ZONEGRAN® (ZONISAMIDE), traitement de l'épilepsie des laboratoires EISAI, autorisé en France chez l'enfant et l'adolescent

18 Février , 2015, 00:01 GMT de Eisai Europe Limited

HATFIELD, Angleterre, February 18, 2015 /PRNewswire/ --

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DESTINÉ AUX MÉDIAS EUROPÉENS UNIQUEMENT 

La Commission de la Transparence de la Haute Autorité de santé en France, a, le 9 Février dernier publié son avis du 17 décembre 2014 relatif à Zonegran® (zonisamide) dans sa nouvelle indication du traitement des crises d'épilepsie partielles chez l'adolescent et l'enfant à partir de 6 ans[1]. En Europe, le zonisamide, un antiépileptique (AE) innovant ayant un mécanisme d'action multimodal et possédant une structure chimique différente de celle des autres AE, était déjà indiqué en monothérapie dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez l'adulte présentant une épilepsie nouvellement diagnostiquée, ainsi qu'en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez l'adulte. Désormais, l'adolescent et l'enfant à partir de 6 ans peuvent bénéficier de ce traitement, en association.

L'épilepsie est une affection neurologique grave chez l'enfant, qui a des implications à long terme sur la santé et le bien-être[2]. En France, environ 450 000 personnes sont atteintes de cette affection et plus de 100 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour[3]. Bien que l'épilepsie soit fréquente en pédiatrie, un contrôle des crises n'est obtenu que pour deux tiers des patients, et beaucoup doivent recourir à des AE supplémentaires pour diminuer la fréquence des crises[4].

« Nous avons besoin de nouvelles solutions thérapeutiques pour les jeunes patients épileptiques. Je suis donc ravi de savoir que le zonisamide peut à présent être prescrit et remboursé en France pour les patients de six ans et plus » a déclaré le Professeur Stéphane Auvin, épileptologue et neuropédiatre dans le service de neurologie pédiatrique de l'hôpital Robert-Debré, à Paris. « L'épilepsie a des conséquences sur tous les aspects de la vie des enfants et de leurs familles. De nouveaux traitements, efficaces et bien tolérés, qui peuvent être utilisés chez les enfants et leur permettre d'atteindre un équilibre entre absence des crises et le minimum d'effets indésirables sont attendus par les médecins, les patients et leurs parents.»

L'extension l'AMM de Zonegran en pédiatrie a été accordée par la Commission européenne en octobre 2013. Cette autorisation pédiatrique découle de l'étude 312 (CATZ) publiée dans Epilepsia en juillet 2013[5]. Cette étude de Phase III multicentrique randomisée, en double aveugle et contrôlée contre placebo, montre qu'un nombre de patients significativement plus élevé répondent positivement au traitement par zonisamide (50 %) par rapport au traitement par placebo (31 %), p=0,0044[6]. L'incidence globale d'événements indésirables liés au traitement (EIT) était similaire chez les patients recevant du zonisamide ou un placebo[6].

« En tant que laboratoire pharmaceutique axé sur la recherche, leader dans le domaine de l'épilepsie, Eisai s'engage non seulement à mettre sur le marché de nouveaux traitements, mais aussi à garantir l'optimisation des bénéfices cliniques de nos produits déjà commercialisés » a expliqué France Roizen, Responsable de la Gamme Epilepsie, Eisai France. « Nous espérons que la disponibilité de Zonegran pour les enfants et les adolescents en France permettra à de nombreux jeunes patients atteints d'épilepsie d'obtenir un bénéfice clinique grâce à ce médicament. »

Le développement continu du zonisamide souligne la mission human health care (hhc) d'Eisai et l'engagement du laboratoire à développer des solutions innovantes dont l'objectif est de prévenir, guérir et soigner certaines maladies afin d'être un acteur majeur de santé et de bien-être humain dans le monde. Eisai travaille dans le domaine thérapeutique de l'épilepsie et s'efforce de répondre aux besoins médicaux non satisfaits des patients épileptiques et de leurs familles. Le groupe se réjouit d'avoir, à ce jour, mis à disposition du corps médical, plus d'antiépileptiques que toute autre laboratoire de la zone EMEA.

