Une thérapie à long terme au REMINYL(MD) ( galantamine ) pourrait être associée à un risque réduit d'institutionnalisation pour des patients atteints de démence

09 Novembre, 2004, 19:56 GMT de Johnson & Johnson Pharmaceutical Services

BRUXELLES, Belgique, November 9 /PRNewswire/ -- Des patients atteints de démence qui suivent une thérapie à long terme au REMINYL ( plus de 36 mois ) pourraient avoir la possibilité de rester à la maison plus longtemps, par rapport à ceux qui reçoivent un traitement pour des périodes plus courtes. On a présenté les résultats de cette étude rétrospective lors d'un congrès international récent ( 1 ).

Un total de 596 patients, de sept pays ( Canada, Danemark, Finlande, France, Norvège, Royaume-Uni et Suède ) faisaient partie de cette analyse rétrospective ( + ) de patients qui participaient, au départ, à une des trois études cliniques aléatoires contrôlées de la galantamine ou à des trois études de suivi ouvertes ( 3-4 ans ) ( 2,3,4 ). Ces données ont été complétées par celles collectées rétrospectivement, en 2004, auprès d'anciens patients qui avaient participé aux essais. Tous les patients habitaient chez eux lors de leur admission aux essais cliniques et on a observé certains d'entre eux pendant sept ans, dans certains cas.

Trois ans après avoir été inscrits à l'essai clinique original, 92,5 % des patients qui avaient reçu une thérapie continuelle à la galantamine étaient toujours à la maison, par rapport à 65 % des patients traités pendant 24 à 36 mois, à 48 % des patients traités pendant 12 à 24 mois et à 54 % des patients traités pendant 12 mois ou moins, respectivement.

On a utilisé d'autres analyses statistiques pour tenir compte des effets des facteurs de risque de l'institutionnalisation, comme la gravité de la maladie, l'incapacité d'accomplir les tâches de la vie quotidienne et l'absence d'un soignant corésidant. Les résultats de ces analyses ont démontré que le traitement à long terme à la galantamine a été associé à une réduction relative de 27 % du risque d'institutionnalisation pour chaque année supplémentaire de traitement à la galantamine.

Commentant ces résultats, Tuula Pirttilä, chercheur dans cette étude et professeur de neurologie à l'hôpital universitaire de Kuopio, département de neurologie, Kuopio, en Finlande, déclare : << Pour de nombreux patients souffrant de la maladie d'Alzheimer et leurs familles, le fait de retarder le plus possible l'admission dans une résidence ou un centre de soins est très important. Cette étude rétrospective permet de conclure qu'un traitement à long terme à la galantamine pourrait retarder considérablement la nécessité d'être admis dans une résidence ou un centre de soins prolongés. Ainsi l'autonomie des patients et le temps qu'ils peuvent passer chez eux avec leurs familles sont prolongés >>.

Contrairement aux études pharmaco économiques précédentes de la galantamine, fondées sur les projections à long terme à partir des résultats d'études cliniques à court terme, ces analyses ont utilisé des données provenant d'études à long terme. Les résultats de cette étude rétrospective sont conformes à une étude semblable des admissions en centre de soins prolongés qui a été réalisée aux États-Unis. Cette étude laissait entendre qu'une thérapie à long terme à la galantamine pourrait être associée à un risque réduit d'institutionnalisation.

La démence, une dysfonction progressive du cerveau, se traduit par une perte graduelle de la capacité d'effectuer les activités de tous les jours. Le type le plus répandu et le plus connu de démence est la maladie d'Alzheimer, qui touche les fonctions cognitives ( capacité de penser, de raisonner et d'apprendre ), la personnalité et le comportement. La maladie d'Alzheimer est la quatrième cause de décès dans les pays occidentaux. Elle suit immédiatement les infarctus du myocarde, le cancer et les accidents vasculaires cérébraux ( 6 ).

Les patients atteints de la maladie d'Alzheimer sont souvent admis dans un centre de soins quand ils sont devenus complètement dépendants d'un soignant, souvent un membre de leur famille, pour leurs soins quotidiens. À ce stade, le fardeau de soin est tellement lourd que les soignants ne peuvent plus faire face à l'engagement quotidien nécessaire à un travail si exigeant sur les plans émotif et physique.

