Variole: Maladie du passé ou arme de demain?

27 Octobre, 2004, 10:00 BST de Elsevier

AMSTERDAM, Les Pays Bas, October 27 /PRNewswire/ --

- Cette maladie meurtrière autrefois disparue peut-elle resurgir comme arme de destruction massive?

- Les informations publiées ce mois-ci dans le 'International Journal of Infectious Diseases' parlent du retour éventuel de la variole - un des virus les plus mortels de mémoire d'homme - et se demandent si nous sommes équipés pour faire face à une poussée épidémique bio terroriste.

Il y a presque 25 ans que L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré l'extinction mondiale de la variole - la première et la seule maladie à avoir jamais été extirpée et une victoire importante dans le domaine de la santé publique. Dans les années 1950, environ 50 millions de nouveaux cas de cette maladie hautement contagieuse étaient diagnostiqués chaque année; suite au programme d'éradication, le dernier cas à se déclarer spontanément a eu lieu en 1977.

Selon une revue américaine de renseignements qui, en 2002, exprime l'intérêt potentiel que Al Qaeda pourrait porter au virus, la variole représenterait actuellement une menace plus sérieuse que jamais. Cette crainte a été sanctionnée par les comptes-rendus de transfuges russes qui rapportent la production illégale de souches virulentes du virus alors que toutes les souches étaient supposées détruites.

Historiquement, la variole est associée à un taux de mortalité de 20-50 %; cependant, ce taux pourrait croître si l'on en croit la culture de souches plus virulentes. En outre, l'immunité mondiale à la variole a décliné pour devenir presque nulle suite à l'arrêt de la vaccination en masse dans les années 70. Vu la mobilité accrue des populations du monde et la nature surpeuplée des villes modernes, la maladie pourrait se propager rapidement et causer une dévastation incommensurable.

La variole n'a jamais été utilisée à grande échelle comme arme biologique et il est donc incroyablement difficile de prévoir l'étendue du danger - le seul moyen de contrecarrer cette menace est de s'y préparer. Depuis l'an 2000, le monde a subi trois poussées épidémiques (le charbon, la grippe, le syndrome respiratoire aigu grave ou SARS) qui ont menacé la sécurité de la santé publique. En réponse à ces menaces épisodiques, l'OMS a actualisé sa ligne de conduite et les gouvernements du monde entier ont fait pression pour inscrire les mesures préventives contre le bioterrorisme en tête de l'ordre du jour politique.

L'action préventive contre la variole sous-entend la mise en place de politiques et de plans capables de faire face au bioterrorisme. La variole est un des rares agents bio terroristes potentiels pour lequel un vaccin est disponible, ce qui signifie que les nations ont été en mesure d'organiser des stocks de réserve de vaccins contre la variole comme mesure préventive.

Grâce à l'investissement mondial dans la surveillance et les mécanismes de réaction, tels que Global Outbreak Alert et Response Network, les gouvernements commencent à faire des plans en prévision des poussées bio terroristes éventuelles. Cependant, la menace du bioterrorisme est très imprévisible et capable de mettre sérieusement en danger la santé publique, et à chaque menace de bioterrorisme, le besoin qu'ont les gouvernements d'investir plus à fond dans les infrastructures des soins de la santé s'accentue. C'est la seule façon d'éviter la dévastation potentielle d'une poussée épidémique de variole.

Le 'International Journal of Infectious Diseases'

est une revue officielle de la Société Internationale des Maladies Infectieuses. Le IJID publie des articles originaux contrôlés par les pairs et des revues pénétrantes traitant de tous les aspects de l'infection à l'échelle mondiale. La revue s'axe sur les nouveaux résultats cliniques et épidémiologiques qui sont importants pour la communauté internationale des soins de la santé au sens large.

De plus amples informations au sujet de la société et de ses programmes sont accessibles sur le site Web : www.isid.org.

A propos de Elsevier

À l'échelle mondiale, Elsevier est l'un des plus grands éditeurs de produits éditoriaux et de services dans les domaines des sciences, des techniques et de la médecine. Grâce aux partenariats établis avec les communautés scientifiques et médicales internationales, la société, qui compte un effectif de 6 800 personnes et de 86 bureaux dans le monde, publie plus de 1 800 revues et 2 200 nouveaux livres par an en plus d'un large éventail de produits électroniques tels que ScienceDirect (http://www.sciencedirect.com), MD Consult (http://www.mdconsult.com), Scopus (http://www.news.scopus.com), des bases de données bibliographiques, des ouvrages de référence en ligne et des portails spécifiques classés par sujet. Elsevier (http://www.elsevier.com) est une société d'envergure mondiale dont le siège social est établi à Amsterdam, aux Pays-Bas, avec des bureaux implantés dans le monde entier. Elle fait partie du groupe Reed Elsevier Group plc (http://www.reedelsevier.com), l'un des plus grands éditeurs et diffuseurs d'informations. Spécialisé dans les domaines des sciences, de la médecine, du droit, de l'éducation et du commerce électronique interentreprises, le groupe Reed Elsevier offre aux utilisateurs des solutions de diffusion de l'information alliant qualité et flexibilité en mettant un accent de plus en plus prononcé sur l'Internet comme moyen de transmission. Les symboles de l'action Reed Elsevier sont REN (sur le marché Euronext à Amsterdam), REL (à la bourse de Londres), RUK et ENL (à la bourse de New York).

LA

SOURCE Elsevier