Remarques à l'attention des responsables de publication 

À propos de Zonegran (zonisamide) 

Le zonisamide est autorisé en Europe en monothérapie dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les adultes souffrant d'épilepsie récemment diagnostiquée. En Europe, le zonisamide est aussi indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les adultes, les adolescents et les enfants âgés de six ans et plus.[1] Il possède un mode d'action de large spectre et n'a pas d'effets notables sur les concentrations plasmatiques à l'état d'équilibre d'autres MAE, comme la phénytoïne, la carbamazépine et le valproate.[1] L'exposition au zonisamide dans le monde a été évaluée à 1 274 963 patients-années (du 31.03.1989 au 31.03.2013).[6]

Le zonisamide est présenté en gélules dosées à 25, 50 et 100 mg. La dose journalière initiale recommandée en traitement d'association chez l'enfant de 6 ans et plus est de 1 mg/kg (en fonction des AE concomitants). La posologie journalière recommandée est de 6 à 8 mg/kg/jour pour les patients pesant entre 22 et 55 kg et de 300 à 500 mg/jour pour les patients de plus de 55 kg.[1]

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur : http://www.zonegran.eu

À propos de l'Étude 312 de Phase III (CATZ)[6]

L'Étude 312 était un essai clinique multicentrique, randomisé, en double aveugle, contrôlé contre placebo (n = 207), qui visait à évaluer l'efficacité et la sécurité d'emploi du zonisamide en association, en pédiatrie (patients de 6 à 17 ans). Dans l'étude, les enfants souffrant de crises d'épilepsie partielles et traités par un ou deux médicaments antiépileptiques ont été randomisés pour recevoir soit du zonisamide en association soit un placebo. La dose initiale de zonisamide était de 1 mg/kg/jour, pour monter à une dose cible de 8 mg/kg/jour sur huit semaines (une diminution était permise) et être maintenue pendant 12 semaines. Dans cette étude, le critère d'évaluation principal d'efficacité était le taux de répondeurs, c'est-à-dire la proportion de patients présentant plus de 50 % de réduction de la fréquence des crises, par rapport aux données initiales, après 12 semaines de traitement d'entretien.

Le taux de répondeurs au traitement a été de 50 % pour le zonisamide contre 31 % avec le placebo (p = 0,0044). L'incidence globale des effets indésirables apparus en cours de traitement (EIAT) a été similaire pour le zonisamide (55,1 %) et le placebo (50,0 %), avec un taux faible d'effets indésirables graves dans les deux bras de l'étude (zonisamide 3,7 % contre placebo 2,0 %) y compris d'effets indésirables ayant entraîné l'arrêt du traitement (0,9 % contre 3,0 %).

À propos de l'étude 313 de phase III (CATZ Extension)[7]

L'étude 313 était une étude d'extension en ouvert visant à évaluer l'efficacité et la sécurité à long terme du zonisamide en association dans le traitement de l'épilepsie partielle chez l'enfant (de 6 à 18 ans), menée à la suite de l'étude 312 de phase III (CATZ). L'étude de sécurité d'emploi comprenait une phase de transition en double aveugle (la dose des patients précédemment traités par un placebo a été progressivement augmentée jusqu'à une dose cible de zonisamide de 8 mg/kg/jour; la dose des patients précédemment traités par zonisamide est restée inchangée), suivie d'une phase en ouvert à dose flexible (de 45 à 57 semaines). L'étude d'efficacité a commencé par une phase de transition en double aveugle (de 2 à 11 semaines), pendant laquelle les patients déjà sous zonisamide ont poursuivi leur traitement à la même dose, alors que les patients auparavant sous placebo sont passés au zonisamide, avec une dose initiale de 1 mg/kg/jour, progressivement augmentée jusqu'à une dose cible de 8 mg/kg/jour (dose maximale de 500 mg/jour). Elle a été suivie par une phase en ouvert (de 45 à 57 semaines), pendant laquelle la posologie du zonisamide a pu être ajustée en fonction de la tolérance et de la réponse au traitement.

La plupart des événements indésirables liés au traitement étaient légers ou modérés. Des événements indésirables liés au traitement ont été signalés par 39/144 (27,1 %) patients ; les plus fréquents étaient la perte de poids (6,3 %), d'appétit (4,2 %) et les céphalées (2,1 %). Les taux d'effets indésirables graves ou entraînant l'arrêt du traitement étaient faibles (2,1 % et 2,8 %, respectivement). Les résultats d'efficacité étaient similaires, que les patients aient initialement reçu le placebo (40/72 ; 55,6 % ; IC 95 %, 43,4 %, 67,3 %) ou du zonisamide (41/72 ; 56,9 % ; IC 95 %, 44,7 %, 68,6 %) avant d'entrer dans l'essai ouvert. Globalement, 16/144 (11,1 %) patients étaient libres de crises d'épilepsie pendant la période en ouvert (IC 95 %, 6,5 %, 17,4 %) ; les résultats étaient identiques pour les patients recevant initialement le placebo ou du zonisamide (pour les deux populations : 8/72 ; 11,1 % ; IC 95 %, 4,9 %, 20,7 %). La diminution de la fréquence des crises a perduré tout au long de l'étude : la diminution médiane du pourcentage de crises d'épilepsie était de 65,9 % pendant la période en ouvert.

À propos de l'épilepsie 

L'épilepsie est l'une des maladies neurologiques les plus fréquentes dans le monde. On estime à 8 sur 1 000 le nombre de personnes souffrant d'épilepsie en Europe et à 50 millions dans le monde.[8] L'épilepsie est un dysfonctionnement neurologique chronique qui peut affecter des personnes de tous les âges. Il se caractérise par des décharges anormales d'activité neuronales qui provoquent des crises. La sévérité des crises est variable, elle peut aller de simples moments d'inattention ou de secousses musculaires à des convulsions prolongées. Certaines crises affectent une seule partie du corps, d'autres peuvent être généralisées à l'ensemble du corps. La fréquence des crises varie également, elle peut aller d'une par an à plusieurs par jour. L'épilepsie est une maladie dont les causes possibles sont nombreuses et souvent inconnues.

À propos d'Eisai EMEA et l'épilepsie 

EISAI se consacre au développement et à la mise à disposition de nouveaux traitements hautement bénéfiques pour améliorer la qualité de vie des patients épileptiques. C'est pourquoi le développement de médicaments antiépileptiques (MAE) représente un défi de première importance pour EISAI en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, Russie et Océanie (EMEA).

Dans la région EMEA, EISAI a déjà commercialisé les quatre médicaments suivants :

  • Fycompa® (perampanel) indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les patients épileptiques âgés de 12 ans et plus.
  • Inovelon® (rufinamide) indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie liées au syndrome de Lennox-Gastaut chez les patients âgés de plus de 4 ans. (Le rufinamide a été originellement développé par Novartis)
  • Zonegran® (zonisamide) indiqué en monothérapie dans le traitement des crises partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les adultes souffrant d'épilepsie récemment diagnostiquée et en association chez les adultes, adolescents et enfants âgés de six ans et plus présentant des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire. (Zonegran est commercialisé sous licence de Dainippon Sumitomo Pharma)
  • Zebinix® (acétate d'eslicarbazépine) indiqué en association chez l'adulte dans le traitement des crises d'épilepsie partielles avec ou sans généralisation secondaire. (Zebinix est commercialisé sous licence de BIAL)

À propos d'EISAI Co. Ltd. 

Eisai Co. Ltd. est l'un des plus grands groupes pharmaceutiques mondiaux se consacrant à la recherche et au développement de nouveaux médicaments. Son siège se situe au Japon. La mission de l'entreprise est de « penser d'abord aux patients et à leurs familles et d'augmenter les bénéfices des soins de santé », ce qu'EISAI appelle la philosophie human health care (hhc). Avec plus de 10 000 collaborateurs travaillant au sein de son réseau international de centres de R&D, de sites de production et filiales de distribution, le groupe s'efforce de mettre en œuvre sa philosophie hhc en développant des produits innovants dans différents domaines thérapeutiques dans lesquels de nombreux besoins médicaux restent insatisfaits, notamment l'oncologie et la neurologie.

En tant que groupe pharmaceutique mondial, la mission d'Eisai concerne les patients du monde entier, grâce à ses investissements et à sa participation à des initiatives basées sur des partenariats, visant à améliorer l'accès aux médicaments dans les pays en développement et émergents.

Pour plus d'informations à propos d'Eisai Co. Ltd., veuillez consulter le site http://www.eisai.com

Références 

1. Haute Autorité de Santé. Commission de la Transparence: Zonegran. Updated December 2014 

2. Meeraus WH, et al. Childhood epilepsy recorded in primary care in the UK. Arch Dis Child 2013;98:195-202 

3. Sante Medecine. Épilepsie - Statistiques en France http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/731-epilepsie-statistiques-en-france. Last accessed February 2015 

4. Epilepsy Society. Medication for children. http://www.epilepsysociety.org.uk/AboutEpilepsy/Treatment/Medicationforchildren. Last accessed February 2015 

5. Guerrini R. et al. A randomized, phase III trial of adjunctive zonisamide in pediatric patients with partial epilepsy. Epilepsia 2013: Aug;54(8):1473-80 

6. Glauser T. et al. Updated ILAE evidence review of antiepileptic drug efficacy and effectiveness as initial monotherapy for epileptic seizures and syndromes. Epilepsia 2013: Mar;54(3):551-63 

7. Guerrini R. et al. Epilepsy in children. The Lancet. 2006 367 (9509): 499-524

8. Pugliatti M et al. Estimating the cost of epilepsy in Europe: A review with economic modeling. Epilepsia 2007: 48(12) 2224-2233

Date de préparation: février 2015
Job code: Zonegran-UK2526a

LA

SOURCE Eisai Europe Limited