Les experts croient que l'efficacité clinique à long terme de la galantamine pourrait résulter de son double mode d'action spécifique : comme les autres thérapies de la maladie d'Alzheimer, la galantamine hausse les niveaux du neurotransmetteur acétylcholine ( un << messager >> chimique responsable de l'envoi de signaux entre les neurones du cerveau ). Généralement, cette substance est déficiente chez les personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer. Cependant, contrairement aux autres thérapies, la galantamine a aussi un effet modulateur spécifique sur les récepteurs nicotiniques du cerveau. On croit qu'il augmente leur efficacité ( 7 ). On pense que les récepteurs nicotiniques jouent un rôle essentiel dans l'attention, la mémoire et l'apprentissage.

Johnson & Johnson Pharmaceutical Research & Development a mis au point

REMINYL(MD) ( galantamine ) en vertu d'un accord d'élaboration conjoint avec la société britannique Shire Pharmaceuticals Group plc. REMINYL(MD) est approuvé pour le traitement de la maladie d'Alzheimer faible ou modérée dans 66 pays. REMINYL(MD) est commercialisé par Janssen-Cilag dans la plupart des pays d'Europe, sauf le RU et l'Irlande où le produit est déposé et commercialisé par Shire.

Notes aux rédacteurs en chef

(+) Les données sur les patients atteints de démence sont tirées de trois études aléatoires contrôlées sur la galantamine et sur trois études de suivi ouvertes, complétées de données collectées rétrospectivement, en 2004, sur des anciens patients qui ont participé aux études. Les patients inclus dans ces 3 essais cliniques initiaux et dans les études de suivi étaient des personnes atteintes de démence diagnostiquées de la maladie d'Alzheimer (Gal INT 1 et GAL INT 2) et des patients diagnostiqués, soit de la maladie d'Alzheimer, soit de la maladie d'Alzheimer combinée à une maladie cérébrovasculaire, soit d'une démence vasculaire probable (GAL INT 6). On a inclus des patients de 7 pays : Canada, Danemark, Finlande, France, Norvège, Royaume-Uni et Suède. Tous les patients habitaient une maison privée quand on les a inscrits à l'essai clinique. De plus, ils provenaient d'un des 66 sites où les chercheurs ont participé à une étude de données recueillies rétrospectivement. Tous les patients habitaient une maison privée quand on les a inscrits à l'essai clinique.

Cette étude incluait une vaste quantité de patients suivis à long terme (certains pendant sept ans), mais un gauchissement dû aux désistements est possible.

La marque de commerce déposée, les usages homologues des médicaments et les indications approuvées, telles que discutées dans le présent document, peuvent varier d'un pays à l'autre.

Renvois :

1. Pirttilä T, van Baelen B, Kavanagh S. Effect of galantamine on time to residential or nursing home admission. Affiche présentée au 17e Congrès européen de neuropsychologie, à Stockholm, Suède, en 2004.

2. Wilcock GK, Lilienfeld S, Gaens E. Efficacy and safety of galantamine in patients with mild to moderate Alzheimer's disease: multi- centre randomised controlled trial. BMJ 2000; 321:1445-9.

3. Rockwood K, Mintzer J, Truyen L, Wessel T et al. Effects of a flexible galantamine dose in Alzheimer's disease: a randomised controlled trial. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2001; 71:589-95.

4. Erkinjuntti T et al. Efficacy of galantamine in probable vascular dementia and Alzheimer's disease combined with cerebrovascular disease: a randomised trial. Lancet 2002; 359:139-50.

5. Feldman H, van Baelen B, Kavanagh S. Admission to nursing home: Evidence from US studies of galatamine. Affiche présentée au 8e Symposium international Montréal/Springfield sur les progrès des thérapies de la maladie d'Alzheimer, Montréal, Canada, avril 2004.

6. Nilsson AK et al. C3 and factor B deficient mice as a tool to study the role of the complement system in the pathogenesis of AD ; Présenté à la Journée de la neuroscience, Lund. http://www.formonline.se/nd2000/abstracts/abstr39.html.

7. Maelicke A et al. Allosteric sensitization of nicotinic receptors by galantamine, a new treatment strategy for Alzheimer's disease. Biol Psychiatr 2001;49 (3):279-88. 44-(0)20-7357-8187 hayley.baruch@resolutecommunications.com

La langue d'origine du présent communiqué de presse est l'anglais. La traduction en d'autres langues est une gracieuseté de PR Newswire. Tout écart entre les traductions incombe au traducteur.

LA

SOURCE Johnson & Johnson Pharmaceutical Services