuses à se régénérer dans le temps, ce qui entraîne une récidive du cancer et facilite l'apparition de métastases », a déclaré Jenny Chang, docteur en médecine, directrice du Houston Methodist Cancer Center, qui s'investit depuis un certain temps dans l'enquête sur l'utilisation du reparixin, à la fois dans des études précliniques et des essais cliniques. « Une étude précédente de phase Ib menée sur des patientes atteintes d'un cancer du sein métastatique a été lancée et terminée, et a fourni des données2 qui ont apporté une nouvelle preuve de l'hypothèse de travail et surtout du possible mécanisme d'action du reparixin dans le traitement de ces cancers, qui manquent actuellement d'un traitement ciblé. »

L'essai fRida, qui implique 65 centres dans 7 pays entre l'Europe et les États-Unis, prévoit le recrutement de patientes atteintes d'un cancer du sein métastatique triple négatif, et divisées en deux groupes : le traitement avec le paclitaxel (80 mg/m2) une fois par semaine pendant deux semaines (trois administrations) est associé au reparixin dans un groupe, et avec un placebo, 1 200 mg, administré trois fois par jour pendant 21 jours d'affilée, dans le groupe témoin. Après une semaine sans traitement, la thérapie combinée est reprise au début de la 5e semaine. La progression de la maladie est évaluée toutes les huit semaines. Les patientes seront ensuite suivies pendant 12 mois après la fin du traitement. L'objectif principal de l'étude est d'évaluer la survie sans progression (PFS selon l'anglais). Les objectifs secondaires sont la mesure de la PFS médiane, la survie globale et les taux de réponse objective à la thérapie combinée, en plus de l'innocuité.

« La chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie sont les seuls traitements pour cette forme de cancer. Cependant, il a été observé que la chimiothérapie semble favoriser la propagation de cellules souches cancéreuses, avec une apparition significative de métastases et de rechutes après le traitement », a déclaré le Dr Chang. « C'est pourquoi nous évaluons attentivement le rôle du reparixin, qui vise à cibler les cellules souches cancéreuses. »

Le mécanisme d'action du reparixin vise à frapper directement l'une des « cibles » considérée responsable du développement et de la survie des cellules souches cancéreuses dans les traitements traditionnels : l'interleukine 8 (IL-8 ou CXCL8). La molécule s'est avérée être un inhibiteur spécifique des récepteurs de la CXCL8, une chimiokine impliquée dans l'inflammation. « Cette étude est une étape importante dans le développement du reparixin, un médicament expérimental développé par nos chercheurs, et qui offre une solution potentielle à tous ces patients confrontés de nos jours à cette maladie sans thérapie ciblée », a déclaré Eugenio Aringhieri, président directeur-général de Dompe. « Fournir des solutions pour des besoins de santé insatisfaits grâce à l'innovation est notre mission chez Dompe. Nous espérons que les résultats de l'essai fRida vont pouvoir représenter une avancée significative dans la lutte contre le cancer du sein métastatique triple négatif. »

À propos de Dompe
Dompe est l'une des principales entreprises biopharmaceutiques italiennes, et elle est spécialisée dans le développement de solutions pharmaceutiques novatrices pour les maladies à impact social élevé, souvent incurables. Dompe, dont le siège social est à Milan, concentre ses efforts de recherche dans des domaines dont les besoins médicaux sont encore insatisfaits tels que le diabète, les greffes d'organes, l'ophtalmologie et l'oncologie. Le centre industriel de L'Aquila (région des Abruzzes) héberge une usine biotechnologique connue dans le monde entier pour son excellence, et développe des médicaments destinés aux soins primordiaux de santé pour les marchés d'une quarantaine de pays à l'échelle du globe. En 2014, Dompe a ouvert des bureaux à New York, puis à Tirana et à Barcelone en 2015.

Pour de plus amples informations, veuillez visiter : www.dompe.com et www.dompetrials.com

Énoncés prospectifs
Le présent communiqué de presse fait référence à certaines informations susceptibles de ne pas coïncider avec les résultats futurs attendus. Dompe croit fermement dans la justesse et le caractère raisonnable des concepts exprimés. Toutefois, certaines de ces informations sont soumises à un certain degré d'indétermination liée à ses activités de recherche et de développement et aux vérifications nécessaires que les organismes de réglementation doivent effectuer. Par conséquent, au jour d'aujourd'hui, Dompe ne peut pas garantir que les résultats attendus seront en adéquation avec les informations fournies ci-dessus.

1 William D. Foulkes, Ian E. Smith, Jorge S. Reis-Filho, Triple-Negative Breast Cancer (cancer du sein triple négatif), N Engl J Med 2010 ; 363 :1938-1948

2 Dans une étude de phase Ib récemment menée à terme sur des patientes atteintes de cancer du sein métastatique, la combinaison du reparixin et du paclitaxel (un agent chimiothérapique largement utilisé) a entraîné une faible incidence et une faible gravité des effets indésirables, ainsi qu'un taux et un temps de réponse à la progression assez importants.

LA

SOURCE Dompe



Liens connexes

http://www.dompe